Kenya  : le groupe finlandais Wärtsilä remporte le contrat de construction de deux parcs solaires

Le groupe finlandais Wärtsilä, à travers sa filiale Wärtsilä Eastern Africa, vient de remporter au Kenya deux contrats d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction de deux projets solaires. Ces derniers seront situés à Kesses, à l'ouest du pays et à Lamu, un comté du littoral éthiopien.
(Crédits : Enerray)

Le Kenya s'est tourné ces dernières années vers les énergies géothermique, solaire et éolienne pour rompre petit à petit avec l'énergie thermique jugée bien trop coûteuse et polluante. Depuis lors, plusieurs projets solaires voient le jour dans le pays. Cette semaine seulement, la société Wärtsilä Eastern Africa, filiale du finlandais Wärtsilä, vient de décrocher un contrat d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction (EPC) au Kenya de deux projets solaires. D'après George Oywer, responsable du développement des affaires chez Wärtsilä Eastern Africa, il s'agit du premier projet solaire de la société en Afrique de l'Est pour des producteurs privés locaux.

Le premier parc est développé par la société chinoise Kenya Solar Energy Limited (KENSEN). Situé à Lamu, un comté de la région côtière, ce parc sera doté d'une capacité énergétique de 40 mégawatts. Pour ce projet qui sera financé via un prêt du gouvernement chinois, l'entreprise chinoise et Kenya Power (KENGEN), l'entreprise publique responsable de la distribution de l'électricité, n'ont toujours pas trouvé un accord sur les tarifs d'achat d'électricité.

Une sous-station de 33/220 kilovolts

Le second parc sera développé par la société néerlandaise  Alten Renewable Energy Developments BV à travers sa filiale Alten Kenya Solarfarms et sera basé à Kesses, à l'ouest du pays. Il sera doté d'une capacité de production de 40 mégawatts. De son côté, Wärtsilä Eastern Africa fournira 160 000 panneaux équipés de suiveurs solaires. La particularité de ce système est qu'il oriente en permanence les panneaux, suivant la direction du soleil maximisant ainsi la production journalière.

En dehors du parc, Wärtsilä Eastern Africa se chargera de construire une sous-station de 33/220 kV sur le site du projet de Kesses pour la connexion au réseau national. La sous-station permettra la transformation de la puissance de moyenne tension (33 kilovolts) en haute tension (220 kilovolts). La mise en œuvre globale du ce projet nécessitera un investissement de quelque 10 millions de dollars.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.