Chemin de fer : Kigali et Dodoma optent pour une ligne électrique

 |   |  521  mots
(Crédits : Reuters)
Les autorités rwandaises et tanzaniennes ont annoncé cette fin de semaine leur décision d'opter pour la ligne ferroviaire électrique plutôt qu'un chemin de fer pour locomotive diesel, lequel avait été choisi à la signature d'accord pour le projet mi-janvier dernier. Ce changement est motivé selon les sources étatiques, par des raisons économiques avant tout.

Environ deux mois après avoir accordé leurs violons sur le projet de chemin de fer reliant leur deux pays, les gouvernements tanzaniens et rwandais viennent de décider d'une réorientation stratégique : le projet de chemin de fer porte désormais sur une ligne ferroviaire électrique et non sur le chemin de fer pour locomotives diesel auquel les deux gouvernements ont renoncé. La décision a été annoncée par le ministre d'Etat rwandais chargé des transports, Jean de Dieu Uwihanganye, et son homologue tanzanien des travaux publics, des transports et de la communication, Makame M. Mbarawa. Les deux responsables gouvernementaux qui venaient de signer un nouvel accord pour la phase de mise en œuvre du projet ferroviaire devant relier Kigali au port de Dar-es-Salaam, ont expliqué que ce changement d'option est sous-tendu par la réduction du temps et du coût du transport qui constituent des nécessités pour le projet. « Nous devons réduire le temps du voyage et le coût du transport des personnes et des marchandises entre Dar-es-Salaam et Kigali et améliorer l'efficacité du chemin de fer. Tout cela a appelé à la révision des études de faisabilité », a expliqué Jean de Dieu Uwihanganye.

En effet, face à la presse des deux pays, le ministre rwandais se basant sur une étude technique, a expliqué que la locomotive électrique augmentera la vitesse  du train de marchandises, en la faisant passer à 120 km/h contre 80 km/h initialement prévu. Elle augmentera de la même manière la vitesse du train de voyageurs, la faisant passer à 160 km/h contre 120 km/h prévu à l'origine. Makame M. Mbarawa a indiqué que les deux gouvernements tanzanien et rwandais analyseront l'étude de faisabilité et pourront lancer un appel d'offres en juillet prochain.

Lancement des travaux en octobre 2018

Le Rwanda et la Tanzanie veulent aller vite. D'après les sources officielles, les travaux de construction du chemin de fer électrique pourront être lancés en octobre 2018. « Nous pensons qu'il faudra au moins attendre octobre pour que la première pierre de ce projet soit posée », a laissé entendre Makame M. Mbarawa, rappelant que l'appel d'offre qui sera lancé pour la construction sera ''ouvert'' à quiconque sera intéressé. « Cela nous prendra au moins trois mois. Cela pourrait aller jusqu'à juillet et ensuite, en août, nous aurons une période de mobilisation, où l'entrepreneur apportera l'équipement et la logistique nécessaire », a-t-il précisé.

Notons que selon la première étude de faisabilité, le projet coûtera un montant de 2,5 milliards de dollars. Le Rwanda y contribuera à 1,2 milliard de dollars tandis que le reste, 1,3 milliard de dollars, sera couvert par la Tanzanie. Pour la mobilisation des fonds, les deux pays savent déjà à quoi s'attendre. « Il existe différents modèles de financement, mais nous en considérerons un qui est meilleur pour les Tanzaniens et les Rwandais. À l'heure actuelle, nous ne pouvons pas dire précisément quel modèle nous allons adopter parce que nous n'en sommes pas encore là », a confié le ministre tanzanien des travaux publics, des transports et de la communication.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :