La Chine, premier investisseur sur le continent en 2016

 |   |  558  mots
(Crédits : Reuters)
Selon le dernier rapport sur l'investissement en Afrique publié par le Financial Times, l'Empire du Milieu ressort comme le premier investisseur du continent. Sur les 92 milliards de dollars de capitaux investis en 2016, la Chine a déboursé 36 milliards de dollars.

La Chine est devenue sans conteste le premier investisseur d'Afrique. C'est ce qu'il ressort, en substance, dans le rapport 2017 sur les investissements en Afrique (NDLR « The Africa Investment Report 2017 ») publié par l'organe d'étude (FDI Markets), filiale du Financial Times. La publication britannique y dresse l'état des lieux des investissements étrangers actés sur le continent en 2016. La Chine se positionne, donc, dans le peloton de tête des investisseurs, et ce, pour la première fois depuis le lancement de ce rapport il y a près de 14 ans. L'Empire du Milieu accapare, ainsi, près de 40 % du total des investissements opérés sur le continent. Il s'agit en valeur de 36,1 milliards de dollars. La Chine devance ainsi de très loin les États-Unis et le Maroc qui ont investi, respectivement 11 et 4,8 milliards de dollars en Afrique l'année dernière. Le pays asiatique ressort également comme celui qui crée le plus d'emploi en Afrique avec 38,264 postes mis en place en 2016. Il faut signaler, par ailleurs, que le Maroc est le seul pays africain qui figure dans le top 10 des investisseurs (5 % du total du capital investi). Une bonne note pour la coopération Sud-Sud !

Liaisons dangereuses

Les Européens qui, historiquement, se positionnaient comme leaders sur le continent se retrouvent ainsi recalés dans ce classement. C'est dire le changement de stratégie des uns et des autres vis-à-vis de l'Afrique. Mais attention : cette situation est à double tranchant. En ayant le lead sur le capital investi sur le continent, la Chine augmente sensiblement la dette bancaire africaine. Selon certains spécialistes de l'Afrique, les prêts chinois pourraient devenir un véritable fardeau à l'avenir. Car pour l'heure le continent est incapable d'honorer ces milliards de dollars de prêts. Résultat, ces crédits sont souvent remboursés en or, en pétrole et en gaz. En mars dernier, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a mis en garde les Africains au sujet de leurs relations avec Pékin en déclarant au quotidien allemand Die Welt : « L'Afrique risque aujourd'hui de devenir une colonie chinoise, les Chinois ne veulent que les matières premières. La stabilité ne les intéresse pas ». À ce stade, la Chine est à la fois investisseur et banquier.

Fortunes diverses

La publication britannique dans son rapport sur l'investissement en Afrique estime, par ailleurs, à 92,3 milliards de dollars le total des capitaux investis en 2016. Il s'agit là d'une augmentation de 40 % par rapport à une année auparavant. Une manne financière qui serait investie que dans quelques projets. Car le nombre de nouveaux projets bénéficiaires des capitaux investis a régressé de 16 % pour ressortir à 602 seulement en 2016. Le Financial Times explique l'engouement des investisseurs pour l'Afrique, essentiellement, par l'émergence de nouvelles filières capitalistiques telles que l'immobilier et la construction (37 milliards de dollars d'investissement en 2016).

Par pays, c'est l'Afrique du Sud qui détient la plus grande part en termes de projets lancés avec 105 au total. Mais c'est l'Égypte qui a attiré le plus de capitaux avec 40 milliards de dollars. Il s'agit là d'un bond exponentiel de 173 %. La tendance inverse a été observée au Nigeria qui affiche un recul de l'ordre de 25 % des investissements directs étrangers à 6,2 milliards de dollars. Le même trend baissier a été enregistré au Kenya (-55 %) et au Rwanda (-20 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2017 à 13:03 :
En cherchant un peu :
http://afrique.latribune.fr/finances/investissement/2017-06-08/ide-apres-une-baisse-en-2016-la-cnuced-anticipe-un-rebond-en-afrique-pour-2017-734089.html
Pas de 93 Mrd en 2016 !
a écrit le 27/08/2017 à 12:58 :
Je veux bien que la Chine soit passée 1er investisseur en Chine, mais le Financial Times a certainement raté une étape !
Ses 36/92 Mrd$ ne matchent par avec les 58 annoncés par la CNUCED (Organisme de référence) indique que l’Afrique n’a reçu que 58 milliards de $ en 2016 contre 64 en 2015 et 68 en 2014.
Il s’agit de sommes effectivement perçues, non pas des annonces ou des projets d’investissement qui vont s’étaler sur plusieurs années.
CNUCED : Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement.
Réponse de le 27/08/2017 à 16:42 :
Correction :
Je veux bien que la Chine soit passée 1er investisseur en Afrique, mais.....
C'est mieux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :