Tech : au Ghana, Twitter s’apprête à recruter sa première équipe d’ingénieurs africains

 |  | 369 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Twitter a lancé une campagne de recrutement de sa première équipe d’ingénieurs africains pour ses activités sur le continent désormais domiciliées au Ghana.

Des ingénieurs informatique, mais aussi des spécialistes en marketing ou en communication, tels sont quelques-uns des profils activement recherchés en ce moment par Twitter pour ses activités africaines désormais domiciliées au Ghana, selon un communiqué publié sur le blog de la multinationale de microblogage.

Son PDG, Jack Dorsey, a annoncé lundi l'implantation de Twitter au Ghana, déclarant : « Twitter est désormais présent sur le continent ».

La Zlecaf a positionné le Ghana aux yeux de Twitter

C'est en 2018 que Twitter a confirmé son intérêt pour le continent africain en nommant pour la première fois à son conseil d'administration une personnalité africaine, la Nigériane Ngozi Okonjo Iweala, aujourd'hui directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Mais, c'est après une tournée africaine en 2019 que Dordey a fixé ses plans pour le continent africain.

La firme justifie le choix du Ghana par l'exemple de démocratie que représente ce pays ouest-africain, mais l'existence de la liberté d'expression, de la liberté en ligne et de l'Internet ouvert. Un autre facteur été déterminant dans la décision du Twitter : la Zlecaf.

« La récente désignation du Ghana pour accueillir le Secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine [Zlecaf, NDLR] s'aligne sur notre objectif primordial d'établir une présence dans la région qui soutiendra nos efforts pour améliorer et adapter notre service à travers l'Afrique », indique la multinationale.

La nouvelle équipe d'ingénieurs sera intégrée y compris « à distance », précise Twitter qui explore encore l'opportunité d'ouvrir un bureau qui est accueillera physiquement à Accra.

Saluant le choix de son pays pour l'implantation africaine de Twitter, le président Nana Akuffo Addo a estimé que le contexte actuel est un « moment passionnant pour faire les affaires au Ghana ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :