L'Agriculture intelligente face au climat à l'heure de la COP 23

 |   |  546  mots
Ibrahim Assane Mayaki, secrétaire exécutif du NEPAD
Ibrahim Assane Mayaki, secrétaire exécutif du NEPAD (Crédits : DR)
Alors que se tient actuellement à Bonn la COP 23, je trouve intéressant de présenter un point sur l'un de nos programmes qui touche à la lutte contre le réchauffement climatique, et vise à davantage de résilience face à ce phénomène dont nos pays sont malheureusement les premières victimes - bien qu'ils ne soient en rien responsables de cette situation.

Lancé en 2014, ce programme, baptisé en anglais Climate Smart Agriculture (CSA) est dérivé des politiques définies et mises en place par l'Union Africaine, notamment le Programme Global de développement de l'agriculture en Afrique (CAADP). Notre organisation, le NEPAD, est en charge de la coordination et de la mise en œuvre de cette plate-forme qui doit bénéficier directement aux États impliqués.

L'Agriculture intelligente face au climat (CSA, AIC en français) est une agriculture qui augmente durablement la productivité, la résilience et l'adaptation, tout en contribuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ce programme vise donc à la sécurité alimentaire globale et à l'amélioration de la nutrition face au changement climatique. Le programme CSA vise notamment à renforcer les capacités des acteurs de l'agriculture à tous les niveaux, en particulier les petits agriculteurs et les institutions. Il vise un objectif ambitieux : atteindre l'objectif de 25 millions d'agriculteurs africains pratiquant une agriculture intelligente face au climat d'ici 2025.

Pour ce faire, l'Union Africaine avec le NEPAD comme Agence d'exécution, sont à la tête d'une initiative axée sur les pays et intégrée au niveau régional qui fournit les outils d'action et la plate-forme d'accueil des partenariats qui produisent des résultats concrets. La structure a porté ses fruits puisqu'aujourd'hui nous avons développé plusieurs alliances fructueuses avec des ONG internationals comme CARE International, Catholic Relief Services, Concern Worldwide, Oxfam et World Vision, mais aussi avec quatre partenaires techniques dont la FAO, et le Forum pour la recherche Agricole en Afrique (FARA) par exemple.

Chaque année depuis trois ans, l'Agence du NEPAD réunit des experts, des représentants des pays ou des régions membres de notre Alliance, et nos partenaires afin que le rôle important de l'agriculture, dans le cadre du changement climatique, soit adressé et entendu. Aujourd'hui, grâce à ce programme, le NEPAD est considéré comme une source d'information, d'innovation et de production de connaissance sur le changement climatique en Afrique. Notre plate-forme permet aussi de trouver des financements internationaux et des partenariats pour les Etats qui souhaitent développer des politiques efficaces de résilience face au changement climatique, grâce notamment à l'agriculture. Nous nous inscrivons donc dans une action concrète qui porte ses fruits.

Reste à créer les outils pour mesurer les résultats de cette nouvelle approche sur le terrain. La transition des secteurs de l'agriculture (incluant les cultures, l'élevage, la foresterie, les pêches et l'aquaculture) vers des systèmes de production plus durables et intelligents face au climat commence en effet et sans aucun doute sur le terrain. Il nous faut donc d'abord au niveau de chaque Etat africain, évaluer les impacts actuels et futurs du changement climatique, identifier les stratégies d'adaptation actuelles et futures et créer un environnement favorable pour les agriculteurs. Nous devons poursuivre nos efforts et lancer de nouveaux projets comme nous l'avons fait déjà avec un certain succès dans des États comme l'Éthiopie, le Kenya, le Malawi, le Niger, l'Uganda, la Tanzanie et la Zambie.

Nous sommes face à un combat de longue haleine, mais le moment n'est pas venu de baisser les bras. Il en va de notre avenir et de celui de notre planète.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2017 à 8:55 :
En général quand il n'est pas signifié que c'est de l'agriculture biologique respectueuse de la nature on peut être certain que derrière c'est le lobby agro-industriel à la manœuvre (en plus je vois qu'il y a une association catholique dans le coup, c'est déjà très mauvais signe) qui est à l'origine directe, entre autres, des zones mortes qui s'étendent un peu partout dans nos océans, si c'est ce que vous appelez "durable" permettez moi d'exploser de rire, sachant que "l'humour est la politesse du désespoir".

Vous ne vous rendez pas compte du fléau qui est en train de s’abattre sur vous, nous autres européens faisons les mêmes erreurs que les américains il y a 30 ans et vous en êtes en train de faire les mêmes erreurs que les européens, une véritable malédiction cette maudite agro-industrie quand même hein.

Les limites de la monopolisation des outils de productions mondiaux dans seulement quelques mains, ces "erreurs" volontaires pour des raisons uniquement de fric sont en train d'anéantir notre planète.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :