Santé  : un forum africain pour dynamiser les partenariats public-privé

 |   |  561  mots
(Crédits : DR)
Pour la Fondation Aliko Dangote, la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique, et l'African business coalition for health, il faut développer un partenariat des secteurs privé et public pour améliorer la santé en Afrique. C'est dans cette vision que ces organismes ont prévu en février prochain en Ethiopie une rencontre d'envergure dénommée «Forum Africa Business : Health Forum».

Le 12 février prochain en Ethiopie, en marge du 32e sommet de l'Union africaine (UA), aura lieu le premier Forum Africa Business :Health Forum (AB : HF). Il s'agit selon un communiqué d'une initiative de la Fondation Aliko Dangote, de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA) et de l'African business coalition for health (GBCHealth). Ce rendez-vous sera une opportunité donnée aux principaux décideurs africains d'explorer les possibilités d'exploiter la croissance économique du continent africain pour investir dans le secteur de la santé, par le biais de partenariats commerciaux.

Cette démarche des décideurs est nécessaire d'autant plus que, selon le communiqué, la corrélation entre la santé des employés et la croissance économique est prouvée et que le secteur de la santé présente beaucoup d'opportunité d'investissement.

«Des études ont indiqué que d'ici à 2030, les opportunités dans le secteur de la santé et du bien-être atteindraient 1 800 milliards de dollars, à prix courant. L'investissement dans les systèmes de santé africains permettrait d'accélérer le développement économique et la croissance, de sauver des millions de vies, de prévenir des handicaps à vie, et de contribuer à réaliser les ODD et l'Agenda 2063 de l'Afrique», note le communiqué. «Nous commençons à découvrir les opportunités que peuvent apporter, d'un point de vue commercial, les investissements dans la Santé et l'amélioration de la Santé», a reconnu Aigboje Aig-Imoukhuede, financier de renom et coprésident de GBCHealth, cité par le communiqué. «Il est indispensable de réduire les inégalités en matière de santé en Afrique, et nous devons œuvrer à l'élaboration d'un plan universel qui transformerait les soins de santé. La Santé ne doit plus être une source de problèmes, mais une source de prospérité», a-t-il ajouté, retraçant ainsi les priorités du forum de février prochain.

Un regroupement de «champions»

 Le rendez-vous d'Addis-Abeba conduira au lancement de l'ABCHealth, note également le communiqué. Il s'agit d'une structure qui mobilisera des champions du secteur privé au moyen d'une plateforme coordonnée, afin de faire progresser les soins de santé et développer les systèmes de santé en Afrique.

Elle «jouera le rôle de plateforme régionale pour exploiter les synergies qui permettront de bâtir plus directement une Afrique prospère et en bonne santé, grâce à la collaboration et aux partenariats commerciaux », apprend-on.

«Pour que l'Afrique progresse, les entreprises doivent s'impliquer dans le domaine de la Santé et prendre des mesures audacieuses. Nous devons travailler ensemble - secteur privé, gouvernements et populations - pour promouvoir l'innovation et stimuler des investissements stratégiques qui profitent à tous. L'heure est venue d'entrer dans une nouvelle ère de coopération en Afrique qui permettra aux peuples et aux entreprises de prospérer, aujourd'hui et demain», a déclaré Aliko Dangote, président du groupe Dangote et président de la fondation Aliko Dangote.

Pour sa part Vera Songwe, secrétaire exécutive de la CEA, dont l'institution soutient également l'initiative a indiqué que la CEA «participera à l'élaboration et la mise en œuvre de cadres de politique liés au financement des soins de santé au moyen de partenariats public-privé et du secteur privé. D'autre part, la Zone de libre-échange continental africain (ZLEC) facilitera les investissements régionaux dans la Santé, en particulier dans le secteur pharmaceutique».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :