Réponse mondiale à la pandémie de coronavirus : il n'est pas trop tard pour agir

 |   |  1265  mots
Borge Brende est le président du Forum économique mondial. Ryan Morhard dirige les activités de sécurité sanitaire mondiale du Forum économique mondial. Dans le cadre du travail du Forum avec des organisations internationales et des dirigeants économiques, il a co-organisé un atelier sur les urgences sanitaires à New York à l'automne 2019, simulant une réponse à un hypothétique nouveau coronavirus.
Borge Brende est le président du Forum économique mondial. Ryan Morhard dirige les activités de sécurité sanitaire mondiale du Forum économique mondial. Dans le cadre du travail du Forum avec des organisations internationales et des dirigeants économiques, il a co-organisé un atelier sur les urgences sanitaires à New York à l'automne 2019, simulant une réponse à un hypothétique nouveau coronavirus. (Crédits : LTA)
A l'automne dernier, seize dirigeants de gouvernements, d'entreprises et d'organisations internationales se sont réunis à New York pour mener une simulation d'intervention face à une hypothétique urgence sanitaire mondiale. Nous avons examiné les défis que pourrait poser un tel scénario, qui, nous le savions, était de plus en plus susceptible de se produire étant donné que le monde connaît environ 200 événements épidémiques par an. Nous ne pouvions pas savoir que cet exercice deviendrait réalité quelques mois plus tard - mais la conclusion que nous en avons tirée était décevante : si cela arrivait, la communauté mondiale ne serait malheureusement pas préparée.

Quelques mois plus tard, les premiers cas de COVID-19 ont été signalés en Chine. Fin janvier, plus de 500 personnes avaient été infectées et Wuhan, le point de départ de l'épidémie, avait été placé en quarantaine. Aujourd'hui, le COVID-19 s'est propagé à l'échelle internationale et a touché plus de 90 000 personnes, faisant plus de 3 000 morts. L'OCDE s'attend à ce qu'il cause également des dommages économiques importants : la croissance économique mondiale pourrait ralentir de 1,5 %, plongeant le monde dans une récession technique.

Nous n'aurions pas pu prédire cette épidémie en particulier. Mais quelque chose de similaire allait forcément arriver, et si vous nous aviez demandé lors de l'exercice à New York : « Sommes-nous prêts pour une urgence sanitaire mondiale ? », nous aurions répondu « non ». La simulation et nos travaux antérieurs avaient montré qu'il restait beaucoup à faire pour assurer la coopération public-privé face à une telle menace. Mais il reste de l'espoir, il n'est pas trop tard pour appliquer les leçons que nous avons apprises à l'automne. Que pouvons-nous faire pour mobiliser une meilleure réponse mondiale ?

Trouver une réponse systémique

Premièrement, au lieu de nous concentrer uniquement sur l'impact immédiat sur la santé du virus COVID-19, nous devons trouver une réponse systémique. Nos recherches et analyses ont montré que les menaces pour la santé mondiale représentaient un risque international important et que les coûts des épidémies augmentaient. Rien n'est plus important que de protéger et de sauver des vies. Mais nous devons également tenir compte des conséquences économiques et sociales des épidémies.

Le COVID-19 a de nouveau illustré que les épidémies pouvaient affecter les chaînes d'approvisionnement, les industries, les entreprises, les systèmes de voyage, la main-d'œuvre et plus encore. Les retombées économiques du virus se sont fait sentir dans le monde entier et il continue d'avoir des impacts socio-économiques globaux. Nous avons donné la priorité aux systèmes capables de répondre aux menaces sanitaires, mais nous n'avons pas suffisamment réfléchi à la gestion des conséquences sur les moyens de subsistance des populations. Il est désormais temps d'y remédier.

Prenez la façon dont les services de lutte contre les incendies ont évolué au fil du temps. Il y a 200 ans, les services de lutte contre les incendies du Royaume-Uni se concentraient uniquement sur les feux en eux-mêmes. Jusqu'à ce que quelqu'un finisse par dire : Il ne suffit pas d'éteindre le feu ; vous devez le faire de façon à soutenir les personnes les plus touchées et l'impact sur leur communauté. De la même façon, nous devons répondre aux menaces mondiales pour la santé d'une manière systématique qui s'attaque aux perturbations économiques et sociales qui en découlent.

Agir sur les faits

Deuxièmement, nous devons agir sur les faits, et non sur la peur. La simulation a également montré l'importance de mettre en avant les faits et d'inciter les gens à prendre des décisions fondées sur des preuves.En tant que communauté mondiale, nous savons que « l'infodémie » se propage encore plus rapidement que le virus lui-même. Mais nous n'avons pas fait assez d'efforts pour cultiver un environnement permettant aux chefs d'entreprise, aux ministres de la Santé, aux politiciens ou au grand public d'accéder à la vérité et d'agir en conséquence.

À l'heure actuelle, la peur l'emporte toujours et les « fausses nouvelles » se propagent plus rapidement que les informations officielles de l'OMS et des autorités. De nombreuses personnes continuent de prendre des décisions excessivement prudentes et souvent sans fondement, par exemple accumuler les masques, fermer les frontières, stigmatiser les Asiatiques. Cela conduit à un nivellement par le bas. Au contraire, il nous faut faciliter l'accès des citoyens à des informations fiables et leur permettre de prendre en toute confiance des décisions concernant leurs organisations et eux-mêmes.

L'Organisation mondiale de la santé a donné le ton avec ses points de presse quotidiens et l'accès à son site Web contenant des informations pour les citoyens, les entreprises et les gouvernements. Depuis cette semaine, elle a même ouvert une chaîne TikTok. Des médias tels que Dagens Nyheter en Suède, The Local en Europe et The Seattle Times aux États-Unis suivent son exemple, en donnant à tous l'accès à leurs articles, basés sur des recherches solides et non sur des rumeurs en ligne. Il s'agit là d'une réaction honorable, qui mérite d'être reproduite ailleurs.

Impliquer les décideurs du secteur privé

Troisièmement, nous devons impliquer les décideurs du secteur privé. Les gouvernements concentrent principalement leur communication sur le grand public. Mais le secteur privé et ses dirigeants sont eux aussi une pièce cruciale du puzzle. Premièrement, en employant bien plus de la moitié de la main-d'œuvre dans de nombreuses économies, ils peuvent aider à partager des informations. Deuxièmement, ils peuvent aider à limiter les conséquences économiques s'ils sont correctement informés par les autorités sanitaires et publiques, et ce de manière continue.

Les entreprises savent qu'elles ne peuvent pas se permettre de baisser la tête en espérant s'en sortir toutes seules. Mais elles ont été largement exclues des réponses aux crises dans le passé, malgré leur rôle essentiel. Par exemple, l'effort visant à garantir que tous les travailleurs de la santé dans le monde disposent d'un approvisionnement suffisant nécessite une approche coordonnée. Il en va de même pour les politiques de déplacement et sur le lieu de travail. Ces défis ne peuvent être surmontés sans la confiance, le partage d'informations et des décideurs engagés.

Collaborer les uns avec les autres

Le Forum économique mondial fait sa part. En réponse au COVID-19, il appelle à une interaction entre les directeurs généraux, l'Organisation mondiale de la santé et d'autres experts de haut niveau. L'objectif est de garantir que les entreprises ont un accès continu à des informations et à des analyses fiables leur permettant de prendre des décisions, et que les actifs et capacités du secteur privé sont mobilisés de façon à favoriser la réponse mondiale.

Enfin, nous devons tous collaborer les uns avec les autres. La tendance ces jours-ci consiste à se demander quel est l'intérêt des institutions internationales ou des systèmes d'intervention publique. Ce virus le montre clairement : en situation d'urgence sanitaire mondiale, nous sommes tous aussi forts que notre maillon le plus faible, que nous représentions une entreprise, une économie ou un système de santé. Le COVID-19 représente un véritable test pour voir comment nous pouvons nous rassembler collectivement dans le but d'atténuer les risques et les perturbations propres à ce nouvel environnement.

Beaucoup d'entre nous ont tendance à croire que les épidémies n'arrivent qu'ailleurs, et que c'est la responsabilité des autres de les y maintenir. Pas cette fois. Le COVID-19 touche le monde entier, c'est la plus grave menace pour la sécurité sanitaire mondiale depuis des décennies. Si nous ne nous allions pas pour garantir que le monde entier est protégé, nous ne le serons jamais non plus. Ensemble, en tant que communauté internationale informée et équipée, nous avons l'occasion de faire la différence.

Nous ne pouvons pas nous permettre d'agir seuls. Mais si nous agissons ensemble, l'impact de cette crise sur la santé, ainsi que la vie sociale et économique, pourra être atténué, et nous pourrons mieux résister aux risques à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :