Pétrole - Covid-19 : les deux scénarios de Rystad Energy

 |   |  519  mots
(Crédits : Pixabay)
L'épidémie du Coronavirus pourrait faire chuter la demande mondiale de pétrole de plus de 10 millions de barils par jour en avril 2020, analyse une étude du cabinet de recherche norvégien Rystad Energy. Ce dernier prévoit deux scénarios de l’évolution de la pandémie Covid-19 et leur impact sur la demande pétrolière.

L'étude publiée par Rystad Energy le 17 mars dessine deux scénarios de l'évolution du Covid-19 ainsi que leurs conséquences sur les prix du baril et les investissements dans le secteur pétrolier et gazier dont l'Afrique tire une bonne partie de ses IDE. Le premier scénario suppose une prévention efficace, par laquelle, les gouvernements tentent d'arrêter complètement la propagation du virus grâce à des mesures de quarantaine drastiques. Le deuxième scénario présume que les Etats vont assurer la gestion de la propagation du virus par des mesures de quarantaine plus souple. Dans le premier cas de prévention plus efficace et stricte, la demande mondiale de pétrole pourrait se contracter de plus de 11 millions de barils par jour en avril, emportée par une baisse de 2 millions de b/j de la demande de kérosène, une chute 5 millions de b / j de la consommation en carburant automobile, puis de 3 millions de b/j de la demande au niveau d'autres secteurs de l'économie mondiale.

Lire aussi : Pétrole vs Coronavirus : une corrélation négative qui impacte l'économie mondiale !

 Une baisse qui devrait néanmoins être suivie d'une reprise de la croissance dès septembre ou octobre 2020. Alors que dans un scénario d'atténuation visant à gérer la propagation du virus, la demande mondiale de pétrole pourrait baisser de 10 millions de barils par jour en avril par rapport à l'année 2019, avec une période de récupération plus lente.

pétrole

Fort impact sur l'industrie pétrolière et gazière

Dans les différents cas, des perspectives moroses se profilent pour l'industrie pétrolière et gazière.

« De plus, nous constatons que les flux de trésorerie disponibles (FCF) pour les sociétés E&P peuvent chuter considérablement en 2020. Dans un scénario de 40 dollars le baril, la somme des flux de trésoreries disponibles devrait tomber à environ 54 milliards de dollars. Si le prix moyen du pétrole Brent fini à 30 dollars le baril, le FCF peut s'évaporer complètement. En d'autres termes, si le prix actuel du pétrole persiste, les flux 2020 pourraient être encore plus baissières qu'en 2015 et 2016 », prédit le rapport.

Les investissements mondiaux dans le secteur pétrolier et gazier devraient chuter de 8% pour un baril à 40 dollars, plongeant les hydrocarbures de schistes américains qui devront connaître une chute de 25% des investissements. A ce niveau de prix (40 dollars le baril), l'activité d'exploration devrait également baisser. Les investissements dans les nouveaux projets offshores vont passer de 104 milliards en 2019 à 39 milliards en 2020, contre 31 milliards pour un baril à 30 dollars. Les investissements dans les projets onshore risquent de passer de 88 milliards de dollars à 43 milliards et à 30 dollars milliards, dans les mêmes cas respectifs.

« L'impact réel de la Covid-19 sur les prix du pétrole sera déterminé par les niveaux de la production mondiale, car la récente inondation des marchés de pétrole en provenance d'Arabie saoudite a montré que toute hausse des volumes de production accentue la baisse des prix », explique le document.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :