Nigéria : le vote électronique autorisé par le Sénat

 |   |  432  mots
(Crédits : DR)
Ce sera une première en Afrique ! Longtemps annoncé, sans cesse reporté, le vote électronique va être expérimenté au Nigéria où le Sénat vient de donner son aval pour une expérimentation dès les élections générales de 2019. Ce nouveau système de vote devrait permettre un gain de temps considérable pour le pays le plus peuplé d’Afrique. Il devrait également permettre de limiter les fraudes aux différentes échéances électorales. Conçu à 100% par des ingénieurs nigérians, ce système pourrait inspirer tout un continent où les élections font souvent l’objet de contestations virulentes qui entraînent de longues crises politiques.

Et si la technologie permettait de régler le problème des contestations nées de l'organisation d'élections ? La triste réalité des élections africaines contestées pourrait peut-être s'estomper avec l'expérimentation du système de vote électronique au Nigeria, une première dans le pays et même en Afrique.

Une minute et demie au maximum pour voter

En se basant sur les conclusions de son comité sur la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le Sénat nigérian vient de valider l'utilisation de la lecture d'une carte à puce électorale pour les prochaines élections générales de 2019. Cette carte, introduite en 2015 permet d'enregistrer toutes les informations de vote de son détenteur sur une puce. Ces informations sont ensuite destinées à être lues sur un support électronique.

Ce quitus sénatorial est la première étape qui devrait conduire le Nigéria à adopter un système de vote électronique. Déjà en 2014, des ingénieurs nigérians de l'Electronic Development Institute (ELDI) ont conçu un système de vote entièrement électronique avec des urnes électronique alimentées sans électricité. Ce système permettait l'identification par reconnaissance faciale, la lecture des empreintes digitales et la transcription des données de la carte à puce.

Le circuit de vote permettait à un électeur d'accomplir son devoir électoral avec une moyenne comprise entre 50 et 90 secondes. Pour le Nigéria et ses 175 millions d'habitants, le vote électronique est un gain de temps considérable qui va sans doute induire des économies considérables sur le financement et la logistique des opérations de vote

Et si le Nigéria prêtait son miroir aux autres pays du contient....

Mais l'aspect le plus intéressant du vote électronique est l'équation de transparence qu'il résout. Le système nigérian permet de suivre les avancées des résultats en instantané et en temps réel de façon électronique. Résultat, les fraudes électorales et les contestations s'en trouvent réduites. Et si le Nigéria inspirait les autres pays africains ?

Ali Bongo au Gabon, Yahya Jammeh en Gambie, Mahamadou Issoufou au Niger, Denis Sassou Nguesso au Congo pour ne citer que ces cas... Pas une seule élection ne se passe sans souffrir de contestation reléguant les pays africains au rang des moins démocratiques au monde. Avec l'introduction d'un système de vote électronique qui tarde à convaincre, la problématique de l'observation et du suivi des élections trouverait ici une solution pertinente. Au-delà, la technologie aura contribué à insuffler à l'Afrique, une démocratisation plus poussée fusse-t-elle électronique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2017 à 11:40 :
Les mots ont un sens. Le vote électronique n'est PAS transparent, il est même absolument opaque. Les fraudes sont bien mieux dissimulées qu'avec le vote papier : pas de témoins, pas de preuves à présenter à un juge.
a écrit le 02/04/2017 à 12:46 :
Les machines à voter qui n'ont jamais fait preuve de fiabilité sont malgré tout imposées parce que forcément que c'est plus avantageux pour les partis aux pouvoirs. D'un autre côté vu que l'on a que des candidats bidons autant que ce soient les ordinateurs qui votent pour ce serait presque logique même.

Au secours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :