Le Sénégal, nouvel émirat gazier africain ?

 |   |  448  mots
(Crédits : DR)
Le Sénégal est-il devenu un émirat gazier africain ? Deux compagnies étrangères, une américaine et l’autre britannique, ont annoncé lundi d’importantes découvertes de gaz dans le pays. Des milliards de mètres cubes de gaz qui viennent s’ajouter aux réserves dont l’existence et la qualité ont été prouvées et confirmées l’année dernière au pays de la teranga. Détails.

C'est une bonne nouvelle qui sent le gaz naturel de qualité. La compagnie américaine Kosmos energy et son partenaire britannique ont annoncé ce lundi 8 mai d'importantes découvertes d'hydrocarbures au large du Sénégal et de la Mauritanie. C'est l'aboutissement d'un forage du puits d'exploration de Yakaar 1, situé à environ 95 kilomètres du nord-ouest de Dakar, la capitale du pays, jusqu'à une profondeur totale d'environ 4 700 mètres.

Du gaz à exploiter dés 2021

La poche qui est estimée à 15 000 milliards de mètres cubes de gaz est la plus importante jamais découverte au Sénégal, selon les explorateurs. D'autres bonnes nouvelles peuvent également être annoncées avant 2018, puisque des résultats d'exploration de puits supplémentaires sont attendus au cours de cette année. Dans la même foulée, «les deux compagnies envisagent également d'explorer trois puits supplémentaires au cours des 12 prochains mois au large du Sénégal et de la Mauritanie», selon BBC Afrique. En attendant, un forage test est prévu ce mois-ci pour une exploitation programmée en 2021.

Selon le président-directeur général de Kosmos, Andrew G. Inglis, dans un communiqué de presse distribué hier dans les rédactions de la presse sénégalaise, «cette ressource soutiendra un deuxième centre de production de gaz naturel liquéfié à prix compétitif. Le résultat confirme, en outre, notre perception de l'échelle du système pétrolier au large de la Mauritanie et du Sénégal, notamment les systèmes de chenaux sous-marins du bassin, pour lesquels, les risques sont maintenant encore plus réduits».

Un rang mondial bien confortable

Cette nouvelle découverte, couplée aux gisements déjà connus, pourrait bien tenter le Sénégal à prétendre, dans les années à venir, au statut d'émirat gazier africain. Et rien n'empêche le pays africain de 14 millions d'habitants, connu pour sa stabilité politique, de rêver d'un avenir meilleur. Ce qui ne serait pas du tout prétentieux, vu les réserves d'hydrocarbures dont il dispose. La compagnie américaine qui mène des explorations presque partout dans le pays, a découvert des réserves de gaz très importantes l'année dernière. Elles ont été estimées à 25 TCF, un peu plus de 700 milliards de mètres cubes dans un premier temps, puis à 50 TCF, soit 1 400 milliards de mètres cubes. Le Sénégal occuperait actuellement entre le 23e et le 30e rang mondial. Mais avec ces nouvelles découvertes et les résultats attendus avant la fin de l'année en cours, le pays pourrait bien gagner quelques places dans le classement mondial des Etats les plus riches en hydrocarbures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2017 à 9:52 :
Yahoo ...!!! Vive la fainéantise des oisifs du moyen orient. Les vils critiques de la spoliation resurgissent , toujours la victimisation africaine....
Regardons en face , le Sénégal s'en sort économiquement par rapport aux pays producteurs de matières premières justement parce qu'il n'en a pas, en plus de sa dépendances aux financements à fond perdu des occidentaux.
Le jour où il aura la manne gazière plus un seul sénégalais ne travaillera ils deviendront des "gabonais" ce qui pour moi n'est un compliment.... la nature "africaine" reviendra au galop. Suivront despotisme, clientélisme tribal, opposition de façade asservie, corruption , fonctionnaires pléthoriques et inefficaces, éducation rudimentaire alors qu'elle est une des rares réussites en Afrique de l'ouest. Bref que du bonheur avec ce gaz.
a écrit le 11/05/2017 à 13:24 :
L'espoir est permis si le Sénégal fait face à la corruption, et forme ses citoyen dans ce secteur énergétique.
Aussi ne pas faire les mêmes erreurs des pays producteurs en Afrique.
a écrit le 11/05/2017 à 11:47 :
Espérons tout simplement que cela profite aux sénégalais. Vu la façon aveuglette dont les contrats sont signés par les gouvernant actuels , je me demande si vraiment cela ne sera encore une découverte pour servir l'occident et desservir le Sénégal : instabilité politique et spoliation des ressources, on connait déjà la formule .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :