Angola : Endiama invite les investisseurs à saisir les « opportunités » dans l'or et le diamant

 |   |  529  mots
Endiama est une entreprise nationale angolaise, spécialisée dans la prospection, la reconnaissance, l’exploration et la commercialisation des diamants, créée en 1981 en tant que concessionnaire exclusif des droits miniers dans le domaine des diamants.
Endiama est une entreprise nationale angolaise, spécialisée dans la prospection, la reconnaissance, l’exploration et la commercialisation des diamants, créée en 1981 en tant que concessionnaire exclusif des droits miniers dans le domaine des diamants. (Crédits : Reuters)
Pour attirer les investisseurs dans le secteur des minerais, l’Angola met en exergue ses chiffres en croissance dans le secteur du diamant. Le pays a, lors de la conférence Mining Indaba sur les mines, présenté la cartographie de la localisation des projets dans les domaines du diamant, de la sidérurgie et de l’or, ouverts à l'investissement, ainsi que les opportunités commerciales dans les projets de cuivre et de manganèse. La présence de ces ressources combinées à des réformes incitatives, devraient garantir un retour sur investissement, selon les autorités de Luanda.

La société nationale de diamants angolaise Endiama s'attend à une hausse substantielle de sa production dans les trois prochaines années. La compagnie table sur une production de 13,8 millions de carats en 2022, contre 9,5 millions de carats en 2019 et 9,4 millions de carats en 2018. Ces chiffres ont été présentés par Kapingana Mandavela, directeur de la géologie d'Endiama, ce mardi 6 février lors de la conférence africaine sur les mines, Mining Indaba qui s'achève ce 7 février à Cape Town en Afrique du Sud.

Lire aussi : Diamant : de retour au Zimbabwe, le géant russe Alrosa démarre ses opérations en février

La délégation angolaise a présenté le secteur minier national aux investisseurs potentiels lors du débat consacré à l'étude de cas sur l'Angola  « Opportunités minières et commerciales », a informé un communiqué de la compagnie nationale angolaise de diamant, Endiama.

Les opportunités minières en Angola

La rencontre a été présidée par le ministre des Ressources minérales et du Pétrole Angolais, Diamantino Azevedo, qui a insisté sur l'amélioration du climat des affaires de ce pays. Il a invité les investisseurs à saisir les nouvelles opportunités offertes par son pays qui a connu une alternance politique en 2017 et s'est fixé de nouveaux objectifs pour le développement du secteur des minerais.

Selon le directeur de la géologie d'Endiama, Kapingana Mandavela, pour obtenir les résultats escomptés, le pays a entrepris de nombreuses mesures à travers l'assouplissement des procédures d'investissement dans le sous-secteur, ainsi que des incitations juridiques et fiscales récemment approuvées par la société.

Lire aussi : Diamant : la sous-tarification aurait coûté près de 500 millions de dollars en six ans à la plus grande mine d'Angola

Un discours appuyé par l'Institut géologique de l'Angola, qui a présenté des cartes d'informations géographiques et géologiques localisant des projets dans les domaines de la sidérurgie et de l'or ouverts à l'investissement. Le pays propose également des opportunités commerciales dans des projets de cuivre et de manganèse.

Le business lucratif du secteur diamantifère

L'Angola dispose d'un important potentiel diamantifère permettant aux entreprises de rentabiliser leurs investissements. « Le projet Lulo en Angola, atteignant 141 millions de dollars a été rentable et continue de l'être et permet à tous les partenaires de gagner des dividendes annuels », a témoigné Stephen Wetherall, PDG de Lucapa Diamond, qui a mis en exergue le potentiel diamantifère angolais, en donnant l'exemple de son expérience dans ce projet Lulo. Autre signe du dynamisme du secteur angolais des diamants relevé est la récente vente aux enchères de diamants à Luanda.

Lire aussi : Banques : le millionnaire angolais Alvaro Sobrinho persona non grata dans «son» secteur ?

Au cours de celle-ci, sept pierres précieuses ont été cédées au prix moyen de 33 530 euros par carat, soit un total de 16,7 millions de dollars pour ce secteur sous la gestion d'Endiama. Cette dernière est une entreprise de prospection, de reconnaissance, d'exploration, et de commercialisation des diamants, créée en 1981 en tant que concessionnaire exclusif des droits miniers dans le domaine diamantifères en Angola.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :