Automobile : Volkswagen augmentera le volume de production de son usine d'Afrique du Sud

 |   |  321  mots
Quelque 161 900 unités -dont 108 000 destinées à l'exportation- devront sortir cette année de la ligne de production de l'usine Volkswagen d'Afrique du Sud.
Quelque 161 900 unités -dont 108 000 destinées à l'exportation- devront sortir cette année de la ligne de production de l'usine Volkswagen d'Afrique du Sud. (Crédits : Reuters)
L'unité sud-africaine du constructeur allemand Volkswagen vise à augmenter de 28% le nombre d'unités produites durant l'année en cours. Pour réaliser cet objectif, le constructeur devra faire face à certaines entraves, notamment les coupures de courant répétitives.

Les unités de production du constructeur automobile allemand Volkswagen en Afrique du Sud semblent aller à contre-courant de la cadence de la quasi-totalité des activités économiques du pays. Cette semaine, Thomas Schaefer, PDG de l'unité sud-africaine du groupe (Volkswagen group South Africa) a en effet annoncé que son entreprise ambitionnait d'atteindre une production record cette année, en augmentant cette dernière de 28% par rapport à 2018, année où le nombre d'unités fabriquées a atteint 126 463, alors que cette année, le volume de production devrait atteindre 161 900 unités, dont 108 000 destinées à l'exportation.

«2018 a été la meilleure année de l'existence de Volkswagen en Afrique du Sud à bien des égards», a déclaré Thomas Schaefer. Selon lui, ce succès est dû à la popularité des modèles Vivo et Polo qui ont fait de Volkswagen l'an dernier «le leader sud-africain des voitures particulières avec des parts de marché de près de 20%». Mais pour que ce succès se poursuive, le constructeur allemand devra relever de grands importants défis en 2019.

Coupures d'électricité et grogne sociale

D'abord, sur le plan économique, l'Afrique du Sud passe par une phase récession l'an dernier. D'ailleurs, les prévisions de croissance de la Banque mondiale pour le pays ne dépassent guère 1,3% en 2019, soit moins de la moitié de la moyenne mondiale. Ensuite, depuis la semaine dernière, étouffée par son énorme dette, la Compagnie d'électricité publique, Eskom, procède à des coupures d'électricité répétitives handicapant l'activité industrielle.

Lire aussi : Agression en Afrique du Sud : Mnangagwa va-t-il livrer Grace Mugabe?

Enfin, il faut relever les mouvements de grèves des ouvriers qui menacent le secteur. La presse locale rapporte que les sociétés de construction automobile doivent réexaminer un accord salarial avec les membres du syndicat des travailleurs. Il va sans dire que cette démarche ouvre la perspective à une grogne potentielle des travailleurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :