Bénin : 470 milliards de Francs CFA d’investissements publics en 2018

 |   |  621  mots
(Crédits : Reuters)
Le gouvernement béninois a prévu une enveloppe de 470 milliards de Fcfa pour financer quelques 227 projets identifiés dans le cadre du Programme d’investissement public (PIP). De quoi donner un coup d’accélérateur à la mise en œuvre du programme du président Talon en misant surtout sur la mobilisation des ressources internes avec comme promesse des autorités, une gestion plus efficace et plus transparente dans l’exécution des projets.

L'année 2018 sera celle de la montée en puissance des projets inscrits dans le cadre du Programme d'action du gouvernement (PAG) qui s'inspire lui-même des grandes orientations du programme « Le Bénin révélé » du président Patrice Talon. C'est en tout cas ce qu'a indiqué cette semaine aux députés le ministre d'État chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané, qui était face à  la commission du budget du parlement. L'occasion pour le ministre de présenter les 277 projets qui seront mis en œuvre en 2018 dans le cadre du Projet d'investissement public (PIP) pour un montant total de 470,1 milliards de Fcfa. Le PIP qui regroupe l'ensemble des investissements par l'Etat et ses partenaires financiers et techniques visera comme principal objectif selon Bio Tchané, « de poursuivre la mise en œuvre des politiques et stratégies de renforcement du capital humain, d'assurer la poursuite et l'achèvement des chantiers en cours notamment les routes et les BTP, de renforcer et d'accélérer le développement local et enfin de renforcer l'autonomie énergétique ».

Selon les explications du ministre d'Etat, après les études de faisabilité réalisées au cours de cette année, « l'année 2018 sera consacrée à la réalisation des projets en particulier ceux considérés comme « phares » et concerneront tous les secteurs socio-économiques du pays.

Financement en grande partie sur ressources internes

L'un des aspects les plus importants qui a été mis en avant par le commissaire du gouvernement devant les parlementaires, c'est la provenance des ressources destinées à financer les projets identifiés. Le Budget national contribuera à hauteur de 244,4 milliards de Fcfa pour 192 projets soit 52% de l'enveloppe. Les ressources extérieures contribueront à hauteur de  225,5 milliards de Fcfa pour la mise en œuvre de 98 projets dont 76 cofinancés et 22 autres par des fonds extérieurs exclusivement.

« Avec les économies réalisées à partir des réformes sur l'assainissement des dépenses publiques, le gouvernement inverse la tendance observée depuis des décennies et finance plus de la moitié du PIP sur ressources internes ». Abdoulaye Bio Tchané.

Dans les détails, parmi les grands chantiers de 2018, la construction d'une centrale thermique de 120Mw pour 10,8milliards Fcfa, la construction d'une cité de l'innovation et du savoir pour 25 milliards Fcfa où le financement du projet de télévision numérique (TNT) pour près de 10 milliards. Plus de 160 milliards seront également mobilisés au profit de l'agence de l'eau pour renforcer l'approvisionnement en milieu rural, un secteur qui va également se voir doté de 20 milliards pour la réalisation de pistes, « en vue de faciliter l'écoulement des produits agricoles et des échanges commerciaux ». Le programme « villes durable » sera lui financé à hauteur de 23, 45 milliards et la construction des bâtiments administratifs et infrastructures socio communautaires nécessitera une enveloppe de 5,5 milliards.

Le gouvernement a également annoncé de nouvelles mesures en matière de gouvernance des projets notamment la suppression des projets d'appui institutionnel qui ont engendrer un gain de 10 milliards, le redimensionnement des unités de gestion de certains projets pour plus d'efficacité dans l'exécution des projets, des plans d'actions avec un train de réformes dans la gestion des investissements publics, la mise en place des comités de suivi et des unités présidentielles de suivi ou la clarification des critères de sélection des projets.

Alors qu'il va entamer la seconde phase de son mandat, le gouvernement béninois entend donner plus de concret à ses réalisations conformément aux engagements du président Talon alors que certaines voix dans le pays commencent à s'inquiéter du retard pris dans la mise en œuvre du programme sensé « révéler » un nouveau Bénin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :