Transformer la Méditerranée en hub de l’innovation positive entre l’Europe et l’Afrique

Quelle serait aujourd'hui la place de la région méditerranéenne pour l'Europe, face aux géants de la Tech indienne, chinoise ou encore de la Silicon Valley ? La Méditerranée a-t-elle entamée sa révolution digitale ? Décryptage de Samir Abdelkrim, fondateur d'EMERGING Mediterranean.

5 mn

(Crédits : DR.)

Maghreb, une des principales régions africaines en termes d'innovation

En 2019, au total, les startups africaines ont levé plus de 2 milliards de dollars selon le dernier rapport de Partech Africa. Une dynamique qui s'observe, bien entendu, dans tous les pays du continent africain, mais de manière inégale. Dans la région méditerranéenne, les startups bénéficient ces dernières années d'une attractivité sans précédent auprès des investisseurs, avec des levées de fonds records et une forte croissance en 2019.

En effet, si l'on étudie plus en profondeur le rapport de Partech, qui est un fonds de capital-risque entièrement dédié à cette région du monde -ce qui est déjà en soi un signe de dynamisme du marché-, 19 millions de dollars ont été captés en 2019 lors de 8 importantes levées de fonds au Maghreb (dont 2 supérieures à 5 millions de dollars). La GSMA et Briter Bridge estiment qu'il se trouve entre 89 et 93 Tech Hubs actifs au Maghreb sur un total de 643 TechHub recensés en Afrique. Ce terme de Tech Hub recouvre des espaces de coworking, des incubateurs, des accélérateurs, les HackerSpaces et des pôles d'innovations hybrides affiliés au gouvernement, aux universités ou aux entreprises.

La Tech For Good (ou innovation positive), moteur de l'innovation méditerranéenne...

A la différence de la Tech asiatique ou américaine, la Tech africaine, et en son sein la Tech méditerranéenne, peuvent se définir comme organiques : elles cherchent à offrir des solutions aux besoins des populations locales, qu'il s'agisse de santé, d'éducation, d'environnement, d'agriculture, d'inclusion et de financement, etc. Ainsi face au Covid, les startups méditerranéennes ont donné la preuve de leur engagement sans relâche, en créant au pied levé des solutions pour lutter contre la propagation du virus : c'est le cas de l'application algérienne FaHs de détection des symptômes et de suivi des cas, développée par la startup Brenco. De même au Maroc avec la pépite BlinkPharma, qui a permis aux pharmaciens de passer commande directement auprès des laboratoires en limitant au maximum les contacts. Toujours afin de limiter les contacts, en Libye cette fois, la startup Speetar a mis au point une plateforme digitale qui vise à mettre en relation les patients avec des médecins tandis qu'en Mauritanie, c'est le FabLabInnovRIM qui a gracieusement imprimé des visières pour le personnel de la santé, tout comme la startup 3D Wave en Tunisie.

Mais tout n'est pas encore si rose. La structuration des levées de fonds comme l'identification des « pépites » demeurent problématiques. L'enjeu de ces prochains mois et années sera ainsi de savoir connecter les écosystèmes, les fonds d'investissement et les Business Angels pour permettre aux startups méditerranéennes leur mise à l'échelle, renforcer leur capacité de résilience et assurer leur pérennité économique. Cette meilleure coordination doit cependant aller de pair avec la mise en œuvre de politiques publiques pour placer le numérique comme un levier de développement, évangéliser et valoriser les initiatives sociales. Il est indispensable de continuer à faire évoluer le cadre juridique des pays africains et méditerranéens vers une législation plus favorable aux entrepreneurs, et qui s'adapte à leur rythme.

La nécessaire coopération de l'Europe et du Maghreb

Renouvelant des liens économiques et naturels historiques, la région Méditerranée peut devenir un partenaire digital de poids pour l'Europe dans le jeu international et face aux géants de la Tech indienne, chinoise ou encore de la Silicon Valley. C'est en ce sens que le président de la République française, Emmanuel Macron, a lancé l'année dernière le Sommet des deux rives. Celui-ci a pour ambition de définir un nouvel agenda positif pour la Méditerranée, en y associant pleinement la société civile. Il réunit cinq États de la rive sud de la Méditerranée (la Mauritanie, le Maroc, l'Algérie, la Tunisie et la Libye) et cinq États de la rive nord (le Portugal, l'Espagne, la France, l'Italie et Malte).

Parmi ses objectifs, le Sommet des deux rives vise notamment à faire de la Méditerranée un laboratoire d'économie numérique et durable. Une ambition incarnée par le Programme EMERGING Mediterranean, l'une des grandes initiatives saluées par les Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée et signés par les ministres des Affaires étrangères des pays présents lors du Sommet des deux rives.

EMERGING Mediterranean a ainsi pour objectif de faire émerger une nouvelle génération de leaders technologiques à forts impacts sociétaux et environnementaux sur la rive sud de la Méditerranée, et à y promouvoir la "Tech For Good" au service des populations. À travers, notamment, l'identification des leaders et talents technologiques méditerranéens émergents, leur accélération ainsi que leur mise en relation avec des investisseurs en partenariat avec de nombreux acteurs européens internationaux dont la Startup Factory de Casablanca, la Jeune Chambre de Commerce de Mauritanie, le ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères, la Confédération Algérienne des Entreprises Citoyennes, l'Agence Française de Développement ou encore la Banque Mondiale. EMERGING Mediterranean visera, par ailleurs, à encourager l'émergence d'un "Mediterranean Digital & Startup Act" afin de placer l'Humain et l'émergence des objectifs de développement durable au cœur de la révolution du digital en Méditerranée.

Ainsi, l'épidémie de COVID qui bouscule nos sociétés et l'ensemble de la planète pourrait nous pousser à revoir nos priorités en termes de partenariats et de coopération. En mettant à l'épreuve la résilience de nos sociétés, elle agit paradoxalement comme un révélateur d'innovations positives, qu'il convient d'accompagner et de valoriser pour renforcer la stabilité de la région.

5 mn

ConnectLive54 - Cybersécurité : Quelles stratégies pour les entreprises ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.