Climat des affaires dans les pays OHADA : la Côte d’Ivoire première de la classe

 |   |  394  mots
Les pays membres de l'OHADA ont réalisé entre 2015 et 2016 pas moins de 95 réformes dans les domaines mesurés par l'étude de la Banque mondiale dédiée à ce groupe de pays africains.
Les pays membres de l'OHADA ont réalisé entre 2015 et 2016 pas moins de 95 réformes dans les domaines mesurés par l'étude de la Banque mondiale dédiée à ce groupe de pays africains. (Crédits : DR)
La Banque mondiale publier le rapport Doing Business 2017 dédié aux États membres de l’Organisation pour l'harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA). Dans cette étude sur les réformes réglementaires depuis 2011 dans cinq domaines indicateurs de Doing Business, dans les pays membres de l'OHADA, la palme est décernée à la Côte d’Ivoire.

Moins de tracas dans «la création d'entreprises», plus de célérité dans «l'exécution des contrats» et plus d'efficacité dans «la résolution de l'insolvabilité», la Côte d'Ivoire fait figure de proue en matière de réformes pour l'harmonie des affaires dans la zone OHADA.

Sur de multiples indicateurs, notamment les activités précitées, la Côte d'Ivoire a plus de facilité que tout autre pays, selon le tout dernier rapport Doing Business OHADA 2017, publié par le Global Indicators Group et financé en partie par le Groupe de la Banque mondiale.

Alors que dans les autres pays membres de l'OHADA -le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la République centrafricaine, les Comores, la République démocratique du Congo, entre autres- «les entrepreneurs sont confrontés à des charges réglementaires différentes en fonction de l'établissement et de la gestion de leurs activités», indique le deuxième rapport de la série Doing Business publié ce 30 juillet par la Banque mondiale.

Cependant, selon toujours le même document, même si la Côte d'Ivoire dirige le peloton du classement des pays réformateurs, «aucune économie n'est la meilleure ou la plus mauvaise performance dans tous les domaines». Conclusion ? «Tous les États membres ont de bonnes pratiques à partager», parmi lesquelles figurent notamment le respect des lois uniformes et les règlements de l'OHADA.

Des réformes sur la bonne voie

Cette deuxième édition qui suit les réformes réglementaires, depuis 2011, dans cinq domaines indicateurs de Doing Business, dans les pays membres de l'Organisation pour l'harmonisation en Afrique du droit des affaires, a aussi mis en lumière les performances notées dans le processus d'amélioration du climat des affaires dans de nombreux pays africains étudiés, en plus de la Côte d'Ivoire.

«La bonne nouvelle est que les États membres ont maintenu un rythme soutenu de réformes depuis 2011. Au cours de cinq ans, ils ont mis en place 95 réformes dans les domaines mesurés et constitué le groupe d'économies le plus réformé entre 2015 et 2016 , précise le rapport sans plus de détails.

Néanmoins, il reste encore une marge de manœuvre pour que les économies de l'OHADA convergent entre elles et avec la moyenne pour le reste de l'Afrique subsaharienne, conclut la Banque mondiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :