Burkina : l'ancien parlement transformé en musée de la révolution

Le bâtiment de l'Assemblée nationale burkinabé saccagé lors du soulèvement populaire d'octobre 2014, qui a chassé Blaise Compaoré du pouvoir, va renaître de ces cendres sous forme d'un musée de la révolution. L'idée est portée par l'Association "Mémoire et Conscience" qui vient de lancer un concours d'appel à idées pour la construction d'un musée sur les ruines de l'ancien Parlement.
(Crédits : Reuters)

L'initiative de la construction d'un musée à la place de l'ancien bâtiment est soutenue par l'Assemblée nationale actuelle dirigée par Salifou Diallo. L'institution a d'ailleurs signé au mois de  juin dernier une convention avec les responsables de l'Association "Mémoire et Conscience". Selon cette organisation de la société civile burkinabé, tous les Burkinabés où qu'ils se trouvent peuvent imaginer le complexe intégré monument du souvenir-musée des luttes du peuple et le soumettre à l'appréciation d'un comité.

"Les trois meilleures propositions seront primées et servirons de trame à l'élaboration des termes de référence pour un concours réservé aux professionnels (architectes, urbanistes, ingénieurs, entre autres) aux fins de réalisation de l'infrastructure", a indiqué Luc Marius Ibriga le leader de "Mémoire et Conscience".

Conservatoire de la mémoire de l'insurrection populaire

Les organisateurs expliquent l'organisation de ce concours par leur volonté et surtout la nécessité de transformer le siège du parlement assiégé, en un musée vivant, conservatoire de la mémoire de l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et des différentes luttes du peuple burkinabé pour la liberté et la démocratie.

Le projet de réalisation d'un complexe parlementaire intégré Monument du Souvenir-Musée de l'insurrection sera réalisé grâce à un financement alliant une quête populaire à la mobilisation des ressources publiques. On se souvient que le 30 octobre 2014, alors que des députés s'apprêtaient à modifier la Constitution pour permettre à l'ex-président Blaise Compaoré de s'offrir une présidence à vie, des milliers de Burkinabés ont assiégé les locaux et ont mis le feu au bâtiment. L'érection du musée répond également à l'appel d'un collège d'une douzaine de personnalités de la société civile burkinabé qui avaient émis l'idée afin de laisser des éléments de preuve aux générations futures concernant la bravoure du peuple burkinabé.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.