Guinée : la Société guinéenne du patrimoine minier désormais rattachée à la présidence

 |   |  252  mots
La Guinée recèlerait les plus grands gisements de bauxite au monde.
La Guinée recèlerait les plus grands gisements de bauxite au monde. (Crédits : GAC)
Le président guinéen Alpha Condé a annoncé le rattachement de la Société guinéenne du patrimoine minier à la présidence de la République. Une décision qui expliquerait notamment l'importance stratégique du secteur et de la société anonyme dont l'Etat est l'actionnaire unique.

La Société guinéenne du patrimoine minier (SOGUIPAM) n'est désormais plus sous la tutelle du ministère guinéen des Mines et de la géologie. Le contrôle de cette importante société passe désormais aux mains de la présidence de la République. L'information a été donnée par le chef de l'Etat guinéen, Alpha Condé lui-même, dans un décret lu à la télévision publique en fin de semaine. Le texte indique que la SOGUIPAM est rattachée à la présidence de la République.

Changement stratégique

La SOGUIPAM, dont l'Etat  détient 49% du capital de la Compagnie des bauxites de Guinée, 10% de la société minière de Boke, et 15% d'AngloGold Ashanti. Il s'agit d'une société stratégique pour la Guinée puisqu'elle est la première ressource de devises du pays. Ainsi, le pays tire une importante partie de ses ressources financières de l'exploitation des mines, un secteur actuellement en plein essor. Le pays a d'ailleurs récemment lancé plusieurs sociétés minières dans les localités de Siguiri, Fria, Boké et Boffa.

Lire aussi : Botswana : un diamant bleu exceptionnel découvert dans la mine d'Opara

La décision du président s'explique donc par l'importance que revêt le secteur minier en Guinée. Le gouvernement doit relever le défi de faire profiter effectivement les populations des retombées de l'exploitation minière et répondre à la question environnementale qui se pose.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :