Lomé accueillera un sommet Afrique-Israël en octobre prochain

 |   |  661  mots
(Crédits : Reuters)
D'après une communication de Africa-Israël Connect, Lomé accueillera du 16 au 20 octobre 2017 le premier sommet Afrique-Israël. Destiné à revigorer les liens entre les Etats africains et Israël, il s'agit d'une initiative découlant de la volonté des deux gouvernements togolais et hébreux.

Après la Chine, l'Inde, l'Allemagne, les Etats-Unis, la France, etc., c'est au tour d'Israël de donner rendez-vous à l'Afrique toute entière. En octobre prochain, du 16 au 20 à Lomé, capitale togolaise, l'Etat hébreux viendra à la rencontre des Etats africains réunis pour cinq jours d'échange et de discussions. Premier sommet de ce genre entre l'Afrique et Israël, il est le fruit des discussions entre le président togolais Faure Gnassingbé et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, lors d'une visite officielle des autorités togolaises à Tel-Aviv en août 2016. Les deux dirigeants politiques s'étaient en effet, entendus sur l'organisation d'une grande rencontre entre le continent noir et l'Etat hébreux en 2017.

« L'ambition du président Faure Gnassingbé est de réunir toute l'Afrique à Lomé pour définir les contours d'un nouveau partenariat entre l'Afrique et Israël. Ce Sommet permettra de tracer les frontières de la renaissance de la relation historique entre notre continent et l'Etat hébreu », a expliqué Robert Dussey, ministre des affaires étrangères du Togo, suite à un entretien avec premier ministre israélien ce lundi 23 janvier 2017.

Le chef de la diplomatie togolaise a aussi informé de la tenue en parallèle au sommet, comme ce fut le cas pour le sommet sur la sécurité maritime, d'une grande exposition à Lomé au cours de laquelle les entreprises israéliennes et africaines pourront montrer leur expertise dans différents domaines importants pour le développement de l'Afrique et tisser des relations d'affaires.

Des sources proches du dossier affirment que ce sommet conçu par Africa-Israël Connect, portera sur divers thèmes dont ceux de la sécurité, la lutte contre le terrorisme, mais aussi sur les sujets de partenariat dans les secteurs de l'agriculture, l'énergie, l'eau, la santé et surtout le développement de l'utilisation des nouvelles technologies comme levier de développement. Au cours de rendez-vous, Israël tentera donc d'apporter des solutions aux défis brûlants auxquels l'Afrique fait face.

« Israël possède les solutions aux problèmes de l'Afrique. Si ce pays n'est pas le seul pays à maitriser les technologies requises par le continent, il est le plus dynamique », confiait en septembre 2016 Faure Gnassingbé lors d'une rencontre de haut-niveau à New York avec Benjamin Netanyahu et d'autres dirigeants africains, dont Paul Kagame du Rwanda.

Une revisite des relations entre Israël et les Etats africains ?

A en croire Mashav, l'agence israélienne de coopération internationale, outre les sujets que développeront les participants au sommet, le sommet sera surtout une occasion ''unique'' pour les pays africains et Israël de resserrer leurs liens politiques et économiques.

Si certains pays africains comme le Togo entretiennent des relations cordiales avec l'Etat hébreux, ce n'est pas le cas pour plusieurs autres pays du continent. Israël a toujours eu des relations compliquées avec la plupart des pays islamiques et entretient des relations peu stables et plutôt conflictuelles avec l'Egypte à cause de son traitement réservé aux palestiniens. Le pays vient d'entrer d'ailleurs encore en froid avec Dakar qui a voté pour une résolution de l'ONU condamnant les agissements de l'Etat hébreux. Conscient de ce fait, Benjamin Netanyahou qui remerciait le chef de l'Etat togolais Faure Gnassingbé ce lundi, de contribuer au rapprochement israélo-africain, a déclaré que son pays était enthousiaste à l'idée de participer au sommet  qui est un « formidable accélérateur de développement pour les relations entre Israël et le continent africain ».

Le premier ministre hébreu avait commencé déjà à soigner ces relations avec le continent. En juillet dernier, il était en tournée en Ouganda, en Ethiopie, au Kenya et au Rwanda, une première d'un officiel israélien depuis près de 30 ans. De retour à Tel-Aviv, il a annoncé le rétablissement des relations diplomatiques avec la Guinée et des pourparlers avec le Tchad, un pays stratégique dans la lutte contre le terrorisme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2017 à 14:12 :
Merci a toi Createur des Cieux et de la terre pour ce partenariat qui s'ouvre par mon pays le Togo. Shalom
a écrit le 24/01/2017 à 21:31 :
Prince A. Law, un cabinet d'avocats international, fournit aux entreprises africaines et israéliennes ou aux entités publiques une grande variété de services afin d'opérer sur le marché africain et israélien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :