Forum Togo-UE : Gnassingbé mise sur les opportunités de contrats et de projets avec l'Europe

 |   |  685  mots
(Crédits : Reuters)
Annoncé et préparé avec ardeur depuis quelques mois, le Forum Togo-Union européenne a démarré ce jeudi 13 juin à Lomé. Une liste impressionnante de personnalités européennes mais aussi africaines autour du président togolais, Faure Gnassingbé étaient à l'ouverture. Pour le chef de l'Etat il s'agit d'une opportunité pour conclure des contrats et des projets. Ce premier jour du Forum a été essentiellement axé sur le secteur agricole auquel un panel a été consacré.

Près de 600 participants dont environ 200 chefs ou représentants d'entreprises européennes mais aussi africaines dont le magnat nigérian Aliko Dangote de Dangote Group, Ade Ayeyemi, le patron de Ecobank, Dominique Strauss-Kahn, ancien secrétaire général du Fonds monétaire international, Lionel Zinsou, ancien premier ministre du Bénin, Mario Pezzini, directeur du centre de développement de l'OCDE, Etienne Giros, président EBCAM et CIAN, les responsables du système des Nations Unies, les décideurs des institutions de Brettons Woods, des entrepreneurs de divers horizons en Afrique, plusieurs gros investisseurs ainsi que plusieurs membres du gouvernement togolais sont ensemble depuis ce jeudi 13 juin dans la capitale togolaise, Lomé.

Ils participent aux activités du Forum Togo-Union Européenne (FETUE). Ce rendez-vous togolais, historique déjà pour sa tenue, a été ouvert par le chef de l'Etat togolais, Faure Essozimna Gnassingbé et le vice-président de la Commission européenne en charge de l'emploi et de l'investissement, Jyrki Katainen.

Une occasion pour ouvrir la voie au développement

Définissant l'événement, le numéro 1 togolais a indiqué qu'il s'agissait d'ouvrir la voie au développement. C'est « une occasion privilégié de traduire les opportunités en contrats et en projets », a-t-il dit. « C'est en faisant converger nos énergies que nous ouvrons la voie au développement. Nous avons fait le choix le plus pertinent pour une prospérité partagée », a poursuivi Gnassingbé avant de lancer un appel. « La tenue de ce Forum est la meilleure traduction de la convergence sur la nécessité de consolider nos liens de solidarité pour la croissance et la créations d'emplois », a déclaré le responsable. Un appel auquel Katainen s'est montré sensible. « Je suis ici pour dire que l'UE veut et peut soutenir chacun de vos projets de développement », a confirmé le vice-président de la commission européenne.

Ce partenariat entre le Togo et l'UE se manifeste en partie par les relations entre les secteurs privés des deux parties. Comme l'a annoncé le président togolais, le FETUE a été l'occasion de signer des accords et des contrats. Les participants ont été témoins de trois cérémonies en ce sens dès l'ouverture du Forum. Il s'agit des cérémonies de signature de la lettre d'adhésion du Togo au centre de développement de l'OCDE, du lancement de la Chambre de commerce européenne au Togo et de la signature du mémorandum d'accord entre la Chambre de commerce du Togo et la Chambre de commerce et d'industrie européenne.

L'agriculture comme priorité

Ce Forum évoque divers sujets notamment celui des investissements et du développement. Aucun secteur n'est laissé pour compte. L'économie, transport, énergie, agriculture, etc. Ce dernier secteur a été le plus en vue lors de la première journée du Forum. Tour à tour, les intervenants, conférenciers et panélistes, ont évoqué les opportunités dans le secteur agricole. Dans son intervention, le ministre togolais de l'agriculture, Koutera Bataka a détaillé les opportunités en 6 points. La maîtrise de l'eau, l'amélioration de la productivité, l'offre de services, la mécanisation agricole, la transformation et la valorisation et pour finir le développement d'une infrastructure qualité. Selon le responsable, alors qu'il produit 40% du PIB du pays, il s'agit d'un secteur prioritaire pour le gouvernement qui n'a pas hésité à lui consacrer une place primordiale dans son Programme national de développement (PND).

En dehors de l'agriculture, les secteurs de l'énergie et des infrastructures et la question de l'accès au financement et au crédit ont également retenu l'attention lors de ce premier jour. Au cours des panels et ou des séances plénières, ces secteurs ont fait l'objet de plusieurs échanges et les acteurs publics et privés. Cette occasion a permis aux autorités togolaises de mettre un accent sur les projets et les opportunités qui se présentent sur le terrain afin de faire du pays un hub logistique et un centre d'affaires de premier ordre sur le continent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :