Le stress hydrique en Afrique est aussi une problématique européenne

Sous la pression conjointe de la hausse démographique, du manque d'infrastructures et du réchauffement climatique, l'Afrique sera particulièrement exposée à des pénuries d'eau de grande ampleur dans les années à venir. Cette menace économique, sociale et existentielle qui guette déjà l'Afrique pourrait entraîner de nouvelles vagues migratoires en Europe. Le Forum mondial de l'eau, qui se tiendra à Dakar du 21 au 26 mars prochain, est une occasion unique d'aborder cette question pour promouvoir une approche multipartenariale, unissant Africains et Européens, dans le domaine de la gestion de l'eau.
(Crédits : Pixabay)

Une étude de référence, publiée par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) le mardi 5 octobre dernier, a dressé un constat pour le moins accablant des tensions hydriques au niveau international. Pour résumer, à peu près partout dans le monde — mais particulièrement en Afrique —, se multiplient des situations de stress hydrique, définissant le seuil où les disponibilités en eau sont inférieures à 500 m3 par an et par personne.

Ainsi, dans les vingt dernières années, la durée et le nombre de sécheresses ont grimpé de près de 30 % sur le continent. D'ici 2030, selon le rapport de l'OMM, 118 millions d'Africains seront exposés à des sécheresses, inondations et des chaleurs extrêmes, en l'absence de mesures adéquates. Actuellement, 40 % des personnes dans le monde sans accès à un approvisionnement viable en eau potable vivent en Afrique subsaharienne. Moins d'un mois avant la tenue du prochain Forum mondial de l'eau, le GIEC alerte, dans son dernier rapport daté du 28 février, sur les conséquences hydriques du réchauffement climatique et prouve encore le besoin d'une mobilisation mondiale face au drame humanitaire à venir.

Des conséquences transversales et un potentiel crisogène pour l'Europe

Le moindre accès à l'eau potable a des conséquences délétères transversales et complexes pour les pays touchés. Elles sont sanitaires, déjà. La faiblesse des capacités d'assainissement est un vecteur de diffusion épidémique, notamment dans les centres urbains, où les populations sont extrêmement concentrées et qui connaissent une puissante pression démographique. Environ 3 000 personnes meurent chaque jour en Afrique des suites d'une maladie liée à l'eau. En 2025, la population africaine urbaine devrait atteindre 750 millions d'habitants, dépassant la population totale de l'Europe, faisant accroître les risques. En 2022, Lagos pourrait comptabiliser 15,4 millions d'habitants, Kinshasa 17,8 millions et Le Caire 12,5 millions.

Elles sont agricoles, ensuite. La rareté de l'eau a des conséquences logiques sur la capacité d'irrigation et les rendements et contribue à fragiliser la sécurité alimentaire de certains pays déjà en tension.

Elles sont économiques, enfin. Le temps perdu par les foyers pour la collecte de l'eau — estimé à 33 minutes dans les zones rurales et 25 dans les zones urbaines — confisque chaque année 1 point de PIB au continent et prive souvent les enfants d'un enseignement intellectuel et technique fondamental au développement socio-économique des pays. Quant au manque d'infrastructures en eau, il coûterait 5 % de PIB chaque année à l'Afrique subsaharienne.

Outre la sensibilité logique à la catastrophe humanitaire à venir, l'Union européenne risque de ne pas être épargnée par ce potentiel crisogène. Un rapport de la Banque mondiale, rendu public en mars 2018, estime à 86 millions le nombre de personnes en détresse hydrique contraintes à la migration et logiquement tentées par l'Europe qui en serait globalement préservée. Un chiffre à ajouter aux migrations traditionnelles liées aux vulnérabilités économiques et aux conflits armés. Et surtout, une masse migratoire à mettre en perspective avec les « seuls » 2,7 millions d'individus ayant immigré dans l'Union européenne en 2019, selon les données de l'Union européenne, dont la gestion a été particulièrement délicate et vectrice de tensions politiques majeures, contribuant fortement aux montées des populismes.

Accompagner l'Afrique dans sa stratégie de résilience

Outre sa mobilisation en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, qui demeure évidemment un facteur de sécheresse et donc de moindre accès à l'eau, l'Union européenne doit mettre en place une politique d'accompagnement financière et technique face à la défaillance des infrastructures africaines. Plus que le manque de réserve, le manque d'infrastructures reste en effet le premier responsable des pénuries.

La première étape est de dégager des capacités financières pour permettre au continent de mener à bien les travaux d'infrastructure nécessaires. Macky Sall, qui possède la double casquette de président du Sénégal et de l'Union africaine, a su revêtir les habits de porte-parole panafricain des intérêts de l'ensemble du continent. À ce titre, sa mobilisation en faveur de l'allongement du moratoire sur les dettes africaines ou la réallocation d'une partie des droits de tirage spéciaux du FMI vers l'Afrique signe une volonté salutaire de dégager des marges de manœuvre budgétaires. L'Union européenne a vocation à s'aligner sur cette position qui, dans un contexte de sortie de crise sanitaire et face aux défis à venir, est la plus juste.

La seconde est la garantie d'un apport technique constant au continent dans sa stratégie de résilience, grâce à la mobilisation d'acteurs privés, associatifs et publics. À ce titre, la présence de groupes privés, comme Suez, au Forum mondial de l'Eau est salutaire, tant « l'école française de l'eau » est reconnue dans le monde entier pour son excellence opérationnelle. La troisième approche est la réorientation des aides au développement vers les infrastructures les plus stratégiques pour le développement socio-économique du continent, en majorité celles relatives à la gestion de l'eau.

L'Union européenne doit accompagner le continent africain dans sa stratégie de résilience en alignant sa stratégie d'action sur l'objectif de développement (ODD) 6 de l'ONU, qui aspire à un accès universel et équitable à l'eau potable et à un coût abordable d'ici à 2030. Les débats de ce prochain Forum mondial de l'Eau, centrés précisément sur « la sécurité de l'eau, la paix et le développement » doivent conduire à des orientations concrètes et opératoires. Il s'agit d'une occasion unique de rassembler, au plus haut niveau de responsabilité, les dirigeants mondiaux pour apporter des solutions opérationnelles à une menace existentielle. Face à l'agression russe en Ukraine, l'Union européenne a prouvé sa capacité à adopter une réponse unifiée et globale. Cette disposition retrouvée à la cohésion doit se déployer dans les différentes qui crises qui peuvent, même indirectement, avoir des conséquences majeures sur le continent.

(*) Eugène Berg a été ambassadeur de France en Namibie et au Botswana. Il est aussi essayiste et professeur au Centre d'études diplomatiques et stratégiques (CEDS, Paris)

E-GOV : Quelles stratégies pour des services publiques performants ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.