Bénin : la Banque mondiale approuve un crédit de 40 millions de dollars porté par l'IDA

 |   |  544  mots
(Crédits : Reuters)
L'Association internationale de développement va soutenir l'Etat béninois avec un montant de 40 millions de dollars. Le crédit qui vient d'être approuvé par l'institution de la Banque mondiale servira à soutenir les efforts déployés pour assurer la viabilité des finances publiques et promouvoir la croissance économique.

L'Etat béninois va bénéficier d'un crédit de l'Association internationale de développement (IDA), institution de la Banque mondiale, d'un montant de 40 millions de dollars. Selon la représentation pays de la Banque mondiale pour le Bénin, l'aide a été approuvée par la Banque mondiale (BM) et constitue un financement à l'appui des politiques de développement axées sur la réforme budgétaire et la croissance.

L'institution de Bretton Woods a soutenu dans une récente déclaration qu'il s'agit du premier des appuis au programme de réformes du gouvernement béninois. « Ce financement permettra, d'une part, de favoriser la stabilité macroéconomique en soutenant la mise en œuvre de réformes destinées à renforcer la gestion des finances publiques, et, d'autre part, de stimuler la croissance économique grâce à des mesures portant sur l'accroissement de la productivité et de la compétitivité agricoles, ainsi que sur la consolidation de la viabilité financière et de la capacité de production du secteur électrique », indique le communiqué de la Banque mondiale. Le document estime que ce financement sera précieux pour le pays alors que les autorités ne cessent de prendre des initiatives pour booster l'économie.

« Cette opération à l'appui des politiques de développement arrive au moment opportun pour le Bénin », soutient Pierre Laporte, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Bénin, avant de poursuivre que « le pays affiche en effet des perspectives de croissance positives à moyen terme, à la faveur de la vigueur constante de la production agricole et du niveau soutenu de l'investissement public et privé, conjugués à la ferme résolution du gouvernement de dégager une marge de manœuvre budgétaire et d'améliorer l'efficacité de la dépense publique ».

Le communiqué de la Banque mondiale déplore cependant que l'avantage comparatif du Bénin dans l'agriculture est à ce jour ''largement inexploité''. Pour l'institution, l'instabilité de l'approvisionnement électrique est aussi une entrave majeure à l'expansion du secteur privé, à la lutte contre l'économie informelle et à la hausse de la productivité. Elle a exhorté les autorités gouvernementales à prendre des dispositions pour remédier.

La BM recommande des réformes utiles

L'optimisation des ressources potentielles du Bénin passera par des réformes, indique la Banque mondiale. L'institution internationale multilatérale en est convaincue. « Pour y remédier, le nouveau programme s'attachera à améliorer le cadre de gouvernance du secteur agricole et à renforcer la viabilité financière du secteur de l'électricité, tout en favorisant la participation du secteur privé afin d'accroître la capacité de production électrique, notamment en développant les énergies renouvelables », souligne le communiqué de la Banque.

Ainsi, les principales réformes convenues dans le cadre de cette opération de crédit de l'IDA permettront de contribuer, entre autres, à améliorer la transparence et le respect des obligations fiscales afin d'accroître la mobilisation des ressources nationales ; à augmenter l'efficacité des dépenses publiques afin de mettre sur pied l'espace budgétaire et encourager le développement des filières agricoles, la qualité des produits agricoles et l'accès aux financements dans l'agriculture. Sur ce plan, cette réorientation du gouvernement permettra d'accroître la productivité et la compétitivité de ce secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :