Adhésion du Maroc à la CEDEAO : après Dakar, l'institut Amadeus ouvre le débat à Abidjan

 |   |  628  mots
(Crédits : DR)
Comme il l'a déjà fait à Dakar, fin mars dernier, l'Institut Amadeus va organiser une conférence en Côte d'Ivoire le 20 avril prochain consacrée à l'adhésion du Maroc à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO). Le Think Tank annonce que cette rencontre se déroulera autour du thème : « Le Maroc dans la CEDEAO : élargissement ou approfondissement ? ».

L'adhésion du Maroc à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) est un sujet sur lequel on s'attarde de plus en plus ces derniers temps. Pour certains, il ne s'agit désormais que d'une question de temps alors que le royaume chérifien a déjà reçu un accord de principe de la Communauté. Mais entre les décideurs du continent qui hésitent et ceux qui sont enthousiastes ou encore ceux qui s'y opposent, chacun a des arguments à faire valoir, surtout si l'on se réfère à l'étude d'impact de la CEDEAO qui identifie aussi bien des implications positives que d'autres négatives, autour desquelles il faudra pousser la réflexion plus loin.

Pour permettre aux uns et aux autres de donner leurs avis et d'envisager les défis et opportunités liés à l'adhésion du Maroc au bloc sous-régional, l'institut Amadeus compte ouvrir le débat sur la question le 20 avril prochain à Abidjan. Dans un communiqué rendu public ce mercredi 11 avril, le Think-Tank marocain indépendant a précisé que ses objectifs sont de lancer un dialogue franc et ouvert sur le sujet.

Lire aussi : Adhésion du Maroc à la CEDEAO : une histoire de « temps »

« L'objectif de la conférence d'Abidjan est de réunir responsables politiques, opérateurs économiques, universitaires et acteurs de la société civile ivoiriens et marocains dans le cadre d'une écoute respective et attentive et d'un dialogue franc et ouvert », peut-on lire dans le communiqué. « Cette démarche a été confortée par la forte présence et la qualité des échanges lors de la première conférence de Dakar, laquelle a rassemblé une quarantaine de décideurs et d'experts des deux pays et a permis la création d'un Comité conjoint et paritaire sénégalo-marocain de suivi de l'adhésion du Maroc à la Cédéao », ajoute le document.

Selon la même source, cette rencontre est organisée en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre Ivoirien de Recherches Economiques et Sociales (CIRES). Elle sera placée sous le thème de « Le Maroc dans la Cédéao : élargissement ou approfondissement ? ». « Cette deuxième étape des conférences explicatives autour de l'adhésion du Maroc à la CEDEAO vise donc à approfondir le débat tout en l'élargissant. Ses travaux permettront une meilleure connaissance des enjeux et des positions, de part et d'autre », précise l'Institut Amadeus dans son communiqué.

Abidjan, un choix stratégique

Le choix de la Côte d'Ivoire pour accueillir cette seconde conférence de l'Institut Amadeus consacrée à l'adhésion du Maroc à la CEDEAO, n'est pas un hasard. Pour les organisateurs, il est défini par des raisons stratégiques.

« La Côte d'Ivoire s'est récemment imposée comme la première destination des investissements marocains en Afrique », a expliqué Brahim Fassi Fihri, président fondateur de l'Institut Amadeus.

« De plus, la Côte d'Ivoire est un pays pivot de la sous-région Afrique de l'Ouest et l'un des moteurs de l'intégration régionale, poursuit-il. Il nous a semblé naturel et nécessaire d'aller à l'écoute des forces vives de ce pays au moment où le Maroc prépare son adhésion à la CEDEAO », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Adhésion du Maroc à la CEDEAO : la véritable étude d'impact officiellement lancée [Document]

Par ailleurs, il faut rappeler que les autorités ivoiriennes sont appuient depuis le début l'intégration du Maroc dans la CEDEAO. Justement, pour le ministre ivoirien Adama Koné, le ministre ivoirien des finances, « si le Maroc est admis au sein de la CEDEAO, cela ne pourra que donner un poids économique plus important à la zone ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :