Soins de santé  : la facture sera désormais plus salée dans les cliniques privées ivoiriennes

 |   |  514  mots
Pour les actes de chirurgie et de médecine dans le secteur privé ivoirien, la césarienne par exemple est désormais fixée à 750 000 Fcfa pour les mutuelles et à 800 000 pour les tarifs assurances.
Pour les actes de chirurgie et de médecine dans le secteur privé ivoirien, la césarienne par exemple est désormais fixée à 750 000 Fcfa pour les mutuelles et à 800 000 pour les tarifs assurances. (Crédits : DR)
Depuis le 1er janvier 2019, les coûts des soins de santé dans les établissements privés en Côte d'Ivoire affichent une importante augmentation, passant par exemple pour la consultation en médecine générale de 8 000 à 15 000 francs CFA. Une mesure à imputer au Syndicat national des médecins privés et à l'Association des cliniques privées qui ont décidé d'appliquer les barèmes de 1998, pourtant écartés en août 2018.

Se faire soigner dans une clinique privée en Côte d'Ivoire vous coûtera désormais plus cher. En effet, les tarifs ont grandement augmenté depuis le premier jour de l'année, suite à une décision du Syndicat national des médecins privés (YNAMEPCI) et de l'Association des cliniques privées (ACPCI) soutenue par l'Ordre des médecins de Côte d'Ivoire (OMCI), de faire un bloc pour faire appliquer les barèmes honoraires et des tarifs des actes médicaux de 1998 dans les cliniques.

«Ce n'est pas une augmentation en tant que telle, c'est quelque chose qui était déjà décidé en 1998, après la dévaluation. Nous avons obligation de tenir compte de ce que l'Ordre des médecins décide ; on l'applique pour les assurances», s'est défendu Dr Chaloupe du Centre médical Chady, au Plateau, le centre des affaires d'Abidjan, cité par la presse locale.

Pourtant, dans les faits, les patients peuvent grandement ressentir la hausse des tarifs. «Par exemple, pour la médecine générale, en 2018, la consultation faisait 8 000 Fcfa et le patient [assuré, NDLR] n'avait qu'à payer son ticket modérateur, 20% de 8 000 Fcfa qui fait 1 600 Fcfa. Une fois qu'il a payé cela, il peut aller en consultation ... Avec le barème de 2019, la consultation en médecine générale est passée à 15 000 Fcfa pour les jours ouvrables, puis à 20 000 la nuit, dimanche et les jours fériés», a confié Serge Konan, collaborateur du gestionnaire de la clinique Hall médical Inri de la Fraternité d'Adjamé (Nord Abidjan).

Les compagnies d'assurances appelées à faire une mise à jour

Les tarifs ont également augmenté pour les autres types de prestations. Par exemple, pour les actes de chirurgie et de médecine, la césarienne est fixée à 750 000 Fcfa pour les mutuelles et à 800 000 pour les tarifs assurances. En ce qui concerne l'accouchement normal, il est de 300 000 Fcfa pour les mutuelles et de 350 000 pour les assurances, tandis que l'accouchement gémellaire revient à 350 000 Fcfa pour les mutuelles et à 400 000 pour les assurances. Pour le forfait journalier des pathologies médicales, notamment le NFS, Frottis, goutte épaisse, urée, CRP, glycémie, créatininémie, son prix est désormais fixé à 75 000 Fcfa.

Pour éviter les conséquences de ces nouveaux tarifs sur le pouvoir d'achat, les cliniques ont appelé les compagnies d'assurance à effectuer une mise à jour à leur niveau. «Certaines assurances ont fait les mises à jour à telle enseigne que lorsque les patients viennent ici pour les consultations, une fois que nous introduisons le matricule [dans l'ordinateur], la mise à jour est déjà faite», a indiqué Serges Konan.

Si la mise à jour est faite, le patient n'aura qu'à payer les 20% du nouveau tarif, soit 3 000 Fcfa comme consultation. Mais comme l'exlique Serge Konan, «lorsque l'assureur maintient l'ancien tarif, le ticket modérateur du patient va connaître une augmentation [...] Le patient va payer 15 000 Fcfa du nouveau tarif moins 8 000 de l'ancien tarif, plus 20% de l'ancien tarif qui fera 1 600 Fcfa. Donc, il va payer 8 600 Fcfa comme ticket modérateur avant d'aller voir le médecin parce que son assurance n'a pas supporté le coût».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2019 à 11:15 :
Pas tres grave tout ca. Ceux qui ne voudront pas payer pourrons tjrs aller se faire soigner gratuitement en France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :