Finance islamique : Alpha Condé rêve de faire du Waqf guinéen un modèle international

 |   |  422  mots
(Crédits : LTA/MK)
A l'occasion de la conférence régionale du Waqf ce mercredi à Conakry, le chef de l'Etat guinéen, Alpha Condé qui a exprimé ses remerciements au groupe de la Banque islamique de développement, en présence de son homologue malien, a indiqué qu'il était prêt à travailler pour faire du Waqf de la Guinée, un modèle au niveau régional et international.

Alpha Condé veut exporter le Waqf guinéen dans la sous-région et sur le plan international. Le président guinéen a confié ses intentions lors de la conférence régionale du Waqf ce mercredi à Conakry.

Le Waqf (ou Habis) est un modèle de financement islamique. Il est défini par les spécialistes comme « un don qui est investi et dont les bénéfices générés (sans intérêts) sont reversés dans des programmes humanitaires », mettant sur pied ainsi une action dont les bénéfices perdurent dans le temps. Dans le droit musulman, il s'agit de « l'immobilisation d'un bien pour qu'il n'appartienne à personne, pour le faire fructifier et en donner le bénéfice aux pauvres ».

En présence de son homologue malien, Ibrahima Boubacar Keita ainsi que du premier ministre sénégalais Mahammed Dionne et de hauts fonctionnaires du groupe de la Banque islamique de développement (BID), le  numéro 1 guinéen s'est montré fier des progrès accomplis dans son pays avec le Waqf exprimant sa « gratitude ainsi que la reconnaissance du peuple de Guinée au président du groupe de la Banque islamique de développement (Dr Bandar Hajjar) pour la contribution de son institution pour le développement de la Guinée ». Condé a également réaffirmé son « engagement » à continuer d'apporter « tout son soutien » à la BID afin de faire du « Waqf (de la) Guinée un modèle au niveau régional et international ».

Une occasion d'examiner le modèle guinéen

La conférence de Conakry est sans doute une occasion déjà donnée aux autres nations présentes pour examiner le waqf guinéen afin d'envisager d'en faire l'expérience. « Nous sommes réunis à Conakry pour examiner le merveilleux outil qui est le Waqf, qui peut faire en termes de mobilisation des ressources dans le domaine qui sont aujourd'hui essentiel à notre survie, à notre développement, les infrastructures, l'énergie, l'agriculture l'éducation », a déclaré Ibrahima Boubacar Keita qui a co-présidé la rencontre internationale à Conakry.

« Elle montre la volonté politique de nos plus hautes autorités de développer les instruments des financements innovants comme la finance islamique au potentiel avéré pour nos économies en quêtes d'émergence aux inclusions sociales », a indiqué pour sa part le chef de gouvernement sénégalais qui commentait la conférence. Ainsi, cette rencontre est un rendez-vous pour examiner le potentiel du Waqf et pour un partage d'expériences et d'initiatives Waqf.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :