Air Sénégal  : le pari risqué du président Macky Sall [Tribune]

 |   |  746  mots
(Crédits : DR)
Alors que les autorités sénégalaises ont sommé la compagnie française Corsair d'abandonner la ligne Dakar-Paris au profit de sa concurrente Air Sénégal, les voix s'élèvent pour dénoncer l'impréparation de la jeune compagnie aérienne, par ailleurs confrontée à de sérieux incidents techniques et à des difficultés financières et de recrutement. La précipitation du président sénégalais, Macky Sall, qui joue sa réélection, aura-t-elle raison d'Air Sénégal ?

« Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » : voici une maxime qu'a, semble-t-il, oublié de faire sienne Macky Sall, le président du Sénégal. Tout à son ambition de voir enfin éclore, après deux échecs successifs, une compagnie aérienne sénégalaise, l'homme fort de Dakar a autorisé son administration, par la voix de l'Agence nationale de l'aviation civile du Sénégal (Anacim), à récuser l'autorisation de la compagnie française Corsair d'exploiter la ligne Dakar-Paris.

Après un été meurtrier, le départ de Corsair inquiète

A compter du 1er février 2019, Corsair, qui assurait depuis l'arrêt de feu Senegal Airlines en 2014 les sept fréquences hebdomadaires de Dakar à Paris, sera donc contraint de passer le manche des commandes à la nouvelle compagnie Air Sénégal. Un véritable challenge, alors que la jeune entreprise n'opère, pour l'heure, que la seule ligne intérieure reliant Dakar à la ville de Ziguinchor, dans le sud du pays ; soit l'équivalent de trois heures d'utilisation quotidienne. La ligne Dakar-Paris représente, quant à elle, pas moins de 300 000 passagers par an, dont Corsair s'accaparait 45% du marché. Le changement d'échelle est à la hauteur des ambitions présidentielles, Macky Sall se présentant à sa réélection le 24 février prochain. Un pari risqué.

Air Sénégal a, en effet, connu un été meurtrier. Les 2 ATR-72-600 que la compagnie a acquis pour 50 millions d'euros sont restés en France jusqu'en mai dernier. A peine livrés, une série d'incidents techniques -conséquences d'intempéries pour l'un, et d'une collision avec des oiseaux pour l'autre- les a cloués au sol pendant près de deux semaines. Seul l'un d'entre eux a repris ses rotations à partir du 20 juillet, l'autre devant subir de lourdes réparations en Europe. S'il est impossible de connaître avec certitude le montant de ces préjudices sur les recettes d'Air Sénégal, la facture pour la compagnie pourrait s'élever à plusieurs millions de francs CFA.

Un pari trop téméraire ?

L'état actuel d'Air Sénégal ne constitue pas le seul sujet d'inquiétude, loin de là. Les professionnels du milieu s'inquiètent ouvertement de la capacité de l'entreprise à assurer une ligne transcontinentale. A l'image de plusieurs anciens cadres de Sénégal Airlines, qui évoquent tous qu'une telle desserte ne se préparait par en six mois. Ce n'est pas tout d'avoir des avions, il faut aussi les remplir et singulièrement prévoir une politique commerciale...

Il faut donc avoir les moyens de cette politique ! ».

En outre, Air Sénégal devra s'accommoder de créneaux sur l'aéroport de Roissy. Saturé et ultra-compétitif, ce dernier convient moins à une compagnie de taille modeste que celui d'Orly.

Par ailleurs, Air Sénégal est confronté à de réelles difficultés de recrutement de pilotes, ou personnels navigants techniques (PNT), dans le jargon aérien. Le pays faisant face à une forte pénurie de pilotes, la compagnie a lancé un vaste programme de sélection et de formation. Un processus laborieux, qui s'étend sur plusieurs mois, et auquel une trentaine de pilotes sénégalais a accepté de se soumettre. Au menu, une incroyable batterie de tests et entretiens, encore renforcée par une direction soucieuse de minimiser ses frais d'assurance, et destinée à recruter des pilotes de qualité, payés à prix d'or - un commandant de bord émargeant entre 12 000 et 15 000 dollars américains par mois. En octobre 2017, seuls deux pilotes étaient encore en lice.

Enfin, l'avenir d'Air Sénégal n'est pas plus radieux sur le plan financier. Entre les accidents et problèmes techniques à répétition, l'achat de deux nouveaux Airbus A330 NEO et A320 CEO -pas encore livrés- et le recrutement de pilotes au prix fort, le coût de l'aventure Air Sénégal pourrait être exorbitant. Et ce alors que l'Etat sénégalais a déjà mis la main à la poche, à hauteur de 40 milliards de francs CFA.

In fine, la précipitation électoraliste du président Macky Sall pourrait s'avérer fatale à la compagnie qu'il chérissait dans ses rêves et qui devait, avec le nouvel aéroport international de Dakar, supporter son ambition pour le Sénégal. Un bien mauvais calcul, alors que déjà les voix s'élèvent, fustigeant les millions de francs CFA jetés par les hublots d'une compagnie en vol libre. En vain ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2018 à 13:59 :
Analyses : Air Sénégal SA : mort programmée ou monopole renforcé d’ Air France sur Dakar-Roissy avec maintien de Corsair sur Dakar-Orly ?

Air Sénégal Sa, partenaire d ‘Air France, devrait présenter, face à ce mastodonte économique et grand spécialiste du transport aérien international, un visage professionnel beaucoup plus expérimenté, très compétent, rigoureux et pragmatique, si nos autorités politiques dirigeantes tiennent absolument à lui éviter une disparition programmée, acceptée par ignorance ou par incompétence.



Il ne faudrait pas chercher midi à 14 mais occuper tout simplement tous les créneaux horaires libérés par Corsair sur Orly ; à moins d’avoir au moins trois vols de nuit sur Paris CDG Terminal 2E avec mise en place, à Paris et Représentations européennes, des Personnels propres à Air Sénégal SA.

Pour grignoter des parts de marché, les tarifs d’ Air Sénégal devraient être inférieurs à la moyenne arithmétique de ceux pratiqués par Air France et Corsair d’une part, et d’autre part supérieurs à la moyenne de ceux offerts par Royal Air Maroc via Casa , et Brussels Airlines via Brussels.

Les Accords commerciaux avec Air France, s’ils ne sont pas bien négociés, amèneront Air Sénégal non seulement à bâtir un programme économique DKR-PAR-DKR sur des créneaux horaires de jour, à perte, mais aussi à offrir à la clientèle des tarifs exorbitants alignés sur ceux d’ Air France qui gagne beaucoup trop d’argent en Afrique pour combler ses pertes sur l’Extrême-Orient et le Pacifique où la concurrence, avec les grandes compagnies internationales, est sans pitié.

La Direction générale française de la compagnie nationale Air Sénégal met en oeuvre une stratégie de concurrence très efficace, voilée sous forme de partenariat, qui devrait tuer rapidement et enterrer notre cher pavillon national.

Si l’information est avérée que, pour sa ligne Dakar Paris Dakar, le DG de la Compagnie a mis Air Sénégal Sa sous tutelle d’ Air France, ce serait vraiment désastreux pour le Sénégal et pour tous les Africains, considérant l’importance qu’il est accordée au volet transport aérien du Plan Sénégal Émergent et la pléthore de jeunes talents et experts économiques sénégalais capables de gérer une entreprise de cette envergure, à l’image de Asky, Rwandair, Kenya Airways, Ethiopian ou South African. Il n’y a de rien de mal à ce qu’un Étranger dirige la Compagnie (Air France est dirigé par un Canadien), mais…

L’autorité de nos institutions nationales devant toujours respectée et renforcée, il est inadmissible que le DG de notre compagnie aérienne passe outre les prérogatives et les directives de notre Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM), pour faire immatriculer, à Malte, un des avions que notre pays a achetés. Et encore qu’il n’est pas certain que AIRBUS livre à bonne date l’un des A330NEO pour un début d’exploitation le 1er février 2019. La machine de Airbus est certes très huilée mais il y a toujours des aléas qui aboutissent à des modifications de contrat et des dédommagements…

Exploiter donc les Droits de trafic du Sénégal vers la France avec les avions d’ Air France, avec les personnels d’ Air France, avec la logistique d’ Air France et avec les services commerciaux d’ Air France … est-ce là la vocation d’Air Sénégal ? Je ne crois pas!
Ce qui a été proposé comme accord commercial, pour notre compagnie aérienne nationale, n’est pas un Code share. C’est une phagocytose pure et simple de notre pavillon national. Comparez la définition du code share et les propositions commerciales faites, telles que rapportées, en exclusivité, par certains journaux occidentaux !

Les responsables politiques sénégalais devraient absolument changer de paradigmes ou s’attendre à une disparition très rapide d’ Air Sénégal.

Il faut oser voler avec nos propres ailes pour ne pas arriver à la création d’une quatrième compagnie aérienne, en si peu de temps…
Le Sénégal a les moyens; il a la capacité et la volonté n’est pas ce qui lui manque.

Meissa Ndiack Seck
Consultant Formateur certifié Amadeus
Expert commercial en Transport aérien
a écrit le 06/09/2018 à 5:52 :
Voilà une copie d'informations collectées ça et là. Il ne répond pas à une analyse objective de la situation d'Air Sénégal dans un futur proche quant à la reprise effective de ses droits de trafic sur la routing Dakar - Paris - Dakar, au détriment de Corsair.
Rien n'interdirait à Air Sénégal de nouer un accord de code share avec Air France sur certaines fréquences et acheter à Air France, dans le même temps, des blocs sièges sur ses autres fréquences, afin de consommer la totalité des 45% du trafic libéré par Corsair.

Et encore qu'un lecture combinée des résultats de l'exploitation de l'Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) et du déficit structurel d'Air Sénégal laisserait apparaître une réussite d'ensemble du volet transport aérien du Plan Sénégal Émergeant (avec ou sans Air Sénégal, AIBD réussit bien son exploitation et fait la fierté du peuple Sénégalais).

Où se trouve donc le pari trop téméraire, risqué du Président Macky Sall ?

Je suis très loin de la politique et des analyses politiciennes; mais vouloir subordonner un échec électoral du candidat Sall à un échec du lancement de la Compagnie aérienne nationale est très réducteur et ne saurait prospérer.

D'autres réussites sur les plans social, économique et diplomatique militeraient mieux en sa faveur.

Apparemment, vous ne connaissez rien du transport aérien. Laissez donc la matière aux pros au lieu de jouer aux oiseaux de mauvaise augure.

Air Sénégal réussira ; c'est une question de temps et de réajustement rapide de données commerciales, techniques, financières et administratives. Il faut oser oser. Sans ou avec Air France ? De préférence avec . Pragmatisme oblige !
Réponse de le 21/09/2018 à 17:12 :
Excellente réponse à une analyse pauvre, partielle et partiale de ce Mr Dupuy qui visiblement croie encore que les africains sont de grands enfants qu'il faut toujours protéger d'eux même.
Merci
a écrit le 05/09/2018 à 17:02 :
Bonjour.
Pour moi, Air Sénégal a besoin du soutien de tout le monde,chacun à son niveau,car beaucoup de compagnies et leurs lobbies feront tout ,je dis bien tout,pour saboter son redémarrage
son redémarrage,s'il vous plait,soyons positif. Merci Mouky

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :