Pékin mise sur la bauxite ghanéenne

La Chine compte investir 10 milliards de dollars, dans la mise en place d’une unité d’exploitation de bauxite au Ghana. Un projet qui devrait comporter des raffineries et du ferroviaire, ce qui implique une première étape de transformation en alumine. L’intérêt de Pékin s’explique par les gisements estimés de 960 millions de tonnes de bauxites, stratégique pour une industrie chinoise forte consommatrice d’aluminium.
Amine Ater

Le Ghana vient de conclure un accord avec la Chine portant sur la mise en place d'une entreprise de bauxite, qui devrait disposer de raffineries et d'infrastructures ferroviaires. Une entreprise qui devrait nécessiter un investissement de 10 milliards de dollars. Pékin devra ainsi financer ce projet comme convenu par un mémorandum d'accord conclu entre les deux pays.

Gain estimés à 460 milliards de dollars pour Accra

Un accord qui permettra à la Chine de gérer l'exploitation des 960 millions de tonnes de gisement de bauxite identifiées dans le sous-sol ghanéen. Pour Accra, ce deal qui comporte une composante transformation permettra de générer une valeur d'exportation estimée à 460 milliards de dollars. Le gouvernement ghanéen mise en effet, énormément sur les effets positifs du transfert de technologie sur l'ensemble du tissu économique du pays.

L'intérêt chinois pour les sources de bauxite ghanéennes s'explique en partie par la baisse de régime enregistrée en la matière par l'Australie en tant que fournisseur. Canberra a en effet, été doublée par la Guinée en tant que plus important fournisseur en bauxite à la Chine, plus grand producteur mondial d'alumine.

Transformation et dépendance

La Bauxite est rappelons-le, raffinée en alumine, qui est ensuite fondue pour produire de l'aluminium. Une matière dont dépend énormément l'industrie mondiale, notamment chinoise. Cet investissement au Ghana, permettra justement à Pékin d'assurer les besoins exponentiels de l'industrie chinoise en aluminium, tout en contrôlant la chaîne de valeur de l'extraction à l'expédition en passant par la transformation.

Le Ghana a enregistré une production de 827.000 tonnes de bauxite et 40.000 tonnes d'aluminium en 2013. Cet accord devrait également permettre à Accra de diminuer sa dépendance au cacao, alors que cette culture traverse une période de crise. Les autorités ghanéennes tablent également sur le transfert technologique résultant de cet investissement pour les transposer dans d'autres secteurs de production qui pâtissent de transformation notamment le cacao.

Amine Ater

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.