La Banque du Ghana annule 347 licences d'institutions de microfinance

 |   |  247  mots
Siège de la Banque du Ghana.
Siège de la Banque du Ghana. (Crédits : Reuters)
Plusieurs centaines d'institutions de microfinance viennent de perdre leurs licences au Ghana. C'est une décision de la Banque du Ghana visant à préserver la stabilité de système financier du pays et protéger les épargnants auprès de ces institutions financières, lit-on dans un communiqué transmis à la presse par l'institut d'émission.

La Banque du Ghana (Bank of Ghana, BoG) vient de sanctionner plusieurs centaines d'institutions de microfinance. L'institut d'émission ghanéen a annoncé dans un communiqué cette semaine la révocation de 347 licences d'institutions de microfinance. Cette décision déjà en vigueur depuis la fin du mois de mai dernier, a été prise selon la presse locale après que la BoG s'est rendue compte que 192 de ces institutions de microfinance étaient insolvables là où 155 autres avaient cessé leurs activités, avant même la réforme du secteur.

Protéger les épargnants

Ces institutions de microfinance constituent selon la Banque centrale, une menace pour la stabilité du système. La BoG a indiqué que sa démarche vise à «préserver la stabilité du système financier, protéger les déposants affectés et sauver les fonds des déposants».


«La révocation des licences de ces institutions a pour but de supprimer les institutions insolvables et dormantes qui n'ont aucune perspective raisonnable de réhabilitation et qui empêchent les déposants d'accéder à leurs dépôts, constituant ainsi une menace pour la stabilité du système», indique la Banque centrale dans son communiqué à cet effet.


La Banque a d'ailleurs pris les dispositions nécessaires afin de faire respecter sa décision. Elle a nommé Eric Nana Nipah, un spécialiste depuis plus de 16 ans dans les bonnes pratiques financière au Ghana comme séquestre des sociétés de micro finance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :