Patrimoine : le Bénin met en place un comité pour la restitution des œuvres d'art détenues par l'Etat français

 |   |  370  mots
Le président français, Emmanuel Macron, s'était engagé à entamer le processus de restitution des œuvres d'art africaines rassemblées pendant l'ère coloniale.
Le président français, Emmanuel Macron, s'était engagé à entamer le processus de restitution des œuvres d'art africaines rassemblées pendant l'ère coloniale. (Crédits : Katrina Manson)
Répondant à l'équipe française en charge de discuter des modalités de restitution des œuvres d'art appartenant au Bénin, le président béninois, Patrice Talon, a mis sur pied cette semaine, le comité chargé de coopération muséale et patrimoniale entre la France et le Bénin. Il est dirigé par Nouréini Tidjani-Serpos, ex-sous-directeur général Afrique de l'Unesco.

L'Etat béninois est désormais prêt pour discuter des modalités de la restitution des œuvres d'art avec l'Etat français. Le président béninois, Patrice Athanase Guillaume Talon a mis sur pied cette semaine, l'équipe en charge de procéder à ces échanges.

L'équipe du « Comité chargé de coopération muséale et patrimoniale entre la France et le Bénin » aura pour mission de convenir avec la partie française composée de Bénédicte Savoy et Felwine Sarr, des modalités d'un inventaire et de définir avec elle les conditions de restitution et de circulation des œuvres du Bénin. « Il était nécessaire qu'au niveau béninois nous puissions mettre en place un comité composé de personnes de grande renommée pour être l'interlocuteur de la partie française dans ce processus enclenché depuis 2016 ... Ils ont pour mission de conduire la discussion jusqu'à la concrétisation de cette volonté de ramener chez nous ces biens culturels qui nous appartiennent qui font partie intégrante de notre identité et de richesse culturelle », a résumé Oswald Homeky, le ministre béninois de la culture, à RFI.

Un ancien de l'UNESCO à la tête du comité

Présentant les membres du comité, le responsable béninois a confié que ce groupe « est présidé par un concitoyen qu'on ne présente plus, un ancien de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) ». Il fait ainsi allusion à l'ex-sous-directeur général Afrique de l'Unesco et président du Comité exécutif de l'Unesco, Nouréini Tidjani-Serpos. Celui-ci a travaillé avec le gouvernement de l'ancien président béninois, Nicéphore Soglo, en gérant le projet de la « route de l'esclave ». Il possède également un musée privé.

L'ancien haut responsable onusien aura à diriger une équipe de 10 experts culturels béninois dont un traditionniste, un muséologue et un historien d'art. « Pas d'arrogance, pas de brutalité. Nous sommes des négociateurs en mission », a commenté un membre du comité à RFI insinuant qu'il ne s'agit pas d'aller réclamer ou de revendiquer. Il s'agira surtout de travailler à rapatrier dans les meilleures conditions d'importantes œuvres composant le patrimoine national.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :