Simon Eischen : « Il faut que les PME sachent que d'autres modes de financement existent »

 |   |  613  mots
(Crédits : DR)
Simon Eischen est fondateur et managing partner de Scalene Partners, une banque d'affaire fondée par les anciens banquiers d'affaires de la Banque Rothschild. La société accompagne les PME/PMI régionales françaises et européennes et vise désormais les PME/ PMI du continent africain. Il est intervenu au Forum Togo-UE sur la question du financement des PME / PMI et a formulé des recommandations sur lesquelles il est revenu dans cet entretien.

La Tribune Afrique : L'accès au financement et au crédit constitue le plus grand problème pour la croissance des PME et PMI en Afrique et au Togo. Malgré les efforts déjà fournis, le résultat est loin d'être satisfaisant. Quelles ont été vos recommandations pour y remédier ?

Simon Eischen : Je suis effectivement intervenu lors du Forum sur le panel qui avait pour problématique l'accès au financement et au crédit. Mes recommandations ont essayé d'aller dans le sens du Programme national de développement (PND) qui vise réellement à amener le pays vers une prochaine étape en passant aussi par le dialogue un peu plus marqué avec le secteur privé. On l'a ressenti dans l'ensemble des interventions qu'il y a eu au cours du Forum. En ma qualité de banquier d'affaires j'ai essayé d'apporter surtout une vision exhaustive sur la boite à outils qui est disponible pour les dirigeants d'entreprise dans le cadre du financement de leurs activités. Comme l'a souligné Etienne Giros (président EBCAM et CIAN, ndlr) dans son intervention, en tant qu'entrepreneur il y a une source de financement classique à laquelle on pense tout de suite, c'est-à-dire aller voir sa banque de détails pour demander une ligne de crédit. Pour les gens, le financement surtout pour les PME, c'est cela. C'est une bonne chose, mais il y a beaucoup de travail qui est fait actuellement ici même lors de ce Forum qui vise à améliorer cet accès au crédit notamment à moindre coût, en demandant moins de garanties personnelles aux dirigeants d'entreprises.

LTA : Dans votre intervention vous avez plutôt insisté sur l'accès à l'information. Que retenir ?

SE : Oui, j'ai essayé d'accentuer sur les autres sources de financement, donc avant tout l'accès à l'information. Cette dernière s'est finalement résumée en deux autres grands pôles de financement pour les PME. Le premier est le marché des capitaux donc l'accès à l'épargne publique, c'est-à-dire globalement une introduction en bourse par exemple d'une société ; l'accès à la dette publique aussi donc l'émission d'une obligation notamment. Il y a aussi tout le pôle privé. Et là j'entends les ''family office'', les fonds de private equity, les fonds d'investissement, les fonds souverains, etc. Tout cet échantillon de modes de financement différents n'existe pas uniquement pour les grandes entreprises mais aussi pour les PME. Ce qu'il faut, c'est de leur donner accès à ces informations. Il faut que les dirigeants soient au courant que ces autres modes de financement existent et qu'ils leurs sont aussi réservés et dédiés. Après, il faut évidemment les accompagner.

LTA : Après avoir échangé avec les décideurs togolais, les hommes et femmes d'entreprises du Togo, pensez-vous que tout est aujourd'hui réuni pour que les PME togolaises jouent vraiment leur rôle de levier de la croissance?

SE: Je pense qu'on ne peut pas mettre toutes les responsabilités sur les entrepreneurs togolais. Ça sera peut-être un peu trop leur demander. Je crois que ça doit être la conjugaison des efforts d'une triptyque qui se compose effectivement des entrepreneurs eux-mêmes mais aussi des institutions financières qui doivent être prêtes à accompagner ces entrepreneurs et notamment leur proposer les différents types de services que je viens d'évoquer. C'est la troisième partie de cette triptyque, c'est évidemment le gouvernement et les institutions du pays, qui elles aussi doivent essayer de favoriser le dialogue entre ces différents acteurs. Je pense que c'est tout à fait le rôle de ce forum qui s'est tenu sur ces deux jours à Lomé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :