Le digital, véritable outil d'intégration professionnelle pour les femmes en Afrique

 |   |  511  mots
(Crédits : LTA)
Alors que l'Afrique appuie son développement économique sur l'essor du digital, la place que réserve la révolution numérique aux femmes laisse encore à désirer.

En France, selon le Syntec Numérique, le taux de présence féminine dans les ESN s'élève en moyenne à 27%. Qu'en est-il de l'Afrique, continent qui se distingue par le plus fort taux d'entreprenariat féminin au monde ? Avec plus de 1,2 milliard d'habitants, dont la moitié a moins de 30 ans, le digital représente une réelle opportunité d'émancipation pour les femmes.

Les nouvelles technologies représentent pour le continent africain un véritable cercle vertueux et une opportunité unique d'accélérer son essor économique, une appréciation éloignée de l'image d'un phénomène destructeur d'emplois véhiculée en Occident. On voit ainsi apparaître en Afrique des programmes de transformation des administrations et des opérateurs publics (e-administration en Côte d'Ivoire, dossier médical partagé au Bénin,...). Les gouvernements prennent donc conscience de la puissance du digital.

Et les femmes dans tout ça ?

Il est aujourd'hui indéniable que les femmes africaines participent concrètement à la croissance économique du continent, en s'appuyant notamment sur le digital. Pour preuve, en 2019, la grande majorité des projets candidatant au Women In Africa Initiative comportent un volet digital. Si les nouvelles technologies ont autant de succès auprès des femmes, c'est parce qu'elles répondent à leurs problématiques d'emploi : elles leur permettent en effet de dépasser les freins d'une société traditionnelle, de concilier activités professionnelles et vie familiale, ou encore de commercer différemment en s'adressant directement aux clients sans passer par des intermédiaires trop souvent accapareurs de valeur. Sur ce point, l'Ethiopie offre un exemple emblématique : connectées au monde entier grâce à Internet,de nombreuses entrepreneures y développent des activités de e-commerce. Ce nouveau modèle économique fait peu à peu des émules et se propage aux pays voisins.

Se libérer des préjugés

Si, grâce au digital, les femmes s'émancipent en s'accomplissant professionnellement, la volonté de se diriger vers les nouvelles technologies doit naître assez tôt. Pour cela, il est nécessaire de sensibiliser les plus jeunes au potentiel que celles-ci peuvent leur offrir en termes d'ouvertures professionnelles. La communication peut notamment s'appuyer sur le témoignage de réussites entrepreneuriales pour en faire des modèles d'influence, afin d'inciter les jeunes femmes à se tourner vers les filières digitales dès l'obtention du bac, et ainsi abolir l'image d'un secteur privilégié par les hommes.

L'importance des réseaux

L'éducation doit donc devenir un cheval de bataille des gouvernements, mais les entreprises privées ont aussi leur rôle à jouer en favorisant l'émergence d'initiatives régionales et en multipliant les réseaux féminins entre les pays en Afrique. Ceux-ci permettent en effet d'encourager et faire émerger les talents de futures cheffes d'entreprises.

Mais il ne faut pas en exclure les hommes pour autant. Il ne s'agit pas d'une nouvelle lutte des sexes, mais bien de partage du pouvoir où la complémentarité homme-femme porte la promesse d'un monde plus équilibré, pour aujourd'hui et pour demain !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :