Kenya - Maroc : un tricycle qui roule à l'énergie solaire

 |   |  340  mots
(Crédits : Solar E-Cycles)
Avec 11 prototypes lancés en quatre ans d'existence, le projet Solar E-Cycles multiplie les actions en faveur de la promotion du tricycle solaire. Son dernier modèle devrait se déployer au Kenya et au Maroc.

Lancé en 2014 par le Canadien Roger Christen, le projet Solar E-Cycles a pour but d'apporter une alternative verte aux solutions de transport en Afrique, mais aussi de fournir une source d'énergie complémentaire dans les zones rurales. Le tout, en conservant le savoir-faire et la production sur le sol africain. Le 1er quadricycle solaire a ainsi vu le jour sur le campus de la Strathmore Business School, à Nairobi (Kenya). À l'issue de cette phase pilote, la startup Stenrich Cycles (qui porte le projet) a produit 70 véhicules dont 20 ont été exportés au Maroc dans le cadre de la COP22.

Jusqu'à 50 km d'autonomie

Solar E-Cycles passe au tricycle dès 2016 afin, notamment, de réduire les coûts liés à l'homologation des prototypes à quatre roues.Pour autant, les caractéristiques restent les mêmes : équipés d'un toit recouvert de panneaux photovoltaïques, les véhicules atteignent 50 km/h et disposent d'une autonomie pouvant aller jusqu'à 50 kilomètres selon la vitesse et les conditions d'ensoleillement.

Au-delà de son intérêt pour réduire le recours aux énergies fossiles, le tricycle de Solar E-Cycles constitue aussi une source d'énergie 100% renouvelable particulièrement utile dans les zones rurales isolées, relativement nombreuses en Afrique. En produisant 1 500 Watts par jour, le véhicule offre ainsi la possibilité de réaliser de courts trajets (une vingtaine de kilomètres) tout en répondant aux besoins de base en électricité pour une famille.

130 modèles au Kenya

Après la conception d'une dizaine de prototypes, le 11e pourrait bien être le bon.Avec un coût de production réduit autour de 1 200 dollars, ce tricycle au poids « plume » pour un véhicule solaire (moins de 100 kilos) collecte différentes données de navigation comme les kilomètres parcourus ou l'état des batteries, afin de fournir des services connectés à ses futurs utilisateurs. 130 modèles devraient être livrés à un service de location au Kenya. Au Maroc, un projet de collecte de déchets recyclables grâce à ces tricycles est également à l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2018 à 15:48 :
Le Kenya, grand vainqueur du Valeo Innovation Challenge 2018
Paris, 11 octobre 2018 –Jacques Aschenbroich, PDG de Valeo, a dévoilé, aujourd’hui, à l’occasion d’une cérémonie à la Maison de la Recherche, à Paris, le nom des lauréats de l’édition 2018.
L’équipe du Strathmore Energy Research Centre (Kenya) SOLAR-E-CYCLES EMPOWERING PEOPLE a remporté le premier prix de 100 000 € pour son appareil de transport électrique fonctionnant à l’énergie solaire, capable d’acheminer de l’énergie dans les zones rurales.
L’équipe de l’université de Liège (Belgique) et l’équipe de la Cambridge Judge Business School (Royaume-Uni) complètent le palmarès, et remportent chacune 50 000€, avec leurs projets respectifs de contrôle continu du taux de glycémie des conducteurs diabétiques et de système inédit de propulsion par hydrogène.
Lors de cette grande finale, les 9 équipes finalistes (voir la liste ci-dessous) étaient invitées à présenter leur projet de création de start-up portant sur l’une des 3 révolutions bouleversant l’automobile : l’électrification du véhicule, le véhicule autonome et la mobilité digitale.
Chaque équipe a eu 5 minutes pour convaincre le jury du Valeo Innovation Challenge, composé de membres de la Direction de Valeo ainsi que d’éminentes personnalités du business et du monde scientifique, à l’instar de Claudie Haigneré et Etienne Klein (voir la composition du jury ci-dessous).
Pendant 15 semaines, les 9 équipes finalistes ont bénéficié de l’aide et des conseils d’un accélérateur pour finaliser leur projet.
L’engouement pour le Valeo Innovation Challenge s’est confirmé lors de cette 5e édition avec un nouveau record de participation : 3 575 étudiants et 1740 équipes issus de 107 pays et provenant de 676 universités et écoles se sont inscrits au concours.
« Le Valeo Innovation Challenge est une opportunité unique pour les étudiants du monde entier de participer au développement de la voiture de demain et de concrétiser leur innovation en lançant leur start-up » a souligné Jacques Aschenbroich.
Pour plus d’informations : https://valeoinnovationchallenge.valeo.com/ Liste des finalistes de cette 5ème édition :
- L’équipe de la Cambridge Judge Business School (Royaume-Uni) avec un projet de système inédit de propulsion par hydrogène
- L’équipe du Strathmore Energy Research Centre (Kenya) avec un concept de transport électrique fonctionnant à l’énergie solaire
- L’équipe de l’université de Liège (Belgique) avec un projet de contrôle continu du taux de glycémie des conducteurs diabétiques et de mise en œuvre d’actions préventives
- L’équipe de l’université de Waseda (Japon) avec un projet de système anticipant et facilitant la reprise en main de véhicule du mode autonome au mode manuel en cas de besoin
- L’équipe de l’université de Toronto (Canada) avec un concept permettant enrichir les bases de données nécessaires au développement du véhicule autonome
- L’équipe des universités de Harvard/Columbia (Etats-Unis) avec un projet de système alertant de la présence d’un enfant seul à bord du véhicule à l’arrêt et prévenant les risques d’hyperthermie
- L’équipe de l’école des Mines Paris Tech (France) avec un concept de connectivité de véhicule à véhicule permettant le partage d’informations sur les conditions de circulation en temps réel
Au total, en 5 éditions, ce sont près de 20 000 étudiants et plus de 6 700 équipes, issus de 3 000 universités et
écoles, qui ont déjà participé au Valeo Innovation Challenge.

- L’équipe de l’université de Tongji (Chine) avec un projet d’autopartage de véhicules
- L’équipe de l’université de Kookmin (Corée du Sud) avec un concept permettant d’anticiper les
trajectoires des autres véhicules à proximité
Composition du jury :
• Jacques ASCHENBROICH, Président - Directeur Général du Groupe Valeo et Président du jury.
• Claudie HAIGNERE, présidente d’Universcience, première femme française à avoir volé à bord de la Station Spatiale Internationale, ancienne Ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies et ancienne Ministre déléguée aux Affaires Européennes.
• Etienne KLEIN, Directeur de recherche au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), membre de l’Académie des Technologies, Professeur de physique quantique à l’Ecole Centrale.
• André CHIENG, Président d’Asiatique Européenne de Commerce et vice-Président du Comité France Chine, conseiller du Commerce Extérieur de la France en Chine.
• Yotam COHEN, cofondateur et Directeur du département Recherche et Développement de Wibbitz, start up ayant développé une application qui permet de transformer automatiquement tout article ou publication écrite en petite vidéo récapitulative.
• Gérard FELDZER, Président du comité régional du tourisme de la Région Ile-de-France, membre de la commission transports et mobilités, consultant et chroniqueur, ancien commandant de bord d’Air France, ancien Président du musée de l'Air et de l'Espace, journaliste.
• Christophe PERILLAT, Directeur des Opérations du Groupe Valeo.
• Guillaume DEVAUCHELLE, Directeur de l’Innovation et du Développement Scientifique du Groupe Valeo.
• Hans-Peter KUNZE, Directeur délégué Commerce et Développement Business de Valeo.

Valeo est un équipementier automobile, partenaire de tous les constructeurs dans le monde. Entreprise technologique, Valeo propose des systèmes et équipements innovants permettant la réduction des émissions de CO2 et le développement de la conduite intuitive. Le Groupe a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 18,5 milliards d’euros et a consacré 12 % de son chiffre d’affaires première monte à la recherche et au développement. Valeo emploie, au 31 mars 2018, 113 600 collaborateurs dans 33 pays, dans 185 sites de production, 20 centres de recherche, 35 centres de développement et 15 plates-formes de distribution. Valeo est coté à la Bourse de Paris et fait partie de l’indice CAC 40.
a écrit le 12/10/2018 à 13:25 :
Ben en voilà une bonne idée (comme quoi y'a pas besoin d'être un occidental des pays riches pour faire avancer le monde !).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :