Exclusif : l’Oncle Sam veut geler les avoirs de Yahya Jammeh et de son entourage aux Etats-Unis

 |   |  506  mots
Linda Thomas-Greenfield et John Kerry en Août 2016
Linda Thomas-Greenfield et John Kerry en Août 2016 (Crédits : Reuters)
Suite au revirement de position du Président Gambien sortant Yahya Jammeh intervenu vendredi soir, et face à la crainte que la Gambie ne bascule dans l’instabilité, les Etats-Unis ont décidé de prendre les choses en main en doublant leurs efforts diplomatiques par une série de mesures visant à geler les avoirs de Jammeh et sa famille aux Etats-Unis.

Selon des informations exclusives parvenues à La Tribune Afrique, une réunion de crise se serait déroulée à Washington dès vendredi après midi, autour de la sous-secrétaire d'Etat en charge de l'Afrique, Linda Thomas-Greenfield et de plusieurs responsables du renseignement américain, afin d'évaluer les options qui s'offrent à l'Amérique.

Thomas-Greenfield connaît bien la Gambie, puisque la diplomate y a été en poste au cours de sa longue carrière qui l'a également menée au Libéria, au Nigéria ou encore au Kenya.

Le Département d'Etat ne veut pas d'un « Précédent Jammeh »

Selon une source au sein du département d'Etat US ayant requis l'anonymat contactée par La Tribune Afrique : « Bien que l'Amérique soit en période de transition d'administration présidentielle, le département d'Etat considère que la volte-face de Yahya Jammeh pourrait constituer un précédent extrêmement dommageable à l'aube d'une année où plusieurs élections présidentielles sont programmées en Afrique, et lors desquelles plusieurs Présidents en poste pourraient être tentés de s'accrocher à leur fauteuil. La décision d'agir rapidement a donc été prise ».

Parmi la batterie de mesures prises lors de ces réunions qui se sont prolongées jusque tard dans la nuit, celles d'évaluer au plus vite les avoirs mobiliers et immobiliers dont disposerait le fantasque Président Gambien aux Etats-Unis, que ces derniers soient à son nom où au nom de personnes de son entourage, incluant son épouse, Zineb Jammeh, ou encore Amadou Samba, un homme d'affaires réputé proche du Président, dont l'identité avait été dévoilée lors du scandale des Panama Papers comme étant l'ayant droit économique de plusieurs sociétés offshores.

 La famille de Jammeh évacuée vers les USA ?

 Pour dérouler leur stratégie d'"étouffement économique" , les américains ont évalué les options légales qui s'offrent à eux pour mettre en place une procédure de gel des avoirs de Jammeh, qui ne se limiterait pas aux Etats-Unis, mais également aux pays alliés, selon les informations en notre possession. L'objectif ? Se donner le maximum de moyens de pression sur le Président Gambien en le forçant à quitter le pouvoir pacifiquement, au risque de se voir « couper les vivres » et de mettre sa famille et ses proches en difficulté. Si l'information relayée par plusieurs sites d'informations régionaux selon laquelle le dictateur aurait d'ores et déjà exfiltré sa famille vers les Etats-Unis avant sa déclaration de rejet des résultats de la Présidentielle se confirmait, cette possibilité de lui soustraire l'ensemble de son patrimoine à l'international devienne une carte précieuse entre les mains de l'administration américaine. Selon certains observateurs proches du dossier, peut être même a-telle déjà été signifiée à Jammeh, puisque ce dernier semble avoir légèrement infléchi sa position ce dimanche, affirmant par la voix de son parti qu'il contesterait désormais les résultats de l'élection "devant les tribunaux"...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2016 à 13:06 :
Les chefs d'États africains soyez optimistes,mieux vaut le mal que le pire; n'amener pas le peuple de la gambie à l'abattoir en choisissant l'option militaire;servez-vous de la Libye pour leçon.Que Dieu protège la gambie!!!amin
a écrit le 12/12/2016 à 19:12 :
C'est bien dommage pour Yahya c'est le moment de céder avant qu'il soit trop tard
a écrit le 12/12/2016 à 17:43 :
Bravo les Usa il faut contraindre tous les dictateurs qui veulent modifier la constitution par des mesures plus sévère pour qu'ils ne le fasse pas.
Comme le Prof Alpha Condé.
Vive la démocratie
Réponse de le 21/12/2016 à 23:49 :
Les occidentaux se foutent des africains.Laissez Yaya jammey en paix.La cpi est faite seulement ppur les africains.Trouvez lui une porte de sortie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :