Tchad : le budget 2016 (encore) revu à la baisse

 |   |  383  mots
(Crédits : STRINGER)
Encore un ajustement qui revoit à la baisse le budget 2016 du Tchad. C’est ce qui ressort de la Loi de finances rectificative entérinée en fin de semaine dernière par les parlementaires tchadiens. Détails.

Le Tchad a de nouveau revu ses prévisions budgétaires à la baisse pour faire face à une conjoncture économique difficile. Le pays d'Idriss Déby veut réduire drastiquement son train de vie en raison de l'insuffisance de la production nationale conjuguée à la chute des recettes. « La première loi rectificative des finances, promulguée en juillet dernier, prévoyait une recette de 1.123 milliards FCFA pour des dépenses qui s'élèvent à 1.327 milliards FCFA, alors que la nouvelle loi des finances donne 648 milliards FCFA pour les recettes et 922 milliards pour les dépenses », a détaillé le ministre tchadien des Finances et du budget, Mbogo Ngabo Séli.

Lire aussi : Austérité : le Tchad pare au plus pressé

Ce dernier explique cette régression par la dépréciation des cours du brut et aussi par la contre-performance dans le recouvrement des recettes fiscales et douanières traditionnelles du pays. Ainsi, la nouvelle Loi des finances prévoit un déficit budgétaire de 274 milliards de FCFA, largement supérieur à celui qui était prévu par l'ancienne loi rectificative, qui s'élevait à 204 milliards F CFA. Une différence de 70 milliards F CFA, soit 34,25% de hausse.

Bailleurs de fonds et emprunts pour résorber le déficit

Pour justifier cette évolution du déficit budgétaire, le gouvernement tchadien évoque plusieurs crises notamment la dépréciation des cours du Brent et de la précarité des ressources traditionnelles. Une situation à laquelle il compte faire face en adoptant des mesures conjoncturelles. « Quelques-unes de ces mesures ont pour but de réduire significativement les charges pour les adapter aux capacités de mobilisation des ressources propres de l'Etat », précise Mbogo Ngabo Séli.

Lire aussi : Tchad: 20 millions de dollars pour mettre à niveau les régions

 La question qui se pose est de savoir comment le gouvernement tchadien compte alléger ce déficit ? « Le déficit prévisionnel serait résorbé par des emprunts internes d'Etat par les émissions des obligations assimilées du trésor et les bons de trésor, et le décaissement des bailleurs de fonds », ajoute le ministre.

A noter que cette loi rectificative des finances est la seconde depuis celle de juillet, alors qu'il ne reste que deux mois pour que l'exercice actuel arrive à son terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2016 à 19:28 :
Touadera a interet à corriger le passé et non á faire les mêmes erreurs de ces predecesseurs.
Il n'a pas besoin d'une troupe étrangère pour remettre la paix au Pays.on a tous vecue l'inéficacité ou le refus poli d'action pouvant retablir l'ordre et la sécurité chez nous ,des forces étrangères.
Elles seules savent pourquoi.la question que je me pose est la suivante:pourquoi même l'ONU ne veut pas qu'il y ait paix en RCA?
Mr le PR a le devoir de sortir d'abort le pays de SOUS TUTEL de l'ONU(vaisont pas semblant).
Ensuite les FACA auront les mains libres et retabliront la paix et la securité.le contraire serait un conte de fée pour nous endormir(PR et NOUS)afin de parfaire ce qu'ils ont entrepris.
Le PR a vecu l'atterissage du pays dans l'abîme piloté par le PR Idriss Déby .je ne pense pas qu'un intellect conme lui peut, etant elu du peuple ,traillir ceux qui lui ont fait confiance.
Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :