Hydropower : l'hydrogène comme source d'énergie

 |   |  454  mots
(Crédits : Pixabay)
Lalle Nadjagou a mis au point un procédé permettant de produire de l'hydrogène à partir d'eau, sans avoir recours aux énergies fossiles. Hydropower, la start-up du jeune inventeur togolais, fait aujourd'hui partie des plus prometteuses du continent africain dans le domaine de l'énergie

Utiliser l'hydrogène présent dans l'eau pour produire de l'énergie. Ce rêve, déjà ancien, avait jusqu'alors toutes les peines du monde à déboucher sur un projet industriel efficace. Une situation essentiellement due au bilan carbone négatif du système de production de l'hydrogène, ce qui rendait les moteurs à combustion thermique toujours relativement moins polluants. Mais grâce à Lalle Nadjagou, le rêve est peut-être devenu réalité. Le jeune inventeur togolais a en effet mis au point un nouveau modèle de groupe électrogène fonctionnant à l'hydrogène. Son prototype s'est révélé si prometteur que la jeune start-up créée dans la foulée -et baptisée Hydropower- a été accueillie au sein de l'Energy generation academy, pour un programme de pré-incubation d'un an. Une période au terme de laquelle le projet de Lalle Nadjagou a bénéficié d'un appui financier supplémentaire, afin de pouvoir être développé plus en avant au sein de l'incubateur d'Energy generation academy. C'est dans cette structure qu'Hydropower peaufine ses derniers réglages, et prépare sa phase d'industrialisation.

Un procédé aisé et bon marché

Hydropower répond essentiellement à un objectif : « Utiliser l'eau comme ressource principale pour produire de l'énergie ». Le procédé mis au point par Lalle Nadjagou est assez simple et peu coûteux. Il consiste à ajouter de la soude dans l'eau, ce qui permet de la décomposer et de produire un gaz similaire à l'hydrogène. Celui-ci peut ensuite être utilisé pour alimenter un groupe électrogène ou un moteur, sans recours aux énergies fossiles classiques, ce qui limite les émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble de la chaîne. Surtout, Hydropower est parfaitement adapté aux pays en développement. Il permet non seulement de fournir de l'électricité dans des zones hors-réseau, mais se révèle surtout moins cher à l'usage, notamment par la réduction des coûts de transport et de distribution de l'énergie. En effet, contrairement au charbon, au pétrole, ou au gaz naturel, l'eau est disponible partout, même en faible quantité ou non-potable, ce qui met l'utilisateur à l'abri des variations des cours ou des ruptures d'approvisionnement.

Lalle Nadjagou prévoit aussi que le prix du gaz fabriqué grâce à Hydropower sera deux fois moins cher que son équivalent en fuel. Et tandis qu'il œuvre à la finalisation de son prototype, le jeune ingénieur pense déjà à la suite ; notamment aux développements envisagés pour son procédé. Parmi les pistes évoquées : l'utilisation du CO² pour la méthanisation, ou encore la production de voitures électriques, qui pourraient demain être alimentées en électricité produite grâce à l'hydrogène.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :