Florie Liser : « Bien que l'Afrique soit complexe, sa pertinence stratégique pour les États-Unis est claire »

Les décideurs des gouvernements et secteurs privés africains et américains se réunissent à Marrakech du 19 au 22 juillet à l’occasion de l’US-Africa Business Summit. Objectif : tracer les pistes concrètes du renforcement la coopération économique entre les pays d’Afrique et les Etats-Unis. Florie Liser est présidente et CEO du Corporate Council of Africa (CCA), l’organisation à l’origine de ce rendez-vous d’affaires. Dans cet entretien avec La Tribune Afrique, cette femme clé de la diplomatie économique américaine précise les ambitions de Washington au sujet des marchés africains.
Ristel Tchounand
(Crédits : DR)

LA TRIBUNE AFRIQUE - Vous connaissez bien le continent africain puisqu'avant de présider le Corporate Council of Africa (CCA), vous étiez le représentant américain adjoint au commerce pour l'Afrique. Vous avez dirigé la politique commerciale et d'investissement des Etats-Unis dans 49 pays et supervisé la mise en œuvre de l'Africa Growth and Opportunity Act (AGOA). Vu de Washington, que reste-t-il de toutes ces années de coopération ?

Chez le Corporate Council of Africa, nous croyons en la promesse et au grand potentiel des relations commerciales entre les États-Unis et l'Afrique. L'Afrique n'est pas monolithique : ses pays représentent une diversité d'histoires, de cultures, de peuples et de langues. Bien que l'Afrique soit complexe, sa pertinence stratégique et économique pour les États-Unis est claire. D'ici 2025, plus de la moitié de la population africaine aura moins de 25 ans. D'ici 2050, un quart de la population mondiale sera africaine et le Nigeria dépassera les États-Unis en tant que troisième pays le plus peuplé du monde. Cette même année, deux enfants sur cinq naîtront en Afrique. D'ici 2100, 13 des 20 plus grandes zones urbaines du monde seront en Afrique. Le continent est déjà l'un des marchés de consommation à la croissance la plus rapide au monde avec 1,4 milliard de personnes, et sa classe moyenne croissante et sa grande population de jeunes représentent d'importantes opportunités d'exportation pour les biens et services américains. Une population jeune et productive élargit non seulement les opportunités du marché américain, mais réduit également les conditions qui favorisent l'insécurité mondiale.

C'est justement pour soutenir cette coopération économique que le Corporate Council of Africa a lancé le US-Africa Business Summit dont l'édition 2022 (à Marrakech) a pour thème : « Construire l'avenir ensemble ». Un avenir commun entre les États-Unis et le continent africain est-il vraiment possible dans le contexte mondial actuel ?

Le développement économique est essentiel pour revitaliser les marchés, encourager l'investissement privé et faire face aux impacts sociaux et économiques secondaires causés par la pandémie de Covid-19. La collaboration entre les gouvernements et le secteur privé est essentielle pour relever les défis sans précédent causés par la pandémie de Covid-19. Garantir un accès plus équitable aux vaccins est une première étape clé qui offre aux entreprises de divers secteurs allant de la santé aux TIC, une occasion unique de travailler ensemble pour répondre aux besoins de santé publique de l'Afrique. Au cours de l'année dernière, les entreprises et les gouvernements ont dû se démener pour faire face à des chocs inattendus et profonds sur les chaînes d'approvisionnement. Il y a une grande opportunité en 2022 et au-delà pour les entreprises et les gouvernements de développer un ensemble de chaînes d'approvisionnement plus résilientes et sécurisées et d'étendre leur collaboration pour créer de nouveaux marchés. Le CCA espère, par le biais de son initiative États-Unis-Afrique pour la sécurité sanitaire et la résilience (HSRI), réunir les parties prenantes américaines et africaines des secteurs public et privé, pour discuter des moyens de collaborer non seulement pour lutter contre le COVID, mais aussi pour renforcer les systèmes de santé africains. Le HSRI est un bon exemple du potentiel de collaboration pour produire des résultats concrets. C'est également le moment idéal pour les entreprises, les ONG et les gouvernements africains de s'appuyer sur les réalisations notables des ONG dans plusieurs domaines, notamment le paludisme et la santé reproductive. C'est également le moment d'élargir la collaboration sur des questions critiques telles que les maladies non transmissibles et le renforcement des capacités.

Il existe également un fort besoin de collaboration public-privé entre les États-Unis et l'Afrique pour faire face de manière stratégique à l'impact de la guerre d'Ukraine sur l'Afrique, son secteur agricole et sa population. Les centaines de millions de petits exploitants agricoles africains, qui sont déjà confrontés à des défis pour accéder et utiliser les technologies les plus récentes et les meilleures pour augmenter la productivité, sont maintenant touchés par la hausse des prix mondiaux des produits de base.

En termes de business/deals, quelles sont les attentes supposées de cette rencontre ?

Notre objectif est de permettre aux entreprises de se connecter avec les décideurs du gouvernement et du secteur privé pendant trois jours et de fournir les informations nécessaires pour faire progresser ces organisations.

Ces dernières années, les États-Unis revoient leur stratégie économique en Afrique, avec notamment la création de DFC. Le président Biden et son administration plaident pour des relations plus étroites avec les pays du continent. Quelles sont aujourd'hui les priorités des Etats-Unis en matière de coopération économique avec l'Afrique ?

En juin 2021, le président Biden et les partenaires du G7 ont convenu de lancer la nouvelle initiative d'infrastructure mondiale audacieuse Build Back Better World (B3W), un partenariat d'infrastructure axé sur les valeurs, de haut niveau et transparent dirigé par les grandes démocraties pour aider à réduire les 40 000 milliards de dollars de besoin d'infrastructures dans le monde en développement, qui a été exacerbé par la pandémie. Par l'intermédiaire de B3W, le G7 et d'autres partenaires partageant les mêmes idées coordonneront la mobilisation de capitaux du secteur privé dans quatre domaines d'intérêt -le climat, la santé et la sécurité sanitaire, la technologie numérique, ainsi que l'équité et l'égalité des sexes- avec des investissements catalyseurs de nos institutions de financement du développement respectives.

Votée et promulguée en 2000 par le Congrès américain sous la présidence de Bill Clinton, l'AGOA a été bien accueillie à ses débuts avant que certains gouvernements africains n'y trouvent des lacunes, notamment en raison des incertitudes entourant les accords et en termes d'impact dans ces pays (création d'emplois, lutte contre la pauvreté...). Comment le CCA aborde-t-il ces questions autour de l'AGOA ?

Depuis 2000, l'Africa Growth and Opportunity Act - connu sous le nom d'AGOA - a fourni aux pays africains éligibles un accès en franchise de droits aux marchés américains pour des milliers de produits. L'objectif de l'AGOA est d'accroître à la fois le commerce et de favoriser les partenariats entre les entreprises américaines et africaines. Le CCA soutient le Forum annuel du secteur privé de l'AGOA qui a toujours fourni une excellente occasion de contacter les entreprises pour avoir une meilleure idée de ce qui fonctionne sur le terrain - et de ce qui pourrait être changé pour le mieux.

Le continent africain est perçu comme le marché de demain grâce à sa démographie, ses ressources naturelles... Fortement convoité par les autres puissances mondiales (Chine et Europe en l'occurrence), l'Afrique construit également son intégration à travers la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). Quelle place le business américain (investisseurs, entreprises, industries, banques...) veut-il occuper sur ce marché aux 2,5 milliards de consommateurs en 2050 ?

L'Afrique est en passe de devenir l'une des régions économiques les plus importantes du monde. Lorsque la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) de 54 pays sera pleinement mise en œuvre, elle constituera le cinquième plus grand bloc économique au monde, représentant une énorme source d'emplois, de consommateurs, d'innovation pour façonner l'économie mondiale. La Zlecaf change la donne pour l'intégration économique et le commerce régional de l'Afrique, tout en attirant les produits et services africains dans les chaînes de valeur mondiales et en stimulant les investissements liés au commerce. Cela nécessitera également que les gouvernements africains améliorent leur climat des affaires, promeuvent la bonne gouvernance, soutiennent une croissance tirée par le secteur privé qui crée des emplois et investissent dans leurs entreprises - en particulier les PME, les jeunes et les entreprises appartenant à des femmes. Il sera impératif pour les gouvernements africains de travailler plus étroitement ensemble. L'amélioration des infrastructures énergétiques et de transport, la lutte contre le changement climatique et la sécurité alimentaire, ainsi que la numérisation du commerce constituent les autres domaines propices à la participation du secteur privé et qui seront essentiels pour maximiser la cohésion et le succès du continent dans le cadre de la Zlecaf.

Dans un discours sur la politique américano-africaine au Nigeria en novembre dernier, le secrétaire d'État américain, Anthony Blinken, a salué « la Zone de libre-échange continentale africaine, car nous voulons voir croître la puissance économique de l'Afrique dans le monde. Davantage de consommateurs devraient avoir accès aux biens et services africains. Plus d'emplois doivent être créés pour les jeunes Africains - la main-d'œuvre mondiale de l'avenir ». Je partage l'enthousiasme du secrétaire Blinken pour la Zlecaf. En outre, je crois en l'importance pour l'Afrique non seulement d'accroître le commerce intra-africain (actuellement d'environ 15% seulement), mais aussi de renforcer les avantages et le rôle de l'Afrique dans le système commercial mondial. L'ajout de valeur et la diversification des exportations sont nécessaires pour accroître la part de l'Afrique dans le commerce mondial, intégrer les fournisseurs africains dans les chaînes de valeur régionales et mondiales et soutenir l'industrialisation et la création d'emplois. L'augmentation du commerce entre les États-Unis et l'Afrique peut jouer un rôle important à cet égard.

Propos recueillis par Ristel Tchounand.

Ristel Tchounand
Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.