Accompagner le développement des infrastructures pour la construction d’une République démocratique du Congo forte et prospère

Les principaux opérateurs du secteur du ciment en RDC cherchent aujourd'hui à développer un modèle qui associe expansion des activités et responsabilité dans le développement solidaire du pays.

5 mn

(Crédits : DR.)

La République démocratique du Congo est à un moment fondamental de son développement. En effet, les années qui vont suivre pourraient s'avérer être pleines de fabuleuses opportunités pour la République démocratique du Congo. Nous le voyons tout d'abord avec les prévisions de croissance du PIB estimées par la Banque africaine de développement à 3,3% en 2021, puis à 4,5% en 2022. Nous le percevons aussi par la mise en place d'un nouveau gouvernement pro-business avec à sa tête un Premier ministre issu du secteur minier qui stabilise la situation politique, favorise la bonne gouvernance et l'amélioration du climat des affaires dans le pays.

Aussi, la République démocratique du Congo se trouve être au carrefour de la mise en place de plusieurs grands projets qui vont soutenir le développement du pays. On peut notamment mettre en avant les barrages Inga III et Grand Inga qui pourraient fournir, une fois finalisés, plus de 25% de la production mondiale d'énergie électrique renouvelable.

Mettons aussi en lumière l'énorme potentiel que représente le secteur agricole de la RDC. Avec 80 millions d'hectares de terres cultivables, le Congo pourrait nourrir près d'un tiers de la population mondiale si l'ensemble de ces terres était exploité. La République démocratique du Congo sera sans doute le carrefour des échanges économiques intra-africains de biens et services.

Le secteur du ciment, élément indispensable à la croissance et au développement ?

Dans ce contexte dynamique, tous les secteurs qui participent au développement des infrastructures répondent en grande partie aux enjeux socio-économiques auxquels le pays doit faire face. Le développement des infrastructures, notamment par le caractère transversal de ce phénomène, peut être un outil efficace ayant un impact important sur les populations concernées. Ce phénomène peut se traduire par exemple en favorisant l'établissement d'un réseau de transport consolidé, par la mise en place d'un système éducatif et hospitalier robuste, ou encore par l'amélioration de l'attractivité économique d'un territoire.

Le secteur du ciment est un exemple parfait d'une activité incontournable dans le renforcement des infrastructures globales d'un pays. Une activité qui, si elle est bien ciblée, peut engendrer des externalités positives comme la baisse du chômage, un aménagement coordonné du territoire, une plus grande scolarisation et une mobilité accrue des populations.

En République démocratique du Congo, les différentes entreprises qui sont les principales actrices du marché du ciment dans le pays (10 usines se partagent le marché en RDC), cherchent à développer un modèle qui associe expansion des activités et responsabilité de ces entreprises dans le développement solidaire du pays. D'autant plus que la finalité des activités des cimentiers revient essentiellement à la construction d'infrastructures de base qui favorisent l'intégration économique des communautés locales pour l'amélioration du bien-être. La nécessité d'un Etat stratège.

Mais le développement des infrastructures du pays nécessitera un fort partenariat entre le public et le privé ainsi que d'investissements importants provenant d'un ensemble de parties prenantes qui souhaitent s'engager dans la prospérité à long terme de la République démocratique du Congo. La carence en infrastructures routières, ferroviaires et maritimes est un obstacle au développement du pays et par conséquent un défi à notre stratégie d'expansion que nous nous efforçons de relever chaque jour afin de nous rapprocher de la demande en proposant un ciment de qualité PPC a un coût attractif.

Notre industrie a donc besoin d'une vraie politique gouvernementale de grands travaux pour une réelle croissance soutenue permettant une relance économique post-Covid-19 durable.

Aussi, le projet de loi portant sur la création de la future zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) a été approuvé par l'Assemblée nationale congolaise en janvier 2021 par une forte majorité de députés.

Au cœur de l'Afrique, la RDC partage ses frontières avec neuf autres pays et occupe donc une place géostratégique de premier choix. La Zlecaf est une formidable opportunité pour le pays, mais pour cela il faudra combler rapidement nos retards au risque de devenir un marché d'importation. Cette question se vérifie déjà actuellement dans le secteur du ciment avec la concurrence déloyale des pays frontaliers qui a un impact négatif sur le revenu des cimentiers installés sur le territoire national. Parmi les réformes que nous attendons de ce nouveau gouvernement, la fiscalité des entreprises demeure une priorité.

Nous nous réjouissons donc qu'elle soit inscrite dans le programme gouvernemental pour ainsi favoriser la captation des investissements directs étrangers. Bien que la consommation de ciment par habitant (25 kg) soit inférieure à la moyenne de l'Afrique subsaharienne (90 kg), la RDC reste une région de consommation prometteuse compte tenu de son taux d'urbanisation relativement faible (42% en 2015) et du besoin d'infrastructures à mettre en place dans l'immédiat.

Il est donc important que les acteurs publics considèrent le développement des infrastructures de la République démocratique du Congo comme un axe prioritaire de l'avenir du pays. Un axe qui pourra affermir la croissance du pays et contribuer à l'inclusion sociale de tous les Congolais. Des efforts considérables devront être consentis pour la modernisation des infrastructures. PPC Barnet et le secteur du ciment sont prêts à accompagner l'Etat congolais et l'ensemble des parties prenantes pour atteindre l'objectif d'une République démocratique du Congo prospère et pérenne.

« Quand le bâtiment va, tout va »

Cette formule pourrait se vérifier dans les années à venir, car la construction est un moteur de croissance incontournable, favorisant la prospérité des autres secteurs de l'économie.

(*) Iqbal Omar est PDG de PPC Barnet DRC

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.