Bannière chaine partenaires NCDS

Formation : la compétence des managers des collectivités territoriales africaines en débat

 |   |  593  mots
(Crédits : Reuters)
Initier le débat sur la formation des ressources humaines des collectivités territoriales et leur mise à niveau pour affronter les défis de l'urbanisation galopante de l'Afrique, est justement l'objectif du forum organisé par Cités et Gouvernements Unis d'Afrique (CGLU-Afrique) du 18 au 21 septembre prochains à Rabat.

L'Afrique de demain a besoin, pour soutenir son développement et sa croissance, de collectivités locales fortes, avisées et capables de faire face aux défis qui se présentent notamment en matière d'urbanisme. Car il est indéniable que l'urbanisation est l'un des chantiers majeurs sur lequel le continent doit multiplier les efforts pour répondre aux attentes des populations africaines. Dans ce sens, une collectivité forte est d'abord et avant tout des managers territoriaux formés et compétents.

C'est la raison pour laquelle, Cités et Gouvernements Unis d'Afrique (CGLU-Afrique) en partenariat avec le Ministère de l'Intérieur du Royaume du Maroc, l'Association des Régions du Maroc (ARM), l'Association Marocaine des Présidents des Conseils Communaux (AMPCC) et l'Université Internationale de Rabat (UIR), organise le 1er Forum des Managers Territoriaux et des Instituts de Formation dédiées au renforcement des capacités des Collectivités Territoriales en Afrique. Ce forum, qui se tiendra du 18 au 21 septembre 2017 à l'UIR à Rabat au Maroc, entre dans le cadre l'Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA) et aura pour thème : « Les ressources humaines des collectivités territoriales africaines : Le temps d'agir... c'est maintenant ! ».


Selon CGLU-Afrique, « pour profiter des opportunités qu'offre la dynamique de l'urbanisation et minimiser ses impacts négatifs, les experts prédisent que l'Afrique a une fenêtre pour l'action d'environ une dizaine d'années au-delà de laquelle la capacité de maîtrise de l'urbanisation deviendrait erratique ».

En d'autres termes, c'est aujourd'hui qu'il faut agir et passer à l'action pour bien préparer ce virage stratégique pour le continent. Selon les experts cités par CGLU, d'ici 15 ans le Continent comptera 1,2 milliards de population urbaine, l'équivalent de la population actuelle de l'Afrique, trois fois celle des États Unis, quatre fois celle de l'Union européenne. « L'urbanisation bien gérée peut se révéler un formidable levier pour le développement durable. Mal gérée, elle précipite la majorité des populations dans la trappe à pauvreté dont les pays auront beaucoup de mal à sortir », s'alarme CGLU.

Donc le premier axe sur lequel l'organisation assurant la représentation des collectivités locales de l'ensemble du continent africain veut focaliser les effort c'est la formation et le renforcement des capacités et du professionnalisme des managers et personnels des administrations territoriales. Car, ce sont eux qui sont en première ligne dans la gestion de l'urbanisation en Afrique. CGLU déplore la faible qualification des ressources humaines des villes et territoires d'Afrique et estime cela ne les met pas en situation de planifier et de gérer efficacement le développement urbain. Ainsi, ces administrations ne seront pas en mesure de répondre aux attentes toujours plus nombreuses des populations en termes de création d'emplois et d'accès aux services.

« Le Forum offre l'occasion de prendre la mesure du défi, et met en présence les premiers concernés, à savoir les responsables et cadres des collectivités territoriales et les responsables des institutions de formation qui offrent des cursus au profit des collectivités territoriales », est-il expliqué par le comité d'organisation. Et d'ajouter, « le forum sera aussi mis à profit pour aborder les questions de mise en perspective de la décentralisation dans le contexte africain, du financement de la formation dédiée aux collectivités territoriales et du développement du travail en réseau entre cadres des administrations territoriales des pays africains et l'insertion desdits réseaux africains au sein des réseaux internationaux des professionnels des administrations locales ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :