Côte d'Ivoire : 329 millions d'euros de la BAD pour le projet de transport urbain d'Abidjan

La Banque africaine de développement a annoncé ce mardi 23 octobre avoir octroyé un prêt supplémentaire d'un montant de 329,4 millions d'euros à l'Etat ivoirien dans le cadre du projet de transport urbain d'Abidjan. Cette enveloppe, indique l'institution financière panafricaine, vient boucler le financement nécessaire à la réalisation du projet.
Avec la réhabilitation du réseau routier, les habitants de Yopougon, Songon, Abobo, ou encore d'Anyama pourront désormais accéder à moindre coût aux zones pourvoyeuses d'emplois de la métropole ivoirienne.
Avec la réhabilitation du réseau routier, les habitants de Yopougon, Songon, Abobo, ou encore d'Anyama pourront désormais accéder à moindre coût aux zones pourvoyeuses d'emplois de la métropole ivoirienne. (Crédits : DR.)

La Côte d'Ivoire a bénéficié ce mardi 23 octobre d'une enveloppe de 329,47 millions d'euros auprès de la Banque africaine de développement (BAD). Selon un communiqué de la Banque, il s'agit de la seconde et dernière tranche d'un prêt total de 567 millions d'euros approuvé par l'institution financière panafricaine en faveur de ce pays et destiné à la mise en œuvre du projet de transport urbain d'Abidjan.

«Ce prêt complémentaire va permettre de transformer 88 km de voies menacées de saturation en autoroutes urbaines, et ainsi doubler la capacité d'écoulement du trafic. Sont concernées, les routes de Dabou (section entre Yopougon et le carrefour de Jacqueville) à l'ouest d'Abidjan, et d'Adzopé (entre Yopougon et Thomasset) au nord», note la Banque dans son communiqué. Le périphérique d'Abidjan, appelé «rocade Y4» (section nord), va également être aménagé, alors que le boulevard Latrille sera prolongé et dédoublé, les feux tricolores de 90 carrefours réhabilités et un système intelligent de contrôle du trafic installé.

A ces projets visés par cette enveloppe supplémentaire, d'autres travaux sont également prévus. Il s'agit, selon le communiqué, de la construction de quatre centres multifonctionnels, la réhabilitation d'infrastructures de commerce. «91 nouveaux emplois seront créés chaque jour pendant trois ans et 500 femmes policières de l'Unité de régulation de la circulation vont bénéficier de moyens logistiques pour améliorer le contrôle de la circulation», ajoute l'institution financière panafricaine.

Améliorer les conditions de vie des populations

Ce projet financé à hauteur de 74% par la BAD est en fait un vaste programme intégré de développement urbain qui met l'accent sur les infrastructures de transport. Pour les autorités, il s'agit d'améliorer les conditions de vie des 5 millions d'Abidjanais, la compétitivité des activités économiques urbaines, de promouvoir le développement industriel, la planification et la gestion urbaines, l'hygiène, la salubrité publique et la qualité de l'air.

«C'est un projet intégré qui va permettre aux populations les plus défavorisées de Yopougon, de Songon à l'ouest, d'Abobo et d'Anyama au nord, qui affichent des taux de pauvreté de 40% à 70 %, d'accéder à moindre coût aux zones pourvoyeuses d'emplois», a d'ailleurs commenté Marie-Laure Akin-Olugbade, directrice générale de la Banque pour l'Afrique de l'Ouest.

A noter que le projet est estimé à un coût global de 770 millions d'euros. En plus de la BAD qui finance 74% du budget, l'Agence japonaise de coopération internationale prend en charge 8%, alors que le Fonds pour l'environnement mondial supporte 1% du besoin en financement. Les 17% restants constituent la contrepartie du gouvernement ivoirien.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.