Ghana : «Nation Builders Corps», le cadeau du président Nana Akufo-Addo aux jeunes diplômés-chômeurs

 |  | 1057 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : DR)
Le président ghanéen a lancé, mardi 1er mai à Kumasi, une nouvelle initiative qui vise à offrir des opportunités d’emploi à 100.000 jeunes diplômés au chômage. Alors que l’économie du pays surfe sur de bonnes perspectives, Nana Akufo-Addo entend profiter des marges de manœuvres retrouvées pour réduire le taux du chômage principalement chez les jeunes, l’un des plus grands défis de son mandat.

L'occasion était bien choisie. A l'occasion de la célébration de journée mondiale du travail, le président Nana Akufo-Addo a lancé son initiative «Nation Builders Corps» (NaBco) dont l'ambition est d'offrir en une année des opportunités d'emplois à près de 100.000 jeunes diplômés au chômage. C'est depuis l'université Kwame Nkrumah de Kumasi, une des plus importantes du pays, que l'initiative, d'un coût estimée à 600 millions de cédis soit plus de 13 millions de dollars, a été lancée.

Selon le chef de l'Etat ghanéen, les personnes qui seront recrutées seront mises à la disposition de différents services et établissements publics du pays afin notamment d'améliorer les prestations sociales aux populations. L'initiative présidentielle «NaBco» est structurée autour de plusieurs programmes et s'étend à plusieurs domaines. Ainsi, le programme «Feed Ghana» permettra de recruter des agents agricoles afin de venir en aide aux agricultures, «Teach Ghana», le recrutement d'enseignants, «Heal Ghana», celui des agents de santé et «Clean Ghana» celui des agents d'assainissements. Parallèlement, le programme «Revenue Ghana» consistera au recrutement d'agents pour renforcer la collecte des recettes fiscales, le programme «Enterprise Ghana», le recrutement de jeunes diplômés par des entreprises du secteur privé, le programme «Digitize Ghana», pour accompagner la stratégie numérique du gouvernement et «Gouvernance Ghana» consistera au recrutement d'agents au profit des collectivités locales.

«Il est important que nous fassions les choses différemment, si nous voulons bannir le spectre du désespoir et redonner espoir et dignité à nos jeunes. Notre objectif ultime, en tant que gouvernement, est de faire croître l'économie rapidement afin que, avec le secteur privé, nous absorbions nos jeunes sans emploi qui arrivent chaque année sur le marché du travail. C'est pourquoi j'utilise l'opportunité offerte par la signification de cette journée pour lancer cette initiative qui, tout en se prêtant à la symbolique d'aujourd'hui, aura un impact positif et concret sur la vie des citoyens de ce pays». Nana Akufo-Addo

En plus de cette initiative qui concerne les diplômés-chômeurs, le président ghanéen a annoncé le recrutement de 80.000 non diplômés dans le cadre d'un autre programme qui sera lui lancé dès l'année prochaine.

Taux élevé de chômage

Ces différentes initiatives s'inscrivent dans le cadre des réponses validées par le gouvernement ghanéen en vue de résorber le taux de chômage, l'un des plus importants de la sous-région, et particulièrement chez les jeunes diplômés. «Ce ne sont pas des emplois durables et qui à long terme pourraient contribuer à soutenir notre économie en pleine croissance, mais nous avons besoin d'interventions radicales dans l'intervalle, et je ne doute pas qu'ils fourniraient des opportunités pour de nombreux jeunes à réussir à monter leurs propres affaires» a souligné le président. Nana Akufo-Addo n'a d'ailleurs pas manqué de relever qu'aujourd'hui, le nombre de diplômés issus des institutions d'enseignement de formation du pays a dépassé le nombre d'offres d'emploi disponibles. «À la fin de l'année dernière, j'étais inquiet d'apprendre que deux cent cinquante mille (250 000) jeunes avaient fait une demande pour être placés dans les différents programme de stages de l'Agence pour l'emploi des jeunes, alors que les places disponibles n'étaient que de cinq mille (5 000)» a ajouté le chef de l'Etat pour qui la problématique du chômage dans le pays est un vrai défi.

Selon les données de l'Institut de statistiques, de recherche sociale et économique (ISSER), publiées en mars 2017, et qui ont été mises en avant par le président lors du lancement de l'initiative, seulement 10% des diplômés trouvent un emploi après leur première année de fin de scolarité, et pour les autres, cela peut prendre jusqu'à 10 ans pour trouver un emploi. Le rapport intitulé «Landscape of Jobs in Ghana», publié en 2016 par la Banque mondiale et également cité par Nana Akufo-Addo révèle par ailleurs qu'environ 48% des jeunes du pays, âgés de 15 à 24 ans, n'ont pas d'emploi. De l'avis du président, la situation du chômage des jeunes qui était déjà assez alarmante a été aggravée par l'interdiction de l'emploi dans le secteur public par le Fonds monétaire international (FMI) qui a mis le Ghana sous étroite surveillance en contrepartie d'un programme d'assistance financière. Estimant que désormais le pays n'a plus besoin de l'aide du fonds et qu'avec l'intention du gouvernement de mettre fin au programme qui est presque arrivé à échéance, le président Akufo-Addo a annoncé que désormais, les autorités ont toute la marge de manœuvre pour faire en sorte que la bonne dynamique de croissance se traduise par une croissance plus inclusive et surtout créatrice d'emplois.

Embellie économique

La nouvelle initiative présidentielle n'a pas manqué de susciter certaines critiques notamment au sein des députés de l'opposition qui trouvent les objectifs trop ambitieux au regard des chiffres annoncés et craignent les conséquences sur les équilibres macroéconomiques du pays surtout que c'est en grande partie à la charge du budget de l'Etat que se feront ces recrutements. Cependant pour le président ghanéen, la dynamique de croissance ainsi que les perspectives économiques du pays offrent assez de marges de manœuvres. A l'occasion de la fête du travail, il n a d'ailleurs pas manqué de rappeler les bons indicateurs qu'affichent l'économie ghanéenne. Avec un taux de croissance projeté à 8,5% cette année soit le même qu'en 2017. L'inflation est aussi passée en une année de 13,4% à 10,4% et le déficit budgétaire de 9,37% à 5,37%.

Lire aussi : Ghana : débarrassé de la tutelle du FMI, Akufo-Addo promet une nouvelle ère de prospérité

Pour le président Akufo-Addo, ces progrès qui ont été réalisés grâce aux mesures d'urgence prises par son gouvernement durant les 16 premiers mois de sa prise de fonction, sont très encourageants. C'est pour cette raison, a-t-il estimé, que le gouvernement continuera sur sa lancée afin de parvenir à instaurer les bases "d'une économie véritablement industrialisée et à haute valeur ajoutée en matière de création d'emplois, en plus de veiller à moderniser l'agriculture, promouvoir le commerce et renforcer les investissements".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :