Législatives au Congo : deux filles et un fils du président Sassou-Nguesso élus députés

 |   |  409  mots
Denis Christel Sassou Nguesso, fils du président congolais, a été réélu dans la circonscription d'Oyo, avec plus de 99% des voix.
Denis Christel Sassou Nguesso, fils du président congolais, a été réélu dans la circonscription d'Oyo, avec plus de 99% des voix. (Crédits : DR.)
Les résultats du second tour des élections législatives congolaises sont tombés. Sans surprise, le Parti congolais du travail a raflé la majorité absolue. Parmi les députés à défendre les couleurs du PCT à la future assemblée du pays figurent trois enfants du président congolais Denis Sassou-Nguesso.

Parmi les enfants candidats du président Dénis Sassou-Nguesso pour les élections législatives au Congo, un seul a été «recalé». Deux filles et un fils du président congolais vont en effet siéger à la future Assemblée nationale du pays. Les résultats du deuxième tour du 30 juillet dernier, annoncés hier 2 août à la télévision publique par le ministre de l'Intérieur, confortent la famille du président.

Denis Christel, fils cadet de Sassou-Nguesso, a été réélu à Oyo «sa ville natale» avec plus de 99% des voix, à l'image de sa sœur Claudia, fille et communicante en chef du président. Elle a conservé son siège à Talangai.

Claudia et Denis Christel seront rejoints par leur sœur Stella à l'Hémicycle. Peu connue sur la scène politique avant ce scrutin, la nouvelle élue de la famille a obtenu dans la nouvelle circonscription de Kintélé le suffrage nécessaire des Congolais pour siéger elle aussi au Parlement. Mais qui sera le plus influent à l'assemblée, parmi les trois enfants députés de Sassou-Nguesso  ?

«kiki le pétrolier», le fils de son père

Denis Christel est le nom qui revient le plus à chaque fois que cette question se pose. Âge de 42 ans, celui que l'on surnomme «kiki le pétrolier» est pour de nombreux observateurs de la scène politique congolaise, «le véritable fils de son père». Réélu député à l'Assemblée nationale, Denis Christel Sassou-Nguesso est la figure montante du PCT. Il incarne déjà le visage «consensuel» pour assurer l'héritage de son père, au pouvoir depuis plus de 30 ans. L'enfant prodigue a donc toutes les cartes en main pour bien asseoir son influence au sein du PCT et du futur Parlement. Mais il faut signaler que les résultats publiés hier ne confortent pas uniquement la famille du président.

Avec 90 députés, le PCT va disposer d'une majorité absolue dans la future Assemblée qui va compter 151 sièges. Le parti créé par Denis Sassou-Nguesso est suivi par l'UPADS, la première formation d'opposition et les indépendants élus sous le label de l'Union des démocrates et humanistes, UDH-Yuki, de Guy-Brice Parfait Kolélas.

Deux millions de Congolais étaient attendus à ce scrutin dont le second tour a été émaillé par des violences et «des fraudes». Mais pour l'heure, aucun chiffre sur le taux de participation n'a été publié.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :