Avec « Ajira », le Kenya veut créer un million d'emplois dans le numérique

 |   |  385  mots
(Crédits : Reuters)
Le gouvernement kényan veut résoudre le problème de l'emploi des jeunes. Il vient de lancer un programme de formation des jeunes aux compétences numériques. Il s'agit du vaste programme dénommé Ajira (emploi en swahili). L'idée est de créer un million d'emplois dans le numérique pour des jeunes Kenyans qui seront des free-lancers en ligne d'ici quelques mois.

A l'image de celle lancée par Google qui a formé un demi-million de jeunes Africains ayant des compétences dans le digital, l'initiative du gouvernement kenyan vise à lutter contre l'épineux problème du chômage des jeunes. Le programme Ajira s'inscrit dans la perspective du gouvernement de Uhuru Kenyatta de faire de son pays une plaque tournante de l'innovation technologique en Afrique. Ajira vise à favoriser le déploiement d'experts de la technologie à travers le pays pour former les jeunes. Joe Mucheru, le ministre kényan de l'Information, de la Communication et de la Technologie indique qu'il est prévu la fourniture d'une connexion Internet Wi-Fi gratuite et la mise en place d'une plate-forme d'inscription en ligne dans le cadre du programme.

Des emplois en ligne pour résoudre le chômage des jeunes

Le programme en question est une initiative pour répondre aux besoins des jeunes kényans qui croupissent sous le poids du chômage ambiant. C'est également une occasion pour développer le secteur des technologies de l'information et de la communication kényane. D'un autre côté, le ministre kényan de l'Information, de la Communication et de la Technologie explique que les autorités envisagent de maximiser les efforts sur les emplois en ligne qu'offrent plusieurs sociétés dans le pays ces dernières années. « Les entreprises offrent davantage de travail en ligne parce que c'est plus pratique et rentable pour elles...», a déclaré Joe Mucheru. Le gouvernement kényan estime à plus de 40.000, le nombre de Kenyans ayant obtenu un travail en ligne allant des services de transcription au développement de logiciels sur des sites tels qu'Amazon Mechanical Turk et la plateforme kenyane KuHustle. L'ambition est de poursuivre sur la même lancée avec le programme Ajira. Selon les statistiques disponibles actuellement, le Kenya a le plus haut taux de chômage des jeunes en Afrique orientale. Une situation qui n'avantage pas un pays qui envisage d'atteindre l'émerge à moyen terme. Les données de la Banque mondiale révèlent que 17 % des jeunes actifs au Kenya sont sans emploi. Dans le même temps, les pays voisins comme la Tanzanie et l'Ouganda ont des taux plus bas, respectivement 5,5 et 6,8 %. Un défi pour le président Uhuru Kenyatta et de son gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :