Sénégal : 15 milliards de FCFA pour réhabiliter la brèche de Saint-Louis

 |   |  545  mots
(Crédits : DR)
Les travaux de réhabilitation de la brèche de Saint-Louis, sur la Langue de Barbarie dans la capitale nord du Sénégal, coûteront 15 milliards de francs CFA. D'après les sources officielles, les fonds seront incessamment mobilisés.

Le gouvernement sénégalais compte maximiser les recettes dans le secteur de la pêche. Pour ce faire, il doit endiguer toutes les entraves à l'activité, dont la brèche de Saint-Louis. Au sortir d'un conseil interministériel portant sur la question, le ministre sénégalais de la Pêche et de l'Économie maritime, Omar Guèye, s'est confié à la presse sur le coût que nécessiteront les travaux de réhabilitation de la brèche. «Concernant la brèche de Saint-Louis, des solutions ont été trouvées à partir des études menées par des experts. Il s'agit de mobiliser 15 milliards de FCFA pour résoudre le problème», a déclaré le ministre.

Faisant cette annonce en compagnie de son homologue en charge de l'Hydraulique et de l'assainissement et en même temps maire de Saint-Louis, Mansour Faye, il a rassuré que les fonds nécessaires seront mobilisés dans «un délai relativement court» afin de «résoudre définitivement» le problème de la brèche. Omar Guèye ajoutera «qu'en attendant, d'autres mesures immédiates ont déjà été prises», dont «le positionnement de vedettes et de patrouilleurs au niveau de la brèche pour réguler les entrées et sorties en fonction des prévisions météorologiques».

La brèche de Saint-Louis est une des préoccupations majeures du gouvernement Macky Sall. Devenue une sorte d'embouchure artificielle permettant aux pêcheurs de passer du fleuve à la mer, la brèche n'a pas cessé de faire des victimes, alors que plusieurs accidents avaient été enregistrés ces derniers temps. Février dernier, une dizaine de pêcheurs avaient été portés disparus, après que deux embarcations qui traversaient la brèche aient chaviré.

Ouverte en 2003 pour gérer les risques liés à une crue du fleuve Sénégal qui menaçait la ville de Saint-Louis, la brèche ne faisait à l'origine que quatre mètres. Aujourd'hui, elle s'étend sur sept kilomètres et a déjà provoqué des centaines de morts, dont 289 durant la seule année de son ouverture, d'après les sources gouvernementales.

La pêche, une source de recettes importantes pour le Sénégal

Les dangers que provoque la brèche de Saint-Louis ne sont pas sans impact sur les activités de la pêche au Sénégal. Déjà beaucoup de pêcheurs craignent des accidents en effectuant des passages par la brèche.

Des spécialistes en géologie marine craignent la disparition de la Langue de Barbarie, si aucune solution n'est apportée à ce problème à long terme.

Mais une réduction de l'activité halieutique signifierait une baisse de recettes pour le pays. Selon les données du ministère de la Pêche, le secteur a atteint une dynamique performance avec un chiffre d'affaires estimé à 230 milliards de francs CFA par an, soit 4 600 milliards de francs CFA sur les 20  prochaines années.
Désigné par le FMI comme l'une des cinq économies les plus performantes en Afrique noire sur la période 2016-2018 (avec un taux situé entre 6,7 % et 6,9 %), le Sénégal devait garder le cap de sa croissance économique, si ce n'est aller plus loin, afin d'espérer atteindre cette prévision.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :