Automobile : le premier véhicule Volkswagen « Made in Rwanda » est sorti d’usine

L’usine d’assemblage de Kigali du plus grand constructeur européen, Volkswagen, a démarré la production de ses véhicules ce mercredi 27 juin. Plusieurs modèles seront assemblés sur ce site avec un objectif initial de 5000 véhicules par an que le constructeur destine au modeste marché local rwandais en misant sur plusieurs solutions de mobilités urbaines. A moyen et long terme, Volkswagen vise le marché régional avec d’autres sites en construction dans des pays voisins.

3 mn

(Crédits : DR)

Le premier véhicule «Made in Rwanda», assemblé à Kigali, est sorti d'usine ce mercredi 27 juin 2018. Pour le pays, c'est un grand pas dans la stratégie d'industrialisation et de diversification de son économie et surtout une alternative à l'exportation de véhicules d'occasions et c'est ce qui explique tout le satisfecit des autorités notamment le président Paul Kagamé qui a tenu à marquer de sa présence ce «moment historique». Le chef de l'Etat s'est réjoui de voir des véhicules allemands produits désormais dans son pays, "une fierté pour l'Afrique".

« L'Afrique n'a pas besoin d'être un dépotoir pour les voitures de seconde main ou d'occasion. À long terme, vous finissez de toute façon par payer un prix plus élevé si vous payer une voiture d'occasion, alors pourquoi ne pas payer un véhicule neuf. C'est un choix simple: les Africains, les Rwandais, nous méritons mieux ! C'est pour nous une façon de montrer que nous pouvons nous le permettre et c'est pour ces raisons entre autres, que ce partenariat prometteur avec Volkswagen est bien parti », s'est exclamé le président Kagamé lors du lancement de Volkswagen Mobility Solution de Kigali.

C'est le plus grand constructeur automobile européen, Volkswagen, qui est à l'origine du projet d'usine d'assemblage de voitures au Rwanda, la première du genre en Afrique de l'Est, une région dans laquelle le constructeur allemand étend progressivement sa présence. L'usine qui devait initialement entrer en service en mai dernier a nécessité un investissement de 20 millions de dollars et va se traduire par la création de près de 1 000 emplois. La production a démarré avec les véhicules de marque « Polo » mais par la suite et en fonction de l'évolution de la demande, le constructeur prévoit d'étoffer son catalogue avec ses autres modèles notamment Passat, Tiguan, Amarok et Teramont. Selon Thomas Schaefer, le directeur régional de Volkswagen qui est basé en Afrique du Sud, pour cette première phase, le site vise une production annuelle de 5000 voitures.

Des solutions pour la mobilité urbaine

Avec 200.000 véhicules immatriculés dans le pays sur les vingt dernières années selon les chiffres officiels et une population de 12 millions d'individus, le Rwanda est un modeste marché pour l'industrie automobile. Cependant, Volkswagen mise en plus de la vente des véhicules de propositions aux institutions publiques et aux entreprises, des solutions de mobilité urbaine à travers son «Volkswagen Mobility Solution de Kigali ».  Il s'agit de système de partage de voitures de type « Uber » ainsi qu'un service d'autopartage communautaire destiné principalement aux entreprises de Kigali. Le constructeur allemand qui s'est associé à d'autres partenaires, à l'image du distributeur CFAO, prévoit également de lancer une offre de covoiturage d'ici quelques mois.

Ainsi, Volkswagen se positionne sur une niche encore vierge de toute concurrence et qui offre des opportunités au vu de l'écosystème numérique et de l'utilisation des Smartphones dans le pays. D'autant que le constructeur a des visées sur l'ensemble de la région d'Afrique de l'Est.

Le constructeur mondial dispose déjà d'une usine au Kenya et déploie progressivement sa stratégie d'expansion africaine à travers une véritable intégration de ses activités sur la chaîne de valeur. L'usine d'assemblage de Kigali sera, par exemple, approvisionnée en composants expédiés d'Afrique du Sud via le Kenya.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 23/04/2020 à 21:33
Signaler
Je suis ravie Mr le Président mais je veux vendre aussi les électrique les motos aussi dans mon pays où je veux que vous veniez mettre une usine de Volkswagen golf dans mon pays je veux le contacte de la direction

à écrit le 23/04/2020 à 21:29
Signaler
Je suis ravie Mr le Président mais je veux vendre aussi les électrique dans mon pays où je veux que vous veniez mettre une usine de Volkswagen golf dans mon pays je veux le contacte de la direction

à écrit le 09/10/2019 à 0:07
Signaler
Félicitations au président Paul Kagamé pour ce pas. C'est l'Afrique qui gagne !

à écrit le 08/10/2019 à 22:30
Signaler
toutes mes felicitations au Président Paul Kagamé.

à écrit le 08/10/2019 à 20:11
Signaler
Il s'agit sans doute de 200 millions de $, on ne construit pas une chaîne de montage de voitures pour 20 millions!

le 09/10/2019 à 20:16
Signaler
Salut Sbibio, avec tout mon respect toi meme tu as deja construit combien de chaine de montage d'automobiles? as tu une idee claire de la valeur de 20M$ ???

à écrit le 08/10/2019 à 17:00
Signaler
C'est une chose enorme pour L'Afrique surtout surtout dans la région Afrique de l'Est et bien évidemment les 1èrs à en profiter ceux sont bel et bien le peuple rwandais

à écrit le 08/10/2019 à 10:24
Signaler
Prêt à recevoir des nouvelles

à écrit le 29/06/2018 à 12:28
Signaler
Je suis tout aussi fier que vous @Vita de l'association du Président Rwandais et de son peuple : car c'est bien de là qu'émerge leur développement. Seul, le Président n'aurait rien pu faire. Pour peu que les autres pays africains le comprennent, le ...

à écrit le 29/06/2018 à 3:38
Signaler
Je suis fier du Rwanda, de son president Paul Kagame qui ne cesse pas de faire avancer son pays , mais qui reve egalement d'une Afrique qui marche dans plusieurs domaines. Bientot ce sont peut-etre les Japonais (Toyota, Nissan etc), ou les Amercians...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.