Angola : pour lever 80 millions de dollars, l'Etat cède sept entreprises de la zone industrielle de Lunada-Bengo

 |   |  223  mots
La Zone économique spéciale de Luanda-Bengo (ZEE, en angolais) a été créée en 2009, avec pour première mission d'offrir un environnement avantageux aux investisseurs locaux et étrangers.
La Zone économique spéciale de Luanda-Bengo (ZEE, en angolais) a été créée en 2009, avec pour première mission d'offrir un environnement avantageux aux investisseurs locaux et étrangers. (Crédits : DR.)
Le gouvernement vient de décider la privatisation totale ou partielle de sept entreprises publiques pour lever une enveloppe de 80 millions de dollars. Les entreprises visées par cette opération feraient partie des 52 unités industrielles installées dans la zone économique spéciale de Luanda-Bengo.

L'Etat angolais va céder sept entreprises publiques à des privés. C'est ce qu'a annoncé en fin de semaine dernière le directeur de l'Institut angolais de gestion des actifs de l'Etat (IGAPE), Gilberto Luther. Cette opération de privatisation devrait se faire à travers un appel d'offres public déjà lancé et qui prendra fin le 31 mars 2019. Selon le responsable angolais, l'opération devrait permettre au pays de mobiliser une enveloppe de 80 millions de dollars.

A en croire des sources citées par les médias locaux, les sociétés publiques concernées par cette opération font partie de 52 unités industrielles installées dans la zone économique spéciale de Luanda-Bengo. Quant à la valeur des sociétés, chacune d'elles devrait être cédée contre un montant situé entre 3 et 18 millions de dollars, selon la valeur des actifs cédés.

Lire aussi : Angola : l'ancien président Dos Santos nie avoir vidé les caisses de l'Etat

La mise en vente des sept entreprises s'inscrit dans le cadre d'un plan de Luanda visant à booster les investissements du secteur privé. Elle entre également dans le cadre d'une stratégie de diversification des sources de revenus de l'Etat à travers divers projets et réformes, lancée par le gouvernement angolais depuis l'arrivée du président João Lourenço au pouvoir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :