Sénégal : un bon cru attendu pour la filière arachide

 |   |  527  mots
Au Sénégal, la culture de l’arachide compte parmi les quatre premiers produits d’exportation du pays.
Au Sénégal, la culture de l’arachide compte parmi les quatre premiers produits d’exportation du pays. (Crédits : DR)
Si les estimations sur le tonnage d’arachide à récolter cette année ne sont encore connues, la moisson s’annonce déjà bonne pour les producteurs sénégalais de la cacahuète. Le gouvernement qui a consacré ce mardi un conseil interministériel à la préparation de la campagne de commercialisation de l’arachide, pour cette année, s’attend en tout cas à des «récoltes abondantes».

C'est une bonne nouvelle qui devrait réjouir les paysans sénégalais, notamment les producteurs d'arachide : les récoltes de cette année devront être «bonnes». C'est en tout cas l'annonce faite hier, mardi 24 octobre à Dakar, par Seydou Gueye, secrétaire général et porte-parole du gouvernement. S'exprimant à l'occasion du conseil interministériel consacré à la préparation de la campagne de commercialisation de l'arachide 2017-2018, Gueye a déclaré que cette année enregistrerait de «récoltes abondantes » pour l'ensemble des spéculations,

Pluviométrie abondante et accompagnement de l'Etat

Ces bonnes récoltes attendues, selon Seydou Gueye, sont le fruit du «dévouement» des acteurs du monde rural et de l'accompagnement de l'Etat. Des semences de qualité livrées à temps aux paysans, une pluviométrie abondante,... Toutes les conditions ont été réunies pour une bonne compagne agricole, si l'on en croit le collaborateur de Makcy Sall.

Dans le détail, le porte-parole du gouvernement a précisé qu'une enveloppe de 25 milliards de francs CFA, dont 15 milliards pour les intrants, et 55 000 tonnes de semences certifiées, ont été mobilisées dans le cadre de la politique de subvention mise en place cette année par l'Etat pour accompagner les producteurs.

Le prix du kilo maintenu à 210 Fcfa

Autre bonne nouvelle annoncée, le maintien du prix d'arachide à 210 francs CFA le kilo, alors que celui-ci se négocie à 190 CFA sur le marché international. Dans les semaines à venir, l'Etat devra alors faire une subvention de 20 Fcfa pour chaque kilogramme acheté. Objectif, «soutenir le producteur, augmenter son revenu et l'encourager à rester dans la filière», se réjouit le leader de Forces Paysannes, Aliou Dia, qui salue également les dispositions prises par l'Etat pour faciliter les exportations de l'arachide, notamment vers la Chine.

Dans le détail, il s'agira de ramener la taxe à l'exportation de 40 à 30 francs CFA, alors que des mesures ont été également prises pour éviter les bradages des récoltes. Les huiliers eux, devront se réjouir du paiement par l'Etat de la dette de 4,9 milliards de francs CFA, avant la fin d'année, a notamment indiqué l'Agence de presse sénégalaise APS.

Début de la compagne de commercialisation

Le démarrage de la campagne de commercialisation de l'arachide, quant à lui, a été fixé au 1er décembre 2017. Pour la réussite de cette opération, le conseil interministériel a suggéré la mise en place d'un dispositif d'encadrement pour booster les exportations. Entre autres propositions retenues, l'interdiction à l'exportation des semences certifiées ; le renforcement du contrôle sanitaire et phytosanitaire des graines destinées à l'exportation ; et la possibilité pour les exportateurs de mener leurs transactions au niveau des points de collecte.

Et ce n'est pas tout : des dispositions ont été également prises pour permettre à la Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (SONACSOS SA) de mobiliser les financements nécessaires à une participation optimale à la campagne.

Pour rappel, la production d'arachide de la campagne agricole 2016-2017, estimée à près d'un million de tonnes, a enregistré une baisse de 5% par rapport à la précédente campagne. Un scénario qui ne devrait pas se reproduire cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :