Aquaculture : lancement en Namibie de la première ferme de varech à grande échelle au monde

 |  | 275 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : DR.)
Le développement du modèle économique de la future ferme a été confié à l'entreprise néerlandaise Kelp Blue avec un investissement de quelque 60 millions de dollars. La canopée d'algues récoltée sera transformée en produits agroalimentaires, biostimulants et textiles alternatifs.

Climate Fund Managers (CFM) et Eos Capital viennent d'annoncer ce mercredi un partenariat entre Climate Investor Two (géré par Climate Fund Managers), Kelp Blue et le Namibia Infrastructure Development and Investment Fund (NIDIF), géré par Eos Capital, pour le développement commercial de la première ferme de varech à grande échelle au monde.

Un investissement d'environ 60 millions de dollars (990 millions de dollars namibiens) sur une période de cinq ans a été mobilisé pour ce projet d'aquaculture marine. Il sera financé par à la fois par des fonds locaux et internationaux par l'intermédiaire de Climate Investor Two (CI2) et du NIDIF, en attendant l'approbation définitive des investissements. Kelp Blue interviendra à ce niveau pour obtenir les approbations réglementaires et sera en liaison étroite avec les autorités locales namibiennes.

Un projet à valeur ajoutée pour les communautés locales

L'entreprise néerlandaise cultivera du varech géant dans des eaux riches en nutriments à partir de 3 jusqu'à 10 kilomètres des côtes namibiennes, près de Lüderitz. La canopée d'algues sera récoltée de manière durable pour produire des produits agroalimentaires, bio-stimulants et textiles alternatifs.

Le varech est une algue marine à croissance rapide et a la capacité de capturer plus de CO2 que les forêts tout en stimulant la biodiversité marine et en améliorant les stocks de poissons et en générant des avantages écologiques supplémentaires, notamment en contrant l'acidification et la désoxygénation des océans. La future ferme écologique devra créer des emplois dans les communautés côtières et contribuera à la croissance économique dans les zones périphériques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :