En Mauritanie, une dérive autoritaire qui inquiète la communauté internationale

 |   |  612  mots
Le général Mohamed Ould Abdelaziz
Le général Mohamed Ould Abdelaziz (Crédits : Reuters)
Sous pression économique et politique avec le resserrement de la marge de manoeuvre budgétaire, la crise alimentaire, et la récente fronde de l’opposition rejetant le projet de réforme constitutionnelle passée au forceps à travers un référendum contesté, la Mauritanie du Général Ould Abdelaziz semble avoir franchi un nouveau cap autoritariste avec l’arrestation d’un sénateur emblématique et populaire, Mohamed Ould Ghadda, dans des conditions mystérieuses qui rappellent les heures les plus sombres du pays.

« Kidnapping ». Le mot est lâché dès les premières heures qui ont suivies l'arrestation du sénateur Mohamed Ould Ghadda, il y a plus d'une semaine, sans que personne ne sache où les forces de sécurité l'ont emmené pendant plusieurs jours, jusqu'à ce que le parquet annonce son inculpation vendredi soir pour des « crimes transfrontaliers et des actes visant à perturber la sécurité et la tranquillité publique ». Opposant farouche au régime de Ould Abdelaziz, adversaire déclaré du projet de réforme constitutionnel visant à supprimer le Sénat, Ould Ghadda est devenu au cours des derniers mois la figure de proue de la Mauritanie qui s'oppose au Président.

Et le moins qui puisse être dit, c'est que Ould Abdelaziz lui rend bien ce statut particulier de premier opposant, quitte à convoquer les fantômes du passé. En effet, dès l'arrestation du sénateur - la seconde en deux mois- un certain nombre d'observateurs n'ont pu s'empêcher de faire le rapprochement avec les pires heures de la Mauritanie, celle des « visiteurs du soir », où les opposants étaient enlevés de nuit, emmenés vers des destinations inconnues, certains d'entre eux disparaissant définitivement.

Un référendum qui a creusé les fractures sociétales

Selon une source haut placée proche de la Présidence de la Mauritanie, contactée par La Tribune Afrique,  cette « crispation du régime et cette dérive autoritaire est à mettre sur le compte des récents revers politique de Ould Abdelaziz, qui a été contraint à recourir au référendum pour faire passer sa réforme constitutionnelle, après que celle-ci aie été rejetée par le parlement. » Toujours selon cette même source « Le Président sait qu'il est devenu clivant au sein même des grandes familles mauritaniennes, et la pression très forte exercée pour faire passer le référendum a généré de profonds stigmates chez les grandes tribus mauritaniennes, qui ont toutes au moins un sénateur en leur sein. En supprimant le Sénat, il s'est attaqué aux fondements de l'architecture sociale complexe de la Mauritanie, et s'est coupé de ses bases ».

Paris et Washington inquiets, craignent une évolution à la « Maduro »

Cette radicalisation du système mauritanien n'inquiète pas uniquement les grandes familles mauritaniennes, mais aurait également alerté les grandes puissances, dont la France et les Etats-Unis, qui regardent d'un œil circonspect les dernières évolutions dans le pays. Sur fond de crise économique profonde en Mauritanie, et notamment de crise alimentaire alarmante , Paris et Washington craignent en effet que le régime ne suive le même chemin que le Venezuela de Maduro, en intensifiant la répression contre l'opposition et en tentant d'élaborer une nouvelle architecture institutionnelle qui permettrait au Président de marginaliser totalement l'opposition. Dans cette configuration, selon un haut diplomate du Quai d'Orsay : « Aziz ouvrirait la voie à un artifice qui lui permettrait de prétendre à un troisième mandat, en invoquant par exemple l'excuse selon laquelle la constitution actuelle, amendée, n'est pas celle sous laquelle il a été élu, et qu'en quelque sorte, les « compteurs sont à zéro » et il peut se présenter à nouveau. L'argument est spécieux, mais en absence d'opposition, il peut demander à ses partisans de le défendre. »

Selon des informations fiables parvenues à La Tribune Afrique, des contacts discrets entre Nouakchott et Washington au sujet du sénateur emprisonné auraient déjà été entrepris, les américains poussant les mauritaniens à « sortir par le haut » et à accorder la liberté conditionnelle à Ould Ghadde. L'oncle Sam se serait toutefois fait opposer une fin de non-recevoir de la part du maître de Nouakchott.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2017 à 14:55 :
Les dérives autoritaires sont une constante depuis que les militaires sont au pouvoir. La RIM va de dérive en dérive. Souhaitons que cela n'accouche encore d'un remake des années de braises. Tant qu'il n y aurait pas une enquête digne de ce nom sur les crimes de sang commis par ces militaires la Mauritanie sera instable et la sous région risque fort encore de se déstabiliser. Il est grand temps que la communauté internationale se prononce sans ambigüité.
a écrit le 20/08/2017 à 22:37 :
Il est décevant de voir que le monde ne voit pas plus loin que son bout du nez.
L'Occident sait bien que Ould Abdel Aziz n'avait qu'un sul but,rester au pouvoir.
Est il plus intelligent que les pères fondateur de la Mauritanie ??
On le croyait homme responsable et respectable;mais pas un dictateur en herbe.
Quelle est l'importance de changer le drapeau qui a plus de 50ans d'âge tandis-que des mauritaniens meurent de faim,ne peuvent pas se soigner??
Les biens du pays sont lapidés(ressources maritimes, ressources minières etc....)
a écrit le 20/08/2017 à 22:10 :
Que Dieu protège la Mauritanie
a écrit le 20/08/2017 à 20:27 :
Cet article leve le coin du voile sur le drame du peuple mauritanien sous le règne de Mohamed Ould Abdel Aziz
a écrit le 20/08/2017 à 20:24 :
Le senat, l assemblee ont ete crees pour des raisons tres claires; le President n a pas accepte les resultats du premier tour et il a force la main au peuple avec ce referendum. Il a supprime le senat, change le drapeau, qui est ce qui suit Mr le President. Nous attendons avec impatience.
a écrit le 20/08/2017 à 19:52 :
Quelle honte cet article. Plein de mensonges et de mauvaise foi. Plein d'erreurs de simple bon sens. Il tombe des mains.
L'opposition ne fait pas de fronde. C'est au sein de la majorité que les frondes ont lieu.
Mohamed ould Abdelaziz a démissionné de l'armée En avril 2009 et s'est présenté à la présidentielle en tant que civil. Depuis il a été élu deux fois président. Son titre officiel est donc Le president Ould Abdelaziz et non Le Général.
Tout au plus est-il un ex-Général. Et il n'y a aucune honte à être l'homme le plus gradé de son pays.
Mohamed ould Ghadda n'est pas un vrai Senateur, il est Le suppléant de sa grand-mère sur la liste des femmes. Il n'est pas emblématique car il ne dirige aucun parti politique et il n'est certainement pas populaire parce qu'il ne s'est jamais présenté à un suffrage universel. son élection s'est faite par la fraude et la corruption grâce à 15 millions d'ouguiyas offerts gracieusement à lui par ses oncles Sidi Mohamed Ould Ghadde et Brahim dit Bahay.
a écrit le 20/08/2017 à 18:47 :
L'intéressé dont vous parlez a payé de l'argent à des anciens sénateurs pour voter contre le projet de loi constitutionnel qui a été le fruit d'un dialogue entre la majorité des partis politiques et de la société civile. Ces sénateurs n'ont jamais voté contre le pouvoir et font dans leur majorité parti du pouvoir et leur conseil est principale source de gabegie et d'indignité.
L'intéressé a aussi payé des hommes politiques de l'argent pour participer à des contestations pacifiques des syndicats ayant pour but uniquement l'annulation des décisions prises par le gouvenement pour organiser le teansport urbain.
Ces partis selon l'accord entre eux et le sénateur Ghadda stupile la transformation de ces manifestations à une violence sans cesse dont était la seule victime, les citoyens, afin de prouver à l'international que la Mauritanie n'est pas en sécurité et que le gouvernement n'est apte de diriger le pays.
En plus cet homme dont vous parlez s'est mêlé dans des affaires illicites comprenant plusieurs actes dont par example, l'incitation à la haine et l'encouragement des populations à une révolution dont les résultats sont au détriment de la nation.
Non seulement ça l'intéressé a conduit sa voiture sur une route nationale avec excès de vitesse et sans assurance valide pour en suite tuer des personnes innocentes.
Je suppose également par rapport à votre article que vous n'avez pas présenté les raisons de son emprisonnement ni les raisons qui l'ont poussé à déstabiliser notre chère nation.
Salut
Réponse de le 22/08/2017 à 2:52 :
A Monsieur MVH
Vous etes dune hypocrisie inouie. Comment osez vous parler de nation alors que tu vas la servir sans coup ferir a un dictateur sans foi no loi, qui a jure sur sa foi qu'il ne changerait jamais la constitution at qu'il ne chercherait jamais un autre mandat??? Parceque tu es hypocrite. Parceque tu es de ces laudateurs et flagorneur sans honneur ni foi ni loi. Si ti aimais ton pays tu ne l'aurais pas laisse a la merci dun ogre ignorant qui ne se soucie que de se remplir les poches qui n'as aucune aptitude davoir une vision pour le pays et qui ne nous menerait que vers le pire des gouffres. Toi et tes semblables etes le pire des ennemis pour le pays.
a écrit le 20/08/2017 à 15:17 :
Le pourquoi la suppression du SÉNAT en Mauritanie Mohamed ould Ghadda est la cause il a touché le fonds de l'enrichissement de la famille du PR

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :