Kenya : le niveau de la dette inquiète le FMI

 |   |  208  mots
Le Kenya affiche l'une des meilleures performances économiques réalisées au cours des dix dernières années à l'échelle du continent africain.
Le Kenya affiche l'une des meilleures performances économiques réalisées au cours des dix dernières années à l'échelle du continent africain. (Crédits : DR.)
Malgré une croissance soutenue, la part de la dette publique kényane est toujours aussi élevée et inquiète le Fonds monétaire international. Estimée aujourd'hui à 42 milliards d'euros, cette dette s'est grandement accentuée ces dernières années et pourrait atteindre 60 milliards d'euros à l'horizon 2022.

La dette publique du Kenya a atteint un niveau inquiétant. Celle-ci est rapidement passée de 15,4 milliards d'euros en à 42,7 milliards ces dernières années et pourrait atteindre d'ici 2022, 60 milliards d'euros, selon les estimations du Fonds monétaire international.

D'après la presse, la question aujourd'hui est de savoir si le pays pourrait relever le défi de soutenabilité de sa dette alors que celle-ci frôle les 58% du PIB. Déjà la Banque africaine de développement, dans ses perspectives 2018 pour le Kenya, a averti que «la poursuite des fortes dépenses publiques de consommation maintient le déficit budgétaire à près de 10% du PIB, tandis que la maturité de la dette publique pourrait entraîner un surendettement».

Cette situation est cependant quelque peu surprenante au vu des performances macroéconomiques du pays. Toujours selon la banque panafricaine, le Kenya a enregistré en 2016 une croissance économique réelle de 5,8%. Celle-ci a ensuite chuté à 5% en 2017 en raison de la faible croissance du crédit due au plafonnement des taux de prêt des banques commerciales, de la sécheresse et de l'impasse politique prolongée qui a suivi l'élection présidentielle. La Banque estime que la croissance économique devrait remonter à 5,6 % cette année et à 6,2 % en 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :