« Africa Fintech » : sélection de trois pépites africaines

 |   |  863  mots
Campagne publicitaire du géant du cash-to-good Afrimarket au Sénégal, où l'entreprise est devenue le distributeur exclusif d’Auchan sur Internet.
Campagne publicitaire du géant du cash-to-good Afrimarket au Sénégal, où l'entreprise est devenue le distributeur exclusif d’Auchan sur Internet. (Crédits : Wobisenegal)
La deuxième étape du roadshow d’Africa Fintech s'est tenue ce jeudi 19 juillet à la chambre de commerce et de l’industrie du Bénin (CCIB). Destiné à partager les opportunités et les innovations du marché, l’événement traite plus particulièrement du thème « Fintech, au delà du paiement ». L'occasion de faire le point sur les success-stories de la région.

L'écosystème de la Fintech régionale, composé d'acteurs télécoms, bancaires, mais aussi d'experts et d'investisseurs, aborde un panel de discussions allant du big-data à la  blockchain, en passant par la cryptomonnaie, l'intelligence artificielle, l'insurtech (insurance technology) ou encore la regtech (regulatory technology).

État des lieux

Les jeunes pousses ont ainsi eu l'opportunité de se faire connaitre et de présenter leurs innovations. Sur une dizaine de start-up béninoises sélectionnées, la meilleure aura l'occasion de réprésenter son pays lors d'une finale qui regroupera les 10 participants au programme Africa Fintech (Bénin, Cote d'Ivoire, Sénégal, Mali, Burkina-Faso, Niger, Togo, Guinée, Cameroun et Ghana). C'est la première fois qu'une telle conférence sur les technologies financières se déroule en Afrique de l'Ouest. À la traîne en matière de développement numérique, les pays d'Afrique de l'Ouest francophones, face à des voisins anglo-saxons en plein essor, abritent tout de même des start-up innovantes dans le domaine des systèmes de paiement en ligne. L'occasion de dresser un état des lieux des meilleurs innovations Fintech développées dans les environs.

  • Afrimarket, le roi du cash-to-goods vers l'Afrique

Pays : France, vers la Côte d'Ivoire, le Sénégal, le Mali, le Cameroun, le Bénin

Année de création : 2013

Fondateur : Jérémie Stoss, François Sevaistre et Rania Belkahia

L'entreprise propose le premier transfert d'argent "cash-to-goods", autrement dit l'utilisation d'une technologie de pointe pour la diaspora africaine, permettant de régler directement toutes les dépenses de santé, de scolarité et de nourritures de proches en Afrique, et ce depuis l'étranger grâce à un système de bons d'achats. Le client se connecte au site, choisi parmi les partenaires Afrimarket (supérettes, librairies, pharmacies, cliniques, etc.)  et désigne une personne bénéficiaire à qui il souhaite envoyer le bon d'achat. Le proche du client recevra alors un SMS le notifiant de l'envoi d'argent dans le point de vente. Afrimarket a levé 13 millions de fonds et compte aujourd'hui plus de 30 000 clients, la start-up a rejoint le groupe Orange en 2015.

Quelle innovation ?

Le consommateur sécurise ses envois d'argent et assure la réception des bons d'achats pour les africains. Le service permet d'obtenir des produits qualitatifs et évite les pertes d'argent entre les pays destinataires et l'Afrique.

  • Infinity Space, la solution de paiement mobile WeCashUp pour les non-bancarisés

Pays : Cameroun, France et Kenya

Année de création : 2010

Fondateur : Cédric Atangana

Née à Douala, Infinity Space est une start-up de l'innovation sociale Fintech qui s'est agrandie au Kenya et dont le siège est désormais basé à Marseille. La start-up est spécialisée dans l'apport de solutions de paiement en ligne pour les personnes non bancarisées et donc privées du paiement en ligne. 800 millions d'entre eux sont basés en Afrique, Cependant, la majorité de ces personnes possèdent des téléphones mobiles, d'où l'objectif de relever ce défi et de travailler pour permettre aux gens de ces régions de faire partie de la vague des affaires électroniques qui anime le monde d'aujourd'hui et qui créera la prochaine génération d'innovation sociale à l'avenir. La jeune pousse a développé une extension au pôle Innovation (iHub) à Nairobi, Kenya, ainsi qu'au Cameroun et vise aussi le marché chinois.

Quelle innovation ?

Ce service allie différents domaines du paiement numérique. Il se positionne à la fois sur le créneau du commerce en ligne et sur celui du paiement sécurisé par mobile. De nombreuses synergies existent entre ces deux services, et c'est en cela que l'on peut observer le fort potentiel de la startup qui propose aussi un service de financement participatif.

  • Paydunya : La plateforme sénégalaise d'interopérabilité des moyens de paiements digitaux

Pays : Sénégal

Année de création : 2015

Fondateur : Aziz Yerima

Au Sénégal, 90% des habitants possèdent un téléphone portable mais le taux de bancarisation s'élève seulement à 21% de la population, selon un rapport du ministère chargé du budget paru en 2017. Cette start-up sénégalaise créée en 2015 met au point des solutions de paiement digitalisées et sécurisées pour payer sur des sites internet, des applications mobiles ou des sites non marchands à l'instar des marketplaces de réseaux sociaux sur lesquelles les particuliers vendent leurs produits. Le fondateur a développé deux produits ; un service destiné aux sites web et aux applications mobiles afin d'intégrer sur leur plateforme une solution de paiement en ligne ainsi qu'un service de solution de paiement en ligne sécurisée pour les sites qui n'ont pas de vocation marchande.

Quelle innovation ?

Une nouvelle technologie permettant aux internautes de payer directement sur des plateformes en ligne qu'elles soient marchandes ou non. Son point fort est l'optimisation de l'interface entre les vendeurs et les acheteurs en ligne et facilite le développement de l'industrie en entrainant un lien de confiance entre les utilisateurs. La start-up facilite ainsi les nouvelles opportunités digitales pour d'autres entrepreneurs qui peuvent à leur tour rentabiliser leurs applications grâce à cette solution de paiement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :