Énergie solaire durable : vers la libération du potentiel de l'Afrique [Tribune]

 |   |  866  mots
(Crédits : DR)
La dernière COP a, une fois encore, tiré la sonnette d'alarme sur la responsabilité des acteurs du privé quant à la durabilité de leurs activités. Dans le monde, et en Afrique en particulier, il est essentiel de faire émerger une nouvelle économie, respectueuse de l'environnement, rentable et source de développement pour que le continent puisse libérer son potentiel.

Au niveau mondial, la durabilité est passée d'une ambition à une nécessité à part entière. C'est ce qui a été confirmé lors de la récente COP24 des Nations Unies, où des négociations sur la mise en œuvre de l'Accord de Paris ont eu lieu.

« Nous invitons toutes les entreprises de tous les secteurs et de toutes les régions à fixer leurs objectifs scientifiques à un tout autre niveau d'ambition », a déclaré Lise Kingo, responsable du Pacte mondial des Nations Unies, un réseau œuvrant pour que les entreprises privées soient à la fois plus écologiques et plus rentables.

La marche à suivre pour que les organisations atteignent ces objectifs - jadis contradictoires - est toujours contestée mais la COP24 nous a appris que la majorité des nations restent déterminées à combler le fossé entre l'écologie et l'économie. Nous connaissons tous les défis environnementaux qui se posent aux communautés mondiales et savons que les activités économiques durables ont la portée et l'influence nécessaires pour avoir un impact positif et transformateur. Les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies (ONU) en sont une preuve indéniable.

L'organisation internationale a défini 17 objectifs que les pays doivent réaliser en coopération, afin de « éliminer la pauvreté, protéger la planète et assurer la prospérité pour tous ». Naturellement, ce sont les marchés émergents qui verront les gains cumulatifs les plus importants de tout progrès vers les ODD, mais ces régions en développement voient les approches traditionnelles du progrès économique, social et infrastructurel s'essouffler. Nous le savons parce que nous perdons du terrain au lieu d'en gagner concernant certains ODD. Par exemple, le nombre de personnes confrontées à la privation alimentaire chronique est passé d'environ 804 millions en 2016 à près de 821 millions en 2017. Des partenariats public-privé (PPP) pérennes et mutuellement bénéfiques sont déterminants pour aider à rattraper le retard accumulé dans la réalisation des objectifs des ODD.

Des PPP indispensables pour le développement d'initiatives durables

En ce qui concerne notre propre marché de l'énergie solaire en Afrique subsaharienne, tout changement social et économique durable exigera une plus grande attention aux structures tarifaires durables pour ouvrir la voie à des projets solaires plus solides. Pour atteindre cet objectif, il est primordial que les gouvernements trouvent un équilibre entre une tarification équitable pour les consommateurs et des marges suffisamment élevées pour rendre les projets bancables.

Des structures de tarification équitables contribuent à garantir la demande d'énergie renouvelable et encouragent les promoteurs à étoffer leur infrastructure. Cela peut créer un cycle de croissance qui sert une plus grande partie de la population et libère le potentiel de l'Afrique.

Aussi, c'est aux gouvernements de trouver cet équilibre. Une tarification équitable dépend des avantages fiscaux pour les promoteurs solaires, ainsi que d'un investissement plus large dans le secteur. Par exemple, en 2017, le gouvernement nigérien et l'Association internationale de développement (IDA) ont accordé un financement de 50,3 millions de dollars pour soutenir le Projet d'Accès aux Services Électriques Solaires au Niger (NESAP), une initiative visant à fournir l'énergie solaire aux communautés rurales. Puis, en novembre 2017, un groupe de production d'énergie solaire a lancé avec succès un projet pilote de mini-réseau dans le village de Boki au Niger en partenariat avec l'Agence d'Électrification Rurale du pays, l`ANPER. Le projet a fourni de l'électricité à plus de 2 600 personnes dans une commune dépourvue de services publics traditionnels, et son succès dépendait de notre approche de système modulaire, qui permet des économies d'échelle et donc un développement financièrement viable.

La nécessité de développer des projets rentables même à l'échelle locale

Sur le plan énergétique, à ce jour, environ 600 millions de personnes n'ont toujours pas accès à l'électricité en Afrique parce que le rythme de l'électrification ne dépasse que de peu la croissance démographique du continent. Une tarification intenable - et le climat hostile aux investisseurs qu'elle crée - n'est qu'une des raisons pour lesquelles ce déséquilibre existe, et pourquoi l'Afrique a connu trop de faux espoirs sur la voie de l'expansion de son infrastructure des énergies renouvelables.

Comme la COP24 l'a démontré, dans le contexte du changement climatique, la durabilité est un pilier essentiel de tout accord bilatéral axé sur un changement généralisé. Il en va de même au niveau local.

Au cœur des localités, les promoteurs privés travaillent côte à côte avec le secteur public pour mettre en place des infrastructures essentielles dans les régions qui en ont besoin. Pour ces projets, un potentiel élevé de bancabilité est une priorité absolue. Les projets locaux sélectionnés pour notre soutien commercial et technique doivent présenter un potentiel important d'avantages pour la communauté et inclure un volet RSE, ainsi que de réelles promesses sur le plan commercial. La raison en est simple.

De fait, sans une tarification durable, un projet - et donc le progrès de l'Afrique - est entravé avant même son lancement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :